Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

juin 2016

Buzness
L’objectif de ce blog? Vous montrer que business et buzz peuvent faire bon ménage et vous faire sourire…

Posté le 28 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

#AdoptunBelge, l'Airbnb façon moules-frites

Un appel lancé par un fan des Diables rouges fait le buzz: pour le match Belgique-Pays de Galles qui aura lieu ce vendredi à Lille, il propose aux Français d'"adopter un Belge". Pari gagné!

Supporters diables

Lille, c'est vraiment très très près de chez nous (37 minutes de Bruxelles en TGV). Alors le match Belgique-Pays de Galles (quarts de finale) de ce vendredi, ce n'est pas qu'il tente quelques supporters belges mais probablement la quasi totalité des fans des Diables rouges!

  → Ni une ni deux, les hôtels de la ville étant de toute façon probablement complets, Théodore Taymans, fan et joyeux drille de son état, a lancé un appel à nos voisins du Nord (de la France) sur sa page Facebook pour qu'ils accueillent les supporters belges chez eux. Et ils ont répondu en masse!

Nom de code de l'opération: #AdopteunBelge.

Cher Voisin du Nord,
Enfin...du Sud pour nous,
Cher ami Lillois,

Vendredi, la Belgique affronte le Pays de Galles sur tes terres – dans ta
ville – dans ton stade Eden Haz... euh Pierre Mauroy.

Inutile de te dire que cela nous titille franchement de faire le déplacement. Vivre le match au plus près de l’action. Montrer au monde entier que les supporters irlandais et islandais sont énormes bien sûr mais que de tous les peuples de la Gaule, le supporter des Diables Rouges est le plus brave.

On pourrait faire l’aller-retour bien sûr. Mais tu nous connais, on va avoir envie de faire la fête une bonne partie de la nuit et les godets vont défiler. On a pensé à l’hôtel aussi mais on a manqué de prévoyance et il n’y plus une chambre dans le centre. Et puis, cela serait tellement plus sympa de vivre cela avec toi.

Alors on s’est dit: Et si tu nous adoptais pour une nuit ? Que tu nous offrais ton hospitalité ? Je te jure, on va bien se marrer.

Allez dis oui et on pourra chanter ensemble: Waar is da feestje? Hier is da feestje !

 

 

 

Posté le 28 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

"Happy Birthday to You", en toute liberté

Célébrez sans crainte! La chanson "Happy Birthday to You" est désormais libre de droit. Une nouvelle sans doute moins surprenante que le fait même qu'elle soit restée  jusqu'à aujourd'hui dans le domaine de la propriété intellectuelle. En effet, les droits de la chanson la plus reconnue de tout le répertoire anglophone étaient jusqu'à présents réclamés par la major américaine Warner/Chappel Music

Jusqu'à ce qu'un juge américain décide ce lundi que la célèbre "Birthday Song" appartenait bel et bien au domaine public. Une décision qui a mis fin à un litige qui impliquait depuis 2013 la major et un groupe de plaignants. Ces derniers, ayant décidé de réaliser un film à petit budget sur l'histoire de la chanson, s'étaient vu demander de payer la somme de 1.500$ pour son utilisation. Ils avaient refusé de s'en acquitter.

Suite à la décision de justice, Warner va s'engager à débourser de près de 14 millions de dollars, afin de rembourser tous les droits d'auteur qui lui ont été payés pour la chanson jusqu'à ce jour.

 

Pour la petite histoire, la chanson aurait été écrite en 1893 par Patty Hill, une gardienne d'enfant américaine du Kentucky, avec l'aide de sa soeur Mildred. En 1988, Warner avait racheté les droits des paroles de la chanson à la compagnie qui les détenait précédemment, pour la somme de 25 millions de dollars. Selon elle, le droit d'exploitation devait courrir jusqu'en 2030. 

Posté le 24 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

Du côté des personnalités anglaises, le "Brexit" passe mal

Du côté des célébrités anglaises, comment vit-on le "Brexit" qui vient d'être annoncé? Alors que Twitter chauffe ce matin, encore peu de "personnalités" ont commenté le résultat du référendum. Voilà quelques premières réactions trouvées sur la toile:

J.K. Rowling, auteure de la série Harry Potter: " L'Ecosse va maintenant vouloir son indépendance. L'héritage de Cameron va briser deux unions. Aucune des deux n'avait besoin d'arriver."

Leana Headey, actrice de la série Game Of Thrones, commente ironiquement "Il se pourrait bien qu'on élise un Trump ici aussi."

La chanteuse Elie Goulding en a gros sur la patate aussi: "Je crois vraiment que ceci est une des pires choses qui soient arrivées dans ma vie. J'ai ressenti une peur inédite ce matin."

Un faux faux compte de David Cameron (qui se déclare d'un univers parallèle): "J'aimerais vous présenter mon nouveau Premier ministre."

La chanteuse pop britannique Lily Allen avait pris clairement position pour le "Remain". Son constat est implacable "Hé bien, les millenials, nous vouloir vraiment vraiment bien b***é". Les millenials, à savoir la génération de personnes nées entre le début des années 80 et la fin des années 90, ont majoritairement voté en faveur du "remain".

L'ex-star du football anglais Gary Lineker, est plutôt du genre ultra-solennel: "Ce n'est pas le moment de se montrer triomphant. Ni le temps pour la division. Ni le temps pour la haine. C'est le temps du changement. Le temps du calme. Le temps de l'Histoire".

Bon, il était nettement moins philosophe quelques heures auparavant.

 

Difficile enfin de se passer de l'avis du "vrai" Donald Trump (son compte Twitter s'appelle "@realdonaldtrump"). S'il s'est pour l'instant abstenu de donner son opinion sur les réseaux sociaux, le cousin capilaire de Boris Johnson aurait déclaré "Brexit is Amazing!" à son arrivée Ecosse ce matin. Les Ecossais l'en remercient!

-@arthusente

Posté le 24 juin 2016 par Sophie Leroy Réactions | Réagir

Un Post-it plutôt qu'un tweet

L’usage exclusif du clavier électronique pour écrire pourrait fortement influencer le développement moteur du cerveau, constatent deux scientifiques néerlandais.

Twitt

Comme les "remèdes de grand-mère" en médecine, le papier et le stylo restent la meilleure méthode pour apprendre. Une étude d’un couple de chercheurs néerlandais menée auprès d’étudiants vient d’en faire la démonstration.

L’expérience a montré que trois semaines après un cours magistral, les étudiants ayant pris des notes en tapotant sur un clavier informatique avaient moins bien retenu leur "leçon" que leurs camarades s’étant servi d’un bloc-notes et d’un stylo.

Les électrodes posées sur la tête de ces derniers ont révélé une activité plus intense du cerveau favorisant le traitement de davantage d’informations. "Les stimulations sensorielles sont plus ‘riches’en cas d’écriture manuscrite", constate Ruud van der Weel, chercheur basé à l’université technique de Trondheim (Norvège).

Partant de là, les deux scientifiques néerlandais s’inquiètent: "L’usage exclusif du clavier électronique pour écrire pourrait fortement influencer le développement moteur du cerveau".

Reste à signaler pour l’envers du décor que Microsoft a été le fournisseur du "papier et du stylo". C’est en effet sur sa tablette Surface Pro 4 munie d’un stylet que les étudiants ont écrit "à la main"…

D.BG.

Posté le 22 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

#CatsAgainstBrexit: quand les chats se mêlent du référendum

CljY4TvWAAAvUip

Les chats se soucient-ils d'un éventuel "Brexit"? Voilà une question de fond qui soulève son lot de considérations métaphysiques. A défaut d'avoir réussi à percer les mystères de l'âme féline, l'être humain 2.0 semble en tout cas avoir appris à utiliser son animal de compagnie comme étendard  des ses luttes politiques.

Après des mois de débats intenses sur les "pros" and "cons" du "Brexit" et du "Bremain",  il semblerait que la science populaire ait en effet décidé de s'en remettre à la seule valeur sûre qui existe actuellement sur le marché du sondage: l'indice "chat". Dernière illustration en date: l'émergence des hashtags #CatsAgainstBrexit et #CatsForBrexit sur Twitter. En trois jours à peine, les photos de matous europhiles et eurosceptiques ont envahi la toile.

Dans ce match à mort, les chats partisans d'un maintien dans l'Europe semblent avoir une petite longueur d'avance, à l'image de ce que les derniers sondages  et les bookmakers laissent entrevoir. Mais les défenseurs du "Brexit" ont rapidement répliqué.

Une déferlante de posts qui n'est pas sans rappeler celle qui a suivi le "lockdown" de Bruxelles, en novembre dernier. Pour les amnésiques, alors que les services de police bruxellois  avaient demandé aux médias de ne pas divulguer d'informations sur les perquisitions en cours, les internautes avaient répondu en partageant massivement des images de chats sur Twitter.

Allergiques, passez votre chemin sur ce buzz. Pour les autres, voici un petit florilège de tweets à caractère félin:

 

 

Posté le 22 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

Le smartphone en marchant, l'accident au tournant

Les yeux rivés sur l'écran du smartphone, la tête baissée, sourd et aveugle à ce qui se passe autour de lui, le piéton coréen avance, ne remarque rien et ... bardaf, c'est l'embardée ! Pays parmi les plus connectés du monde, la Corée du Sud fait face à une vraie tendance, le nombre d'accidents causés par l'utilisation de smartphone ne faisant qu'augmenter. Les autorités ont donc lancé une campagne pour empêcher les piétons de rentrer en collision avec une voiture ou un autobus. Les rencontres entre piétons et véhicules provoquées par l'usage intempestif des smartphones en Corée du Sud ont plus que doublé en cinq ans, à un millier d'incidents signalés en 2014, selon l'Autorité de sécurité des transports.

Le problème est d'autant plus aigu que le taux de pénétration des smartphones atteint les 80% dans ce pays qui semble vouloir à toute force maîtriser l'art de la marche et du texto simultanés. Afin de tenter d'éviter que les gens ne marchent au devant des autobus ou ne se rentrent dedans les uns les autres, les autorités de Séoul, l'une des villes les plus connectées au monde, ont commencé à installer des panneaux d'avertissement en cinq sites de la capitale. "Nous avons choisi les sites où les piétons jeunes sont les plus nombreux, puisque la majorité des utilisateurs de smartphones vont de l'adolescence à la trentaine", a expliqué mercredi à l'AFP Kim Ooc-Kyeong, cadre municipal chargé du projet.

Jt-38813221_-_22_06_2016_-_skorea-lifestyle-technology-transport

Puisque les cibles visées sont susceptibles de ne pas voir les panneaux en question, des avertissements ont été peints sur le trottoir lui-même. "On a mis 250 signaux sur les trottoirs car ils seront vus par les piétons en train de regarder leurs smartphones", dit M. Kim.

Sauf que visiblement, le succès des panneaux n'est pas  immédiat : en milieu de journée, pas un seul des passants interrogés par l'AFP n'avait repéré le moindre panneau. "Je n'ai jamais vu d'avertissement", dit Kim Hyun-Chul, 29 ans. "Il faut qu'ils les rendent plus visibles". Koo Sung-Hoi, 27 ans, ignore également tout des efforts de la municipalité pour lui éviter d'être blessé. "Je crois que les avertissements sur les trottoirs sont trop petits pour être remarqués". En moyenne, les utilisateurs sud-coréens passent quatre heures par jour à chatter, tweeter ou à jouer, et 15% d'entre eux présentent des symptômes d'addiction, selon les données officielles. Séoul va évaluer les effets de la campagne jusqu'à la fin de l'année avant de l'élargir le cas échéant.

À noter que (nettement) plus près de chez nous, la ville d'Anvers s'est aussi essayée à l'exercice en inaugurant l'été dernier des "bandes de circulation" pour  les piétons souhaitant utiliser leur smarpthone..

Posté le 21 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

Fessée et "contre-peformance" managériale

2048x1536-fit_extrait-video-montrant-formateur-frapper-employes

C'est l'histoire d'un formateur, consultant pour grande banque chinoise qui, un peu distrait, a oublié de lire un paragraphe du code du travail national. A savoir celui où il est stipulé qu'il ne faut surtout PAS infliger de châtiments corporels aux nouveaux employés de la boite (pour les mauvaises langues, on a vérifié: ce paragraphe existe!)

Plein de zèle, le formateur a donc pris la liberté de s'improviser fesseur-en-chef, jugeant que frapper à coup de baton le derrière de huit employés "non-performants" était un châtiment proportionné. La scène, filmée à l'aide d'un téléphone portable, met d'autant plus mal à l'aise qu'elle a lieu dans un cadre tout à fait "corporate". 

Mais voilà déjà l'épilogue de cette sombre histoire de fessée, qui sonne comme une énième fable de notre ère post-digitale où la justice numérique triomphe à la fin. La vidéo de ces brutalités, une fois mise en ligne, a provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux, d'abord chinois, puis mondiaux. 

Suite à cela, le président et le responsable du Parti Communiste Chinois à la tête de la banque ont tous les deux été mis à pied. Motif: "avoir omis de mener des contrôles adéquats sur le programme de formation". Quant à notre formateur improvisé fesseur-en-chef, il a  été sommé de présenter des excuses publiques "pour son comportement inapproprié". Une affaire de proportions, on vous disait...

Arthur Sente

Posté le 16 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

Un escalier pour l'enfer?

Incandescent morceau des années septante, chanson porte-drapeau de Led Zeppelin qui remplissait les stades déjà à l’époque et devint un modèle économique à suivre (il fera des petits), coaché qu’il était par Peter Grant, un ancien catcheur devenu manager, voilà "Stairway to Heaven" remisé au purgatoire, avant de connaître peut-être l’enfer de la disgrâce. C’est que vient de débuter le procès pour plagiat des survivants du groupe anglais à savoir Jimmy Page, Robert Plant et John Paul Jones, les deux premiers étant présents lors de la première audience.

Les créateurs du hard rock n’en sont pas à leur coup d’essai, si l’on peut dire, en matière de procès. Vingt ans après la création de "Whole Lotta Love" qui lancera la carrière du groupe en 69, le bluesman Willie Dixon leur intentera un procès pour plagiat de la chanson "You Need Love", chantée par Muddy Waters, une accusation réitérée pour "Bring It On Home" notamment, les deux actions se soldant par des arrangements à l’amiable.

À l’image des Stones, de Cream ou des Yardbirds, Led Zep fit partie de la mouvance du british blues qui remit à l’honneur le bluesman américain, montrant par là à l’Amérique son visage noir. À l’époque, ces jeunes groupes multiplient les hommages autant que les emprunts aux bluesmen qu’ils admirent tant, sans se soucier d’une quelconque rétribution ni même accréditation parfois.

 

Le cas "Stairway to Heaven" est différent: Led Zeppelin est alors au sommet de son art. Après un album folk en peau de mouton (l’excellent "Led Zeppelin III" enregistré au Pays de Galles), ils livrent avec "Led Zeppelin IV" (aussi appelé album des runes), un disque qui sera un peu la quintessence de leur art-rock, réunissant à la fois sur une longue plage épique, le folk de la plaque précédente et la furie hard rock des deux premiers disques. Tout y est dans ce morceau: la poésie du texte, la flûte de berger, la guitare sèche de Page, la voix d’ange de Plant, puis la furie de la batterie et de la basse, le solo de guitare incandescent et les incantations haut perchées du beau Robert. Parenthèse: le morceau est à ce point iconique que son titre sera détourné par le Butthole Surfers, groupe alternatif texan, avec l’album "Stairway to Steven", formation que produira ensuite un certain… John Paul Jones.

Sauf qu’apparemment, le morceau ne serait qu’une resucée d’un titre du premier groupe de Randy California, Spirit, groupe psychédélique qui, en 1968, enregistre le morceau "Taurus" dont Stairway semble largement s’inspirer (Page, compositeur principal du groupe, reconnaît avoir possédé l’album à l’époque). En attendant le verdict qui devrait tomber la semaine prochaine, deux questions restent en suspens: où se situe la frontière entre l’emprunt inconscient et le plagiat? Pourquoi les ayants droit (l’auteur dans le cas de "Whole Lotta Love"… et de Willie Dixon) ont-ils attendu si longtemps? Il est vrai qu’aux Etats-Unis, les avocats ressemblent furieusement à des chasseurs de prime. Et puis, pourquoi ne pas réclamer un disque, surtout s’il est d’or?

Un précédent existe dans le cas de groupe de hard rock pillant un groupe psychédélique. Le "Child In Time" de Deep Purple s’inspire en effet du titre "Bombay Calling", morceau du groupe hippie It’s a beautiful day dans le genre Jefferson Airplane dont il reprend la mélodie quasi note pour note (on le trouve sur le net). Ian Gillan, chanteur du groupe de hard, a d’ailleurs reconnu la filiation dans une interview en 2002.

Verra-t-on un jour Jimmy Page et le Ritchie Blackmore de Deep Purple assis ensemble dans le même box? À défaut de grandes joutes verbales, cela nous promettrait de beaux duels de guitares.

Bernard Roisin

Posté le 13 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

Nabilla chez Filigranes, non mais allô quoi!

La bimbo de la téléralité se la joue grand auteur chez Filigranes. Les railleries fusent, mais le patron de la librairie assume pleinement la promotion de l'autobiographie de la jeune fille, déjà écoulée à 65.000 exemplaires.

Nabila n'est pas qu'une bimbo de la téléréalité connue pour une phrase qui a fait un buzz mémorable (allez, pour le plaisir on vous le rappelle: "Allô? Non mais allô quoi! T'es une fille, t'as pas de shampooing?").

Nabilla

Elle a aussi été condamnée à deux ans de prison dont six mois fermes pour avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara.

De quoi, à l'âge de 24 ans, écrire un livre, "Trop vite", que Laffont s'est empressé d'éditer et où Nabila Benattia "explique", "réfléchit", et "dit enfin sa pensée" sur trois ans d'exposition médiatique, pour reprendre quelques mots du quatrième de couverture.

Pourquoi pas, au point où on en est... Sauf que Filigranes, un libraire bruxellois bien connu pour ses happening sulfureux (il avait par exemple invité le journaliste très conservateur Eric Zemmour, non sans bousculades d'ailleurs, ainsi que le philosophe lui aussi classé très à droite Alain Finkielkraut), a décidé d'inviter la starlette désormais auteur à une séance de dédicaces.

Wouarf! La toile s'esclaffe évidemment. Mais sur les ondes de la RTBF, le patron de la librairie a adopté sa ligne de défense habituelle: "Que Nabilla vienne à Filigranes et que cela suscite des railleries de la part de mes collègues, je m'en contrefous. Je pense qu'en tant que spécialistes des livres, nous ne devons pas snober le moindre auteur. Faire dans l'élitisme n'a pas de sens. D'autant que Filigranes a toujours été une librairie ouverte à tous et un lieu de vie", a expliqué Marc Filipson.

En septembre 2015 la Youtubeuse spécialisée dans la mode Enjoy Phoenix avait attiré 4.500 personnes devant la librairie bruxelloise. Davantage que l'ouverture de l'Apple store de la Toison d'Or le même jour, fait remarquer Filipson.

Nabilla, mine de rien, a déjà vendu 65.000 exemplaires de son livre.


 

Posté le 10 juin 2016 par L'Echo Réactions | Réagir

Clinton bat les records de "retweets"

Clinton phone

Hillary Clinton, candidate démocrate à la Maison Blanche, a battu tous ses records de "retweets" jeudi en se moquant de son adversaire Donald Trump dans un message parfaitement ciselé dans la langue de Twitter.

Le milliardaire accro à Twitter avait écrit sur le réseau social, "Obama vient de se rallier à Hillary la malhonnête. Il veut quatre années de plus, mais personne d'autre n'en veut!" Le compte de Hillary Clinton a retweeté Donald Trump cinq minutes plus tard, mais l'assortissant d'une phrase emblématique du réseau social, sorte de faux conseil d'ami employé ironiquement pour se moquer d'un utilisateur après un tweet particulièrement ridicule ou une blague ratée: "Supprime ton compte".

Le message été retweeté plus de 350.000 fois à l'heure d'écrire ces lignes, un record pour la candidate, qui a 6,7 millions d'abonnés (Donald Trump en a 8,8 millions), et dont le compte adopte d'ordinaire un ton plus institutionnel que celui du républicain.

Hillary Clinton écrit rarement ses tweets, qu'elle signe alors d'un "-H.", ce qui n'était pas le cas pour ce message, a confirmé son équipe de campagne.

Détestant ne pas avoir le dernier mot, Donald Trump a finalement répondu, environ une heure plus tard: "Combien de temps les 823 personnes de votre équipe ont-elles mis pour trouver ça? Et où sont les 33.000 messages que vous avez effacés?" L'homme d'affaires dicte ses tweets à ses assistantes en journée, mais écrit "toujours" ses messages lui-même en soirée, après 19 heures, avait-il expliqué sur CNN en avril. 

Dernières réactions sur nos blogs