Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 7 avril 2017 par L'Echo

Comment Trump retourne sa veste...en 5 tweets

Souvent l’objet de railleries pour ses nombreuses contradictions, Donald Trump a cette fois encore fait fort! Voici 5 tweets publiés par le président américain en septembre 2013 qui montrent, dans le cas de l’intervention militaire en Syrie, à quel point il peut facilement retourner sa veste.

Par François Witvrouw

Trump

Il y a un peu moins de quatre ans, alors que Barack Obama était au pouvoir, Donald Trump lui avait envoyé plusieurs piques sur Twitter en évoquant la conflit syrien. Le milliardaire était totalement contre une intervention militaire en Syrie et ne se privait pas d’intimer à Obama le conseil d’éviter toute décision qui serait allée dans le sens contraire.

A l’époque, le président démocrate avait mis en avant une "ligne rouge" interdisant le recours aux armes chimiques, quelques jours après une attaque chimique imputée à Damas qui avait tué 1500 civils, dont plus de 400 enfants, et provoqué une indignation mondiale.

Malgré tout, Barack Obama avait décidé au tout dernier moment de ne pas intervenir contre le régime syrien, pour le plus grand bonheur de Donald Trump qui préférait le voir se concentrer sur le territoire national plutôt que de se lancer à corps perdu dans une guerre sans fin.

Et pourtant… Voilà que dans la nuit de jeudi à vendredi, Trump a donné l'ordre aux navires USS Porter et USS Ross, présents en mer Méditerranée, de tirer 59 missiles Tomahawk sur une base militaire syrienne, près de Homs. Cette base est soupçonnée par le Pentagone d'avoir stocké des armes chimiques utilisées mardi contre la localité de Khan Cheikhoun, faisant au moins 86 morts, dont 30 enfants. Les frappes, qui ont fait six victimes selon l’armée syrienne, avaient pour but de dissuader le régime syrien d'utiliser à nouveau des armes chimiques contre sa population civile et d'ainsi franchir la fameuse ligne rouge dont Trump se moquait dans ses tweets.

"Si nous continuons à être stupide et allons en Syrie (regardez la Russie), comme ils disent au cinéma, TIREZ D'ABORD ET PARLEZ ENSUITE!"

"Laissez la Ligue arabe prendre soin de la Syrie. Pourquoi ces riches pays arabes ne nous paient-ils pas pour le coût énorme d'une telle attaque?"

"La seule raison pour laquelle le Président Obama veut attaquer la Syrie est de sauver la face après sa déclaration stupide sur la LIGNE ROUGE. N'attaquez PAS la Syrie, occupez-vous des Etats-Unis."

"DE NOUVEAU, A NOTRE TRES STUPIDE LEADER, N'ATTAQUEZ PAS LA SYRIE - SI VOUS LE FAITES, BEAUCOUP DE MAUVAISES CHOSES ARRIVERONT ET DANS CE COMBAT, LES ETATS-UNIS NE GAGNERONT RIEN!"

"Président Obama, n'attaquez pas la Syrie. Il n'y a rien à gagner mais énormément à perdre. Gardez votre 'poudre' pour un autre (et plus important) jour!"

Durant la campagne présidentielle, quelques jours avant l'élection du 8 novembre 2016, Donald Trump avait clairement réaffirmé être totalement opposé à intervention en Syrie. Il reprochait à Hillary Clinton de ne pas se dire contre une guerre, alertant l'opinion publique sur des conséquences qu'il semblait redouter...

"Hillary Clinton veut débuter une intervention armée en Syrie... cela pourrait très bien mener à la Troisième Guerre mondiale."

Vous avez dit contradictoire? Quoi qu'il en soit, avec cette frappe, Donald Trump a pris la mesure militaire américaine la plus directe depuis le début de la guerre en Syrie il y a six ans.

Une décision qui accroît le risque d'une confrontation avec la Russie et l'Iran, les deux principaux alliés de Bachar al Assad.

Réactions