Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Buzness
L’objectif de ce blog? Vous montrer que business et buzz peuvent faire bon ménage et vous faire sourire…

Posté le 4 décembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Et si Stromae s'invitait sous le sapin... ou sur la cheminée

Noël approche et la ruée dans les magasins pour trouver la perle rare à mettre sous le sapin aussi. Pourquoi ne pas opter pour une paire de chaussette. Oui, mais pas n'importe laquelle: des chaussettes mosaert.

                                                                                                                                                           Dominique Liesse

Capture

Un drapé rouge et un banc. Stromae et son épouse la styliste Coralie Barbier portent des bois de rennes sur la tête. Pantalon écossais rouge, veste noire pour elle. Veste écossaise rouge et pantalon noir pour lui. Mais la star du jour se trouve à leurs pieds.

On le sait l'un comme l'autre amateurs de looks décalés. Mais aujourd'hui, les projecteurs sont rivés sur les... chaussettes.    Capture

Pour les fêtes, mosaert, leur marque de vêtements, lance sa nouvelle gamme de chaussettes.

Le modèle "Collector 4" est ainsi disponible pour 25 euros en deux tailles: 36/41 ou 42/46. Il complète ainsi la collection, composée au total de 7 modèles vendus entre 4,25 euros et 25 euros.

Depuis 2014, Coralie et Stromae ont créé cette marque d'inspiration africaine. Couple en affaires comme à la vie, leur désir est de proposer des pièces 100 % originales...

Tee-shirt, sweat-shirt, pantalon, veste et chaussettes. La marque mosaert c'est un "total look".

 

Posté le 29 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Non, Monsieur Trump, ce ne sont pas des "fake news"!

Le président américain, Donald Trump, dont le credo est "America First", relaie sur Twitter des vidéos anti-musulmanes du parti d'extrême droite britannique, "Britain First". 

PHOTONEWS_10680016-002_115664807_preview

On peut dire que suivre le fil Twitter de Donald Trump apporte toujours son lot de surprises. Comme à son habitude, le Président américain s'en est pris mercredi aux médias: NBC qui a viré l'une de ses stars pour "comportement sexuel inapproprié", mais qui n'a viré personne pour toutes les "fake news" diffusées. CNN qu'il faut boycotter, car "traiter avec eux est une perte de temps".

Notons au passage, un petit coup d'autopromotion: "Il semble qu'un nouveau grand jour s'annonce sur les marchés boursiers. La confiance des consommateurs atteint un plus haut. Je suppose que quelqu'un va bien m'aimer!"

Le train-train quotidien, en somme.

Et puis, surprise! Trois vidéos anti-musulmanes de Jayda Fransen, la vice-présidente du parti d'extrême droite "Britain First", retweetées par Trump. Erreur d'aiguillage? A trois reprises? 

Ces trois vidéos montrent des exactions commises par des personnes, présentées comme des musulmans, sans pour autant donner aucun contexte. Un procédé classique des "trolls" d'extrême droite sur les réseaux sociaux.

La première vidéo, intitulée "Un immigré musulman tabasse un Néerlandais en béquilles", semble avoir été filmée aux Pays-Bas, à une date indéterminée. Est-ce une "fake news"? Sûrement pas si le président ardent défenseur des "real news" l'a retweetée.

 

La deuxième, "Un musulman détruit une statue de la Vierge Marie", a été publiée en 2013 sur YouTube. Selon sa description sur la plateforme de vidéos, elle a été filmée en Syrie et montre un membre de l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) détruisant une statue de la Vierge Marie.

La troisième vidéo enfin, mise en ligne en 2013 en Egypte, montre une bande de jeunes battre à mort un autre jeune.

Les trois vidéos ont été retweetées vers 6h30 par le président américain pour le plus grand plaisir de l'association "Britain First", dont le compte Twitter totalise autour de 24.000 abonnés (contre plus de 43 millions pour le président républicain).

Emotion différente à Downing Street, où le porte-parole du gouvernement affirme que Trump a commis une erreur en retweetant "Britain First". 

Réponse du berger à la bergère:

Quant à Jayda Fransen, elle avait été interpellée en septembre dernier et inculpée pour la distribution de tracts et la mise en ligne de vidéos sur son compte Twitter. Elle suivait alors le procès de musulmans accusés, puis reconnus coupables de viol. 

Afp_up3qg_115664429_preview
Jayda Fransen

                                                                                                                                               D.Li. avec AFP et Reuters

 

Posté le 27 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Chanel snobe encore le commerce en ligne

RC16995763D0_CHANEL-INTERNET_115479273_preview

La marque de luxe ne veut pas de e-commerce pour sa mode et ses accessoires. Chanel explique qu'il n'a pas besoin d'un nouveau canal de distribution pour la bonne et simple raison que, ... selon son président, "Chanel ne veut pas tout donner à tout le monde".

A l'heure où la "planète commerce" fait les comptes du fructueux Black Friday de la semaine dernière, avec des ventes en ligne records aux Etats-Unis et en Belgique, Chanel ne prévoit toujours pas de vendre en ligne ses sacs ou son prêt-à-porter.

L'enseigne fait le choix de préserver son exclusivité et son attractivité. Mondialement connue pour ses tailleurs en tweed et ses sacs aux deux "C", Chanel fait cavalier seul aujourd'hui, dans un secteur du luxe tardivement mais massivement converti à l'e-commerce.

La marque vend depuis longtemps ses parfums et cosmétiques sur internet mais s'est jusqu'ici toujours refusée à ouvrir un site marchand dédié à ses collections de mode ou ses célèbres sacs matelassés. "Nous préférons éviter le e-commerce et inviter nos clients à visiter nos boutiques", explique ainsi , Bruno Pavlovsky, président des activités mode de la griffe. "Nous ne cherchons pas à développer nos ventes par un nouveau canal de distribution alors que nos boutiques marchent très bien. Le digital, pour nous, c'est un moyen de faire venir les clients dans nos magasins", a-t-il ajouté, indiquant que les listes d'attente demeuraient "très importantes" sur certains sacs, comme le "Boy" ou le "Gabrielle".

Pour le dirigeant, il s'agit de préserver l'attractivité de la marque. "Si vous donnez tout, tout de suite et à tout le monde, vous perdez votre exclusivité", a-t-il souligné. La stratégie de Chanel contraste avec la tendance générale à l'accélération des acteurs du luxe dans le e-commerce, comme Louis Vuitton (propriété de LVMH), Gucci (Kering ) dont la croissance explosive est aussi portée par le digital, ou Hermès qui vient de relancer son site marchand.

Ne pas faire comme tout le monde, mais jusqu'à quand? 

La montée en puissance du e-commerce contribue d'ailleurs au rebond du secteur. Les ventes de luxe en ligne devraient avoir grimpé de 24% en 2017 pour totaliser 9% à 10% du marché et devraient atteindre 25% d'ici à 2025, selon le cabinet Bain.

Chanel "n'a jamais eu autant de clients jeunes et connectés qui viennent dans les boutiques" et les deux pré-collections, qui ne sont jamais présentées à la presse et arrivent en boutique en janvier et en juillet "sont celles qui se vendent le mieux", a poursuivi Bruno Pavlovsky.

En 2016, les ventes de Chanel ont reculé de 9%, selon les données publiées à la chambre de commerce d'Amsterdam, des chiffres qui contrastent avec le rebond observé chez de nombreux acteurs du luxe.

Le digital n'en reste pas moins un outil central pour la communication de la marque, qui teste aussi des outils digitaux susceptibles d'apporter d'autres services à ses clientes, comme de pouvoir réserver un produit à distance ou de prendre un rendez-vous dans une de ses 200 boutiques. Bruno Pavlovsky n'exclut pas pour autant de proposer, un jour, la mode et la maroquinerie de Chanel sur un site de e-commerce.  

SN avec Reuters 

Posté le 24 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Bjork accepte aussi les bitcoins

Connue pour être à la pointe des dernières tendances, la chanteuse Björk reste fidèle à sa réputation. Elle sort un nouvel album, "Utopia". Sa caractéristique: il ne pourra être obtenu qu’en échange de crypto-monnaies.

Bjork_Promo_Utopia_01_PhotoCred_Santiago_Felipe_preview_115432183_preview

La chanteuse islandaise Bjork accepte les paiements en cryptomonnaies, telles que le bitcoin pour son nouvel album "Utopia", en vente dès ce vendredi.  One Little Indian, la compagnie de disque, explique avoir répondu aux requêtes de fans de la chanteuse et être surpris par "le nombre de fans ayant commandé l’album" via des méthodes de paiement non traditionnelles.

Ceux qui ont commandé l’album ont par ailleurs reçu 100 "Audiocoins" qui peuvent être stockés dans des portefeuilles virtuels, échangés contre d’autres devises digitales ou utilisées pour acheter de la musique en ligne.

 

 

Posté le 22 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Opération portes ouvertes chez les fonctionnaires flamands à Bruxelles

Vous connaissez la dernière blague belge? Mais oui, celle des portes trop petites....

 

DeTijd_LEcho_GebouwVOverheid_00K_byThomasOst-47_110780848_preview

En Flandre, une nouvelle saga vient de voir le jour: la "deurkomedie" ou "la comédie des portes" en français dans le texte.

La scène se déroule sur le site bruxellois de Tour et Taxis, où les fonctionnaires flamands viennent d'élir domicile dans un bâtiment flambant neuf, l'immeuble Herman Teirlinck.
Mais qui dit immeuble pour la fonction publique, dit cahier des charges strict, très strict!  Ajoutez à cela un peu d'imbroglio "made in Belgium", et vous voilà en possession de tous les ingrédients pour une grande et belle comédie.

DeTijd_LEcho_GebouwVOverheid_00K_byThomasOst-17_110780812_preview Ainsi en Flandre, les normes exigent des portes de minimum 90 cm de large. A Bruxelles, les portes d'entrée doivent s'ouvrir sur au moins 95 cm, là où 85 cm sont tolérés à l'intérieur du bâtiment.

"Nous avions demandé des portes de 90 cm à l'entrepreneur et elles mesurent 83 cm. Nous avons donc exigé qu'elles soient adaptées", explique Frank Geets, en charge des bâtiments publics flamands. Il est vrai que seul un journaliste d'investigation, muni d'un mètre, peut confirmer ses dires. Il nous revient toutefois que le problème du bâtiment Teirlinck n'est pas lié à ces normes, même si elles facilitent pas la chose. "Les autorités flamandes ne blâment personne et l'adaptation ne lui coûtera rien."

Mais qui donc sera le dindon de la farce? "Pas nous!", lance Bart Walraet porte-parole du nouveau propriétaire des lieux, la Baloise Assurance.

Les entrepreneurs alors, peut-être?  Chez Van Laere, entrepreneur principal, personne n'a souhaité réagir. Au sein du bureau d'architectes, on pointe du doigt le concepteur du projet, Extensa. "Ce sont des choses qui arrivent. Entre-temps, tout est sous contrôle. Sur un projet de quelque 100 millions d'euros, il s'agit d'une paille", se défend Kris Verhellen, CEO d'Extensa.

Et cette paille, combien coûte-t-elle? Chuuut, silence radio! Il nous revient que l'encadrement a été construit aux bonnes dimensions, permettant de ne remplacer que les panneaux des portes. Selon certains spécialistes de l'immobilier, la facture pourrait atteindre les 500.000 voire 1 million d'euros pour quelque 80 portes. Une paille pour une belle "deurkomedie"!  

 

 

 

Posté le 22 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Opération portes ouvertes chez les fonctionnaires flamands à Bruxelles

Vous connaissez la dernière blague belge? Mais oui, celle des portes trop petites....

 

DeTijd_LEcho_GebouwVOverheid_00K_byThomasOst-47_110780848_preview

En Flandre, une nouvelle saga vient de voir le jour: la "deurkomedie" ou "la comédie des portes" en français dans le texte.

La scène se déroule sur le site bruxellois de Tour et Taxis, où les fonctionnaires flamands viennent d'élir domicile dans un bâtiment flambant neuf, l'immeuble Herman Teirlinck.
Mais qui dit immeuble pour la fonction publique, dit cahier des charges strict, très strict!  Ajoutez à cela un peu d'imbroglio "made in Belgium", et vous voilà en possession de tous les ingrédients pour une grande et belle comédie.

DeTijd_LEcho_GebouwVOverheid_00K_byThomasOst-17_110780812_preview Ainsi en Flandre, les normes exigent des portes de minimum 90 cm de large. A Bruxelles, les portes d'entrée doivent s'ouvrir sur au moins 95 cm, là où 85 cm est toléré à l'intérieur du bâtiment.

"Nous avions demandé des portes de 90 cm à l'entrepreneur et elles mesurent 83 cm. Nous avons donc exigé qu'elles soient adaptées", explique Frank Geets, en charge des bâtiments publics flamands. Il est vrai que seul un journaliste d'investigation, muni d'un mètre, peut confirmer ses dires. "Les autorités flamandes ne blâment personne et l'adaptation ne lui coûtera rien."

Mais qui donc sera le dindon de la farce? "Pas nous!", lance Bart Walraet porte-parole du nouveau propriétaire des lieux, la Baloise Assurance.

Les entrepreneurs alors, peut-être?  Chez Van Laere, entrepreneur principal, personne n'a souhaité réagir. Au sein du bureau d'architectes, on pointe du doigt le concepteur du projet, Extensa. "Ce sont des choses qui arrivent. Entre-temps tout est sous contrôle. Sur un projet de quelque 100 millions d'euros, il s'agit d'une paille", se défend Kris Verhellen, CEO d'Extensa.

Et cette paille, combien coûte-t-elle? Chuuut, silence radio! Il nous revient que l'encadrement a été construit aux bonnes dimensions, permettant de ne remplacer que les panneaux des portes. Selon certains spécialistes de l'immobilier, la facture pourrait atteindre les 500.000 voire 1 million d'euros. Une paille pour une belle "deurkomedie"!  

 

 

 

Posté le 17 novembre 2017 par Sophie Leroy Réactions | Réagir

Petite bouffe sympa entre nationalistes

 Le ministre-président déchu de la Catalogne, Carles Puigdemont, et ses anciens conseillers (ministres) présents en Belgique ont dîné jeudi soir chez le député flamand Lorin Parys (N-VA). "Il ne s'agissait pas d'une rencontre politique, mais d'une soirée amicale", a expliqué le nationaliste flamand à l'issue du souper. Au menu, een stoofpotje (ragoût). Ambiance sympa, bonne bouffe entre potes. Preuve à l'appui avec la photo twittée par Parys et qui fait bien sûr le tour du web ce vendredi:


Pourtant, depuis son arrivée en Belgique, Carles Puigdemont prétend ne pas chercher de contact avec les mandataires belges. "J'ignore s'il s'agit de la première fois", a expliqué Parys. "J'ai simplement invité plusieurs de mes connaissances et nous avons passé une agréable soirée. C'était important pour eux de pouvoir dîner en toute décontraction."

De quoi ont-ils parlé?
Les convives ont notamment évoqué les enjeux électoraux dans la ville de Gérone, fief de Puigdemont. "Les socialistes y ont été au pouvoir pendant des décennies avant que le parti de M. Puigdemont ne prenne la main. Cela m'inspire évidemment dans la perspective du scrutin communal à Louvain (où  Parys sera tête de liste N-VA, NDLR)."

Le chef savait-il?
Le parlementaire indique ne pas avoir demandé la permission de l'état-major de la N-VA pour organiser cette rencontre. "Je n'ai pas l'habitude de demander à Bart De Wever quels amis je peux inviter", déclare-t-il. "Mais je soutiens le droit du peuple catalan à choisir lui-même dans quelle société il souhaite vivre."

"Ce ne sont pas des terroristes ou des criminels, ils parlent avec qui ils veulent", a réagi un porte-parole de la N-VA.

Posté le 9 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Facebook veut vos photos intimes compromettantes

Vous utilisez Facebook, Messenger et/ou Instagram? Vous croyez que des photos intimes de vous pourraient être compromettantes si elles étaient diffusées par des personnes mal intentionnées? Et bien Facebook a décidé de vous aider. Pour lutter contre le "revenge porn", le groupe veut que vous lui envoyiez vos photos sensibles! 

Revenge porn

Dans le cadre d'un programme pour lutter contre le "revenge porn", Facebook propose à ses abonnés de lui adresser leurs photos compromettantes. Ce projet pilote testé en Australie, pays à la pointe du combat contre le "vengeance pornographique", s'adresse donc aux personnes ayant partagé des photos intimes et qui s'inquiètent que certains individus mal intentionnés ne les fassent circuler par vengeance sur les réseaux sociaux.

Comment faire? Le géant américain propose que ces images soient "taguées" d'une empreinte électronique unique afin de bloquer préventivement leur distribution sur Facebook, Instagram ou Messenger.

Les utilisateurs adresseront d'abord ces clichés à la eSafety Commission, la Commission australienne pour la sécurité informatique. Ils se les enverront ensuite à eux-mêmes via Messenger, dans un processus qui permettra à Facebook de marquer le cliché. "Cette action préventive permet aux victimes de se protéger contre des violations futures", a expliqué Julie Inman, commissaire australienne à la Sécurité informatique.

Un porte-parole de Facebook a indiqué que la Grande-Bretagne, le Canada et les Etats-Unis devraient aussi participer à ce programme.

Quelles statistiques? A en croire un récent sondage mené par la Commission, une Australienne sur cinq âgée de 18 à 45 ans a déjà été victime d'utilisation malveillante de leurs photos. Facebook et Messenger rassemblaient 53% des cas, Snapchat 11% et Instagram 4%.

Posté le 8 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

#BackToSender pour ne plus chuter sur une cannette vide

Êtes-vous de ceux qui collectionnent les canettes vides sur votre bureau? Dans votre voiture peut-être? Ca encombre et surtout, ça pollue. Une solution: #BackToSender, l'initiative pour mettre les producteurs devant leurs responsabilités environnementales.

48095667_71990209_preview
 

La coalition néerlandophone d'organisations environnementales "Recycling Netwerk" appelle les consommateurs à renvoyer aux producteurs leurs canettes et bouteilles vides.

Grâce à la campagne #BackToSender, elle espère que les producteurs de boissons soutiendront l'implémentation d'une consigne sur ces contenants. "Les producteurs écoulent chaque minute un million de bouteilles en plastique dans le monde, mais ils ne s'inquiètent pas de ce qu'il se passe après leur consommation. Avec notre action, nous leur demandons de s'afficher en faveur d'une consigne, pour que leurs emballages ne finissent pas dans la nature", explique Rob Buurman de Recycling Netwerk. 

L'idée est que les personnes qui trouvent des canettes ou bouteilles en plastique vides en extérieur les renvoient aux producteurs.

Si les déchets peuvent être envoyés par la poste, une grande partie de la campagne se passera surtout sur internet. Il suffira de prendre une photo des emballages découverts via son smartphone et de la poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #BackToSender. 

Et force est de constater que cela fonctionne. Quelques heures après son lancement, le hashtag est très sollicité.

 

Alors que les organisations montent au créneau pour sensibiliser l'opinion publique et surtout les producteurs de boissons à l'environnement et l'impact que représente une canette ou une bouteille en plastique, jetée négligemment dans la nature, une question se pose: à quand une prise de conscience étatique?

En Belgique, on en discute, on en discute beaucoup. Quels prix? Quel délais? Pourtant, ils sont nombreux, les pays à avoir franchi le cap.

Un petit détour auprès de nos proches voisins, comme l'Allemagne (mais aussi les Pays-Bas), montre que c'est possible! Vous serez ainsi étonnés de voir apparaître sur votre bouteille en plastique d'eau ou autre boisson la mention "consigné".... et pas pour des clopinettes: 0,25 euro. De quoi titiller la fibre écologique de tout un chacun! 

Capture

Posté le 7 novembre 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Caramba! La recette du Nutella a changé. Sa valeur nutritive aussi

Tout fout le camp! Même la recette du Nutella. Le pot aux roses a été découvert par une association allemande de défense des consommateurs, Verbraucherzentrale Hamburg. Celle-ci a constaté que la couleur de la célèbre pâte à tartiner était plus claire qu’avant.

RC1C4467A060_ITALY-FERRERO-NUTELLA_74351107_preview

Un coup d’œil sur l’étiquette du pot Nutella permet de confirmer l’impression. L’industriel italien incorpore désormais 8,7% de lait écrémé en poudre contre 7,5% auparavant. Un changement justifié par Ferrero par sa volonté d’uniformiser son produit vedette partout dans le monde. Le chocolatier assure que ces modifications n’impactent en rien la qualité, le goût et la texture du produit. Reste à en convaincre les consommateurs…

À noter également qu’en parallèle, les valeurs nutritives du produit ont également évolué. Selon l’étiquette examinée, la teneur en sucre a augmenté pour atteindre 56,3%, contre 55,9% précédemment tandis que la teneur en graisse a légèrement chuté pour s’établir à 30,9% contre 31,8% avant le changement de recette. Mais la quantité d’huile de palme dans la recette – pourtant régulièrement l’objet de polémiques – est, elle, restée identique…

Dernières réactions sur nos blogs