Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

janvier 2017

Buzness
L’objectif de ce blog? Vous montrer que business et buzz peuvent faire bon ménage et vous faire sourire…

Posté le 31 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Paul Ryan devient un invertébré sur Wikipedia

Paul Ryan est un républicain. Paul Ryan est le président de la Chambre des représentants des États-Unis. Paul Ryan est l'ancien colistier de Mitt Romney en 2012. Mais Paul Ryan est aussi un invertébré.

Heu, pardon?

Vous avez bien lu. Selon Wikipedia, Paul Ryan est classé parmi les invertébrés, ces "animaux qui ne possèdent pas colonne vertébrale". "Nombre estimé de l'espèce: 1", apprend-on également.

La beauté de Wikipedia est de rendre possible la mutualisation des savoirs. Les ajouts proposés passent toutefois entre les mains du site pour ne pas voir des absurdités. Il faut croire qu'ils ont bu un coup de trop chez Wikipedia. L'impair a toutefois été réparé.

Mais pourquoi cette blague? Paul Ryan n'a pas ménagé Donald Trump pendant sa campagne, refusant de lui accorder son soutien. C'est un partisan du libéralisme économique qui s'arrache sans doute les cheveux en voyant le programme protectionniste que le président est en train de mettre en place. Par ailleurs, son approche budgétaire est beaucoup plus orthodoxe que celle du milliardaire. Mais voilà, il y a quelques jours, Paul Ryan a déclaré être "sur la même longueur d'ondes que la Maison blanche". 

Le républicain a donc courbé l'échine très facilement. Comme un invertébré. Qui n'en a pas, d'échine.

 

Posté le 25 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Les enfants d'Alep, Monsieur Trump, sont semblables aux vôtres

Bana, la fillette syrienne devenue célèbre pour ses tweets durant le siège d'Alep, a lancé un appel à l'aide au nouveau président américain Donald Trump.

Afpjd0o2_73791157_preview


"Je fais partie des enfants syriens qui ont souffert de la guerre en Syrie", écrit Bana Al-Abed, 7 ans, évacuée en décembre d'Alep vers la Turquie. Sa lettre a été transmise par sa mère à la BBC.

Elle explique à Donald Trump son quotidien à Alep: son école détruite par les bombardements, la mort de ses amis.

"Maintenant en Turquie, je peux sortir et m'amuser. Je peux aller à l'école même si je ne l'ai pas encore fait. Voilà pourquoi la paix est importante pour tout le monde, y compris pour vous", écrit-elle. "Mais des millions d'enfants syriens ne sont pas comme moi en ce moment et souffrent dans différentes régions de Syrie. (...) Vous devez faire quelque chose pour les enfants de Syrie parce qu'ils sont semblables à vos enfants et méritent de vivre en paix comme vous."

Bana Al-Abed- conclut sa lettre en écrivant: "Promettez-moi de faire quelque chose pour les enfants de Syrie. Je suis déjà votre nouvelle amie."

Au moins 15.000 enfants figurent parmi les plus de 300.000 personnes tuées durant la guerre qui déchire la Syrie depuis six ans.

De septembre à décembre 2016, la fillette était devenue la coqueluche des réseaux sociaux en tweetant avec sa mère sur l'enfer quotidien à Alep, livrant des tranches de vie émouvantes dénoncées comme de la propagande par le régime du président syrien Bachar al-Assad.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan l'avait reçue le 21 décembre avec sa famille après leur évacuation.

Afpjb55c_73767028_preview

La Turquie, actuellement alliée en Syrie de la Russie et de l'Iran avec lesquels elle vient de parrainer un accord pour consolider le cessez-le-feu au terme de négociations à Astana, accueille quelque 2,7 millions de réfugiés syriens.

Posté le 24 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Les anti-Oscars ont aussi leurs nominés

Ben Stiller dans le film Zoolander 2

La comédie "Zoolander 2" avec Ben Stiller (photo) et le block-buster "Batman v Superman" avec Ben Affleck mènent les nominations pour les Razzie Awards, parodie des Oscars qui récompense le pire du cinéma américain. Les organisateurs de cette cérémonie parle d'un cru 2016 très relevé. 

@SalimNesba - avec AFP 

Comme chaque année, depuis 37 ans, l'ébullition des Oscars hollywoodiens est court-circuitée par le communiqué des Razzie Awards. Celui-ci arrive le jour où toute la planète cinéma attend le nom des "oscarisables". Une sorte d'amuse-bouche loufoque avant le verdict de la très sérieuse Academy of Motion Picture Arts and Sciences. 

Cette année, les organisateurs des Razzies ont frappé fort. D'entrée jeu, ils indiquent que l'année 2016 a été " une année de SI mauvais films que les Razzies ont dû allonger les nominations à six par catégorie!" au lieu de cinq traditionnellement. 

Alors quels films et quels acteurs vont-ils concourir pour les prix des ratés 2016 du cinéma? Parmi les favoris, on trouve 'Zoolander2' sorti avec 15 ans de retard (9 nominations) et l'improbable bataille-royale de BD 'Batman v Superman', assommé de 8 nominations. Ce film, malgré des critiques assassines, a récolté près de 900 millions de dollars dans le monde. "Dirty Papy" avec Robert de Niro, "Gods of Egypt" avec Gerard Butler et "Independance Day: Resurgence" font également partie des finalistes pour le Razzie du pire film de l'année.

A qui les belles framboises? 

De Niro, Gerard Butler, Ben Affleck, Henry Cavill et Ben Stiller aux côtés de Dinesh D'Souza ("Hillary's America") sont sélectionnés pour la très indésirable "framboise" du pire acteur.

Chez les actrices, Megan Fox pour son rôle de journaliste amie d'une bande de reptiles judokas dans "Ninja Turtles 2", Julia Roberts dans "Mother's Day" et les interprètes de la saga "Divergente" Naomi Watts et Shailene Woodley sont en lice pour ce prix peu disputé.

"Alice de l'autre côté du miroir", flop de Tim Burton et l'un des rares échecs de Disney au cours d'une année record pour le studio, a par ailleurs été nommé dans la catégorie "pire suite", tout comme "Cinquante nuances de black".

Les lauréats des 37ème Razzie Awards, décernés par 1.000 membres lors d'un scrutin, seront dévoilés le 25 février, à la veille des prestigieux Oscars. Ces heureux élus se présentent toutefois rarement à la cérémonie. Ils reçoivent un trophée consistant en une framboise de la taille d'une balle de golf posée sur une bobine de film Super 8, le tout peint en jaune doré et d'une valeur de 4,79 dollars.

Posté le 24 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Les anti-Oscars ont aussi leurs nominés

Ben Stiller dans le film Zoolander 2

La comédie "Zoolander 2" avec Ben Stiller (photo) et le block-buster "Batman v Superman" avec Ben Affleck mènent les nominations pour les Razzie Awards, parodie des Oscars qui récompense le pire du cinéma américain. Les organisateurs de cette cérémonie parle d'un cru 2016 très relevé. 

@SalimNesba - avec AFP 

Comme chaque année, depuis 37 ans, l'ébullition des Oscars hollywoodiens est court-circuitée par le communiqué des Razzie Awards. Celui-ci arrive le jour où toute la planète cinéma attend le nom des "oscarisables". Une sorte d'amuse-bouche loufoque avant le verdict de la très sérieuse Academy of Motion Picture Arts and Sciences. 

Cette année, les organisateurs des Razzies ont frappé fort. D'entrée jeu, ils indiquent que l'année 2016 a été " une année de SI mauvais films que les Razzies ont dû allonger les nominations à six par catégorie!" au lieu de cinq traditionnellement. 

Alors quels films et quels acteurs vont-ils concourir pour les prix des ratés 2016 du cinéma? Parmi les favoris, on trouve 'Zoolander2' sorti avec 15 ans de retard (9 nominations) et l'improbable bataille-royale de BD 'Batman v Superman', assommé de 8 nominations. Ce film, malgré des critiques assassines, a récolté près de 900 millions de dollars dans le monde. "Dirty Papy" avec Robert de Niro, "Gods of Egypt" avec Gerard Butler et "Independance Day: Resurgence" font également partie des finalistes pour le Razzie du pire film de l'année.

A qui les belles framboises? 

De Niro, Gerard Butler, Ben Affleck, Henry Cavill et Ben Stiller aux côtés de Dinesh D'Souza ("Hillary's America") sont sélectionnés pour la très indésirable "framboise" du pire acteur.

Chez les actrices, Megan Fox pour son rôle de journaliste amie d'une bande de reptiles judokas dans "Ninja Turtles 2", Julia Roberts dans "Mother's Day" et les interprètes de la saga "Divergente" Naomi Watts et Shailene Woodley sont en lice pour ce prix peu disputé.

"Alice de l'autre côté du miroir", flop de Tim Burton et l'un des rares échecs de Disney au cours d'une année record pour le studio, a par ailleurs été nommé dans la catégorie "pire suite", tout comme "Cinquante nuances de black".

Les lauréats des 37ème Razzie Awards, décernés par 1.000 membres lors d'un scrutin, seront dévoilés le 25 février, à la veille des prestigieux Oscars. Ces heureux élus se présentent toutefois rarement à la cérémonie. Ils reçoivent un trophée consistant en une framboise de la taille d'une balle de golf posée sur une bobine de film Super 8, le tout peint en jaune doré et d'une valeur de 4,79 dollars.

Posté le 23 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Donald Trump au carnaval d'Alost?

Trump alost

Un Belge a piraté un tweet de Donald Trump qui renvoie désormais vers une vidéo humoristique où le président joue le rôle principal sur fond d'une chanson du carnaval d'Alost réarrangée.

Un Belge a "utilisé" le compte Twitter officiel de Donald Trump pour publier une chanson du carnaval d'Alost qui évoque les prostituées russes, rapporte lundi le site de Het Laatste Nieuws.

"Je vais en Russie parce que j'ai entendu parler des kalinka, des poupées russes, tout ce qui enchante mon coeur. Cette année, on ne va pas au soleil, mais au 'balcon' d'Olga." C'est sur ces mots que débute la chanson partagée par le compte du président des Etats-Unis dimanche soir, et dont la vidéo le montre dans le rôle principal.

Le "piratage" est l'oeuvre du Belge Indi De Ceukelaire, âgé de 21 ans. Celui-ci a cherché dans les anciens tweets de Donald Trump des adresses de sites qui ne se lançaient plus automatiquement. Lorsqu'il a constaté que c'était le cas de l'URL du National Achievers Congress (NAC), cité par le président américain le 11 avril 2012 à la veille d'un discours sur place, le pirate s'est renseigné sur la disponibilité du site et l'a acheté pour dix euros, en toute légalité. "Je n'ai rien fait de mal", insiste-t-il. "J'ai juste acheté un site et fait ce que je voulais avec." La vidéo était toujours en ligne lundi après-midi.

Posté le 20 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Nos parlementaires n'ont aucun problème d'alcool, promis!

Après les injures de Luk Van Biesen (Open Vld) lancées à Meryame Kitir (sp.a) en septembre dernier, la commission déontologie du parlement s'était demandé s'il ne fallait pas supprimer l'alcool gratuit à la buvette. Les députés jurent que non!

Index

In vino veritas, certes, et ça marche aussi avec la bière belge. Mais bon, parfois, on devient tellement spontané qu'on ne dit plus que des conneries. Comme cette fois où Luk Van Biesen, un sénateur Open Vld, avait lancé à Meryame Kitir (sp.a) qu'elle n'avait qu'à rentrer au Maroc, en pleine séance plénière de la Chambre.

Pour que ça n'arrive plus - et l'histoire ne dit pas si le dit sénateur était bourré ou pas du tout ce jour-là, précisions - le président de la vénérable assemblée avait demandé à ce qu'on prenne des mesures pour que ce genre de propos ne puisse plus y être entendus.

La commission déontologique du parlement fédéral s'était donc penché sur l'épineux problème et était arrivé à la conclusion qu'il fallait peut-être qu'on arrête de servir de l'alcool aux parlementaires à la buvette, car cela pouvait entraîner des propos disgrâcieux. Bon allez, en tout cas le servir gratuitement.

 

Mais la proposition a provoquée une volée de boucliers parmis les élus, à commencer par le président de la Chambre lui-même, Siegfried Bracke, qui affirme que l'alcool n'avait rien à voir avec les propos inacceptables de l'élu Open Vld.

Les chefs de groupe interrogés estiment aussi que le supposé problème d'alcool à la Chambre est "inexistant".

Allez alors, santé!

Posté le 19 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Trump risque de pousser Bush 6 pieds sous terre

Bush père

Le 41e président des États-Unis, George H. W. Bush, va faire l'impasse sur l'investiture de Donald Trump vendredi de peur que ça ne le tue.

C'est pas la forme pour George H. W. Bush et son épouse Barbara. Ils étaient tous les deux hospitalisés mercredi à Houston, au Texas. L'ancien président américain de 92 ans à la santé déclinante a été admis en soins intensifs après une pneumonie. Son épouse souffrait quant à elle de fatigue et de toux.

Le républicain va donc faire l'école buissonnière et sécher l'investiture de Donald Trump qui a lieu ce vendredi. Mais il y a mis les formes grâce à une petite lettre envoyée au 45e président des États-Unis.

"Mon médecin dit que si je reste assis dehors en janvier, je finirai probablement six pieds sous terre. Pareil pour Barbara. Donc nous sommes coincés au Texas", a écrit George Bush, avant de souhaiter tous ses vœux de réussite. Donald Trump a rapidement réagi sur Twitter en le remerciant pour sa "merveilleuse lettre" et en lui souhaitant un prompt rétablissement.

Donald Trump ne sera pas délaissé pour autant. Les anciens présidents Jimmy Carter (1977-1981), Bill Clinton (1993-2001), George W. Bush (2001-2009) et Barack Obama seront présents à la prestation de serment.

Présidents

Pas vraiment copains comme cochons

A en lire cette correspondance chaleureuse entre les deux présidents, on pourrait croire qu'ils sont de grands amis. Mais il ne s'agit bien ici que d'apparences. La campagne électorale de caniveaux et le langage de Donald Trump n'étaient pas du goût de George H. W. Bush. Comme son fils, il a boycotté la convention d'investiture du parti républicain en juillet.

Et il n'a pas corrigé quand la fille aînée de Robert Kennedy, Kathleen Kennedy Townsend, avait rapporté en septembre que l'ancien président lui avait confié qu'il voterait pour Hillary Clinton en novembre.

Posté le 19 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Donald Trump, source d'inspiration capillaire pour les insectes

Qu'est-ce qui caractérise le mieux Donald Trump? Son langage libre? Ses tweets incendiaires? Sa vision de la politique? Un peu de tout cela effectivement. Mais Trump, c'est surtout une coiffure hors norme. A point tel qu'elle semble inspirer ... les insectes!

                                                                                                                                                                                                                                                Par Dominique Liesse

507807024_62888868_preview

Le "Neopalpa donaldtrumpi", cela vous dit-il quelque chose? C'est le nom donné par un chercheur canadien à une mite. Le scientifique a trouvé une troublante ressemblance entre les écailles dorées disposées sur la tête de ce papillon nocturne et la coiffure du nouveau président américain, Donald Trump.

 

 

En nommant ainsi l'insecte, Vazrick Nazari ne vise pas la moquerie. Il affirme avoir opté pour le nom de ce petit papillon de nuit de 9 millimètres à des fins écologiques: attirer "davantage l'attention sur la protection de fragiles habitats aux Etats-Unis qui abritent encore beaucoup d'espèces inconnues".

Cette mite n'est pas la première espèce scientifiquement baptisée en référence à Donald Trump. L'an dernier, un papillon trouvé dans l'Amazonie au Pérou avait été surnommé de manière informelle "Trumpapillar" à cause du duvet jaune orangé qui le recouvrait.

 



Selon la revue scientifique "Live Science", neuf espèces sont, elles, gratifiées du nom du président sortant Barack Obama, dont un poisson, Tosanoides obama, que l'on trouve dans un récit corallien d'Hawaï, et une mygale. Barack Obama est à ce jour, le président qui a donné son nom à le plus d'espèces. Dans son cas toutefois, peu font référence à des caractéristiques physiques.

Capture

Posté le 19 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Donald Trump, source d'inspiration capillaire pour les insectes

Qu'est-ce qui caractérise le mieux Donald Trump? Son langage libre? Ses tweets incendiaires? Sa vision de la politique? Un peu de tout cela effectivement, mais Trump, c'est surtout une coiffure hors norme.  Et ce à un point tel qu'elle semble inspirer ... les insectes!

                                                                                                                                                                                                                                                Par Dominique Liesse

507807024_62888868_preview

Le "Neopalpa donaldtrumpi", cela vous dit-il quelque chose? C'est le nom donné par un chercheur canadien à une mite. Le scientifique a trouvé une troublante ressemblance entre les écailles dorées disposées sur la tête de ce papillon nocturne et la coiffure du nouveau président américain, Donald Trump.

 

 

En nommant ainsi l'insecte, Vazrick Nazari ne vise pas la moquerie. Il affirme avoir opté pour le nom de ce petit papillon de nuit de 9 millimètres à des fins écologiques: attirer "davantage l'attention sur la protection de fragiles habitats aux Etats-Unis qui abritent encore beaucoup d'espèces inconnues".

Cette mite n'est pas la première espèce scientifiquement baptisée en référence à Donald Trump. L'an dernier, un papillon trouvé dans l'Amazonie au Pérou avait été surnommé de manière informelle "Trumpapillar" à cause du duvet jaune orangé qui le recouvrait.

 



Selon la revue scientifique "Live Science", neuf espèces sont, elles, gratifiées du nom du président sortant Barack Obama, dont un poisson, Tosanoides obama, que l'on trouve dans un récit corallien d'Hawaï et une mygale. Barack Obama est à ce jour, le président qui a donné son nom à le plus d'espèces. Dans son cas toutefois, peu font référence à des caractéristiques physiques.

Capture

Posté le 18 janvier 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Donald Trump n'aime pas tweetter. Ah bon!

Quoi qu'il en dise, Donald Trump use et abuse de Twitter. A quelques jours de son arrivée à la Maison-Blanche, il a d'ores et déjà indiqué qu'il n'utiliserait pas le compte officiel présidentiel @POTUS (President of the US) mais poursuivrait ses tweets avec son compte personnel @ realDonaldTrump. A la CIA, on s'inquiète déjà. 

                                                                                                                                                                                                                                                     par Dominique Liesse

  308967517_0-10_74674878_preview

Donald Trump est un expert en matière de réseaux sociaux. Son outil favori: Twitter. Son équipe souligne d'ailleurs que le Président élu doit en grande partie sa victoire à Twitter. Pourtant, le milliardaire l'affirme: "Je n'aime pas tweeter". Il s'explique: "J'ai d'autres choses à faire. Mais j'ai droit à une couverture médiatique très malhonnête, à une presse très malhonnête. Et c'est la seule manière que j'ai trouvée de réagir", a-t-il déclaré dans l'émission "Fox and Friends" sur Fox News diffusée ce mercredi.

Le problème c'est que les tweets de Donald Trump sont loin d'être d'anodins commentaires. L'homme aime les attaques. Depuis son élection en novembre dernier, il a déjà insulté 35 cibles: journalistes, émissions de TV qu'il n'aime pas, un sketch trop satirique le concernant. Meryl Streep ou Arnold Schwarzenegger ont eu, eux, droit aux injures comme le patron d'un restaurant dont il n'a pas aimé la cuisine ou bien encore la Chine.

 .@NBCNews is bad but Saturday Night Live is the worst of NBC. Not funny, cast is terrible, always a complete hit job. Really bad television!

Les patrons d'entreprises en prennent aussi pour leur grade avec parfois des répercussions immédiates sur l'évolution du cours de bourse de la société.

Mais l'imprévisible Donald Trump peut aussi se transformer en roi des gaffeurs. Il a ainsi repris un tweet à son compte; un tweet qui félicitait @Ivanka, soulignant qu'elle était "formidable, une femme qui a du caractère et de la classe". Le hic, c'est qu'il s'est trompé d'Ivanka, oubliant probablement que le compte de sa fille n'est pas @Ivanka mais @IvankaTrump.

 

La propriétaire du compte, Ivanka Majic, une consultante numérique de la ville balnéaire de Brighton et ex-responsable numérique pour le parti travailliste, a répliqué à ces compliments involontaires: "Et vous, vous êtes un homme aux formidables responsabilités. Puis-je suggérer plus d'attention sur Twitter et plus de temps à s'informer sur le changement climatique?"

Insultes, injures, bourdes, le penchant manifeste de Trump à communiquer via Twitter donne déjà des cheveux blancs au directeur actuel de la CIA, John Brennan. Il a ainsi conseillé au Président élu de faire attention à ce qu'il dit, en particulier lorsqu'il s'agit de la Russie.

Invité de l'émission de télévision "Fox News Sunday", John Brennan a déclaré : "La spontanéité n'est pas quelque chose qui protège les intérêts de la sécurité nationale, donc quand il s'exprime ou réagit, il faut être sûr qu'il comprend bien les implications et l'impact profonds que cela peut avoir sur les Etats-Unis". Il ajoute que cela "ne concerne pas juste Monsieur Trump, cela concerne les Etats-Unis d'Amérique".

John Brennan est revenu sur la controverse des informations compilées par la Russie et apparemment compromettantes pour Donald Trump. Une publication qui a offusqué le futur locataire de la Maison blanche.

Réponse du berger à la bergère: "Donald Trump parle aux Américains 'sans filtre'", lance son porte-parole! Voilà la CIA prévenue.

Dernières réactions sur nos blogs