Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

mai 2017

Buzness
L’objectif de ce blog? Vous montrer que business et buzz peuvent faire bon ménage et vous faire sourire…

Posté le 23 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Donald Trump vient-il poser la première pierre du mur linguistique belge?

Le Président américain, Donald Trump, débarque ce mercredi à Bruxelles. Les services de sécurité sont en alerte. Les parieurs, eux, s'interrogent.

Afp_or5lw_106515718_preview

"J'ai été à Bruxelles il y a une vingtaine d'années, belle, tout était tellement beau. Maintenant, c'est comme vivre dans un trou à rats". Lorsqu'en janvier 2016 Donald Trump lâche ces mots à une journaliste de Fox Business Network, l'homme n'est pas encore installé à la Maison-Blanche.

Quatre mois plus tard, désormais Président des Etats-Unis, Donald Trump se voit obliger de séjourner dans cette ville. Une occasion à ne pas manquer pour la société betFirst. Elle a donc ouvert les paris. Mise maximale possible: 25 euros.

A l'agenda de betFirst: la couleur de la cravate du milliardaire à sa sortie de Air Force One? Aborera-t-il une casquette "Belgium is great"? Donald Trump goûtera-t-il la "gastronomie locale" ?

Mais les paris qui tiennent la cote sont:

Trump s’excusera-t-il d’avoir dit que la Belgique est un « trou à rats » ? La cote est de 5, donc 20% de probabilité.

Trump proposera-t-il de construire un mur entre la Flandre et la Wallonie?  La cote est de 10, donc 10% de probabilité.

Trump proposera-t-il de construire un mur entre la Belgique et la France? La cote est de 20, donc 5% de probabilité.

 

Les paris sont ouverts jusqu'à ce mercredi 14 heures.

 

Posté le 17 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

"Oui, je fais un film pour nous sortir de ce bordel"

Michael Moore, un habitué des documentaires engagés, en prépare un nouveau sur ... Donald Trump. Et il risque fort de ne pas plaire au milliardaire excentrique. Intitulé  "Fahrenheit 11/9" en référence à l'un de ses derniers films "Fahrenheit 9/11", le réalisateur américain retrace les événements qui ont émaillé les premiers mois de Trump à la présidence des Etats-Unis. Et avec Michael Moore, on peut être déjà sûr d'une chose: l'homme à la moumoute dorée risque d'en prendre pour son grade !

Moore

Le réalisateur américain Michael Moore prépare un documentaire sur Donald Trump intitulé "Fahrenheit 11/9", clin d'oeil à l'un de ses précédents films "Fahrenheit 9/11" et au jour de la proclamation des résultats de la dernière élection présidentielle. Les résultats ont été officialisés le 9 novembre 2016, les Américains citant traditionnellement le mois, puis le jour, pour évoquer une date du calendrier (11/9).

"Oui, je fais un film pour nous sortir de ce bordel", a tweeté le metteur en scène à la casquette, dans un message assorti d'un lien vers un article du site du magazine Variety.

"Peu importe les révélations, il reste droit dans ses bottes. Les faits, la réalité, les méninges, rien ne l'atteint. Même quand il se fait mal lui-même, il se lève le lendemain et continue à tweeter. Tout ça termine dans ce film", déclare dans Variety Michael Moore.

Selon le site, les producteurs Bob et Harvey Weinstein ont acquis les droits du film pour le monde entier, par le biais d'une de leurs sociétés, Fellowship Adventure Group, qui avait déjà produit "Farenheit 9/11". Ils n'ont toutefois pas encore souhaité confirmer l'information.

"Fahrenheit 9/11" avait été un tournant dans la carrière de Michael Moore, récoltant la Palme d'or à Cannes en 2004. Engagé politiquement, résolument marqué à gauche, le réalisateur a cherché à mobiliser l'opinion contre Donald Trump durant la campagne présidentielle, étant l'un des rares à dire qu'il risquait d'être élu. En octobre, il avait réalisé et monté dans l'urgence le documentaire "Michael Moore in Trumpland", vibrant plaidoyer en faveur de la candidate démocrate Hillary Clinton.

Fin juillet, le truculent sexagénaire va faire ses débuts sur les planches aux Etats-Unis avec un "one-man-show" qui revient sur l'ascension de Donald Trump jusqu'à la Maison Blanche, au Belasco Theatre sur Broadway, à New York.

Posté le 16 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Où payer vos pots-de-vin à Trump?

Trump bribes

Donald Trump n'a pas que des admirateurs, on le sait. Il suffit de voir le nombre de manifestations de citoyens depuis son élection. Mais un des ses opposants s'est montré plutôt original pour affirmer son mécontentement vis-à-vis de la politique du 45e président des États-Unis.

Il a projeté dans la nuit de lundi à mardi le texte "Payez vos pots-de-vin à Trump ici" sur la façade du Trump International Hotel à Washington, avec une flèche pointant vers l'entrée. 

Au cas où vous n'aviez pas compris la première phrase, un montage l'alternait avec deux explications. En court: "Rémunérations bienvenues". Et en long, il donne un article de la Constitution: "Aucun titre de noblesse ne sera conféré par les États-Unis, et aucune personne qui tiendra d'eux une charge rémunérée ou de confiance ne pourra, sans le consentement du Congrès, accepter des présents, émoluments, charges ou titres quelconques, d'un roi, d'un prince ou d'un État étranger."

Le petit plaisantin derrière cette projection serait l'artiste Robin Bell. Il voulait ainsi attirer l'attention sur les accusations selon lesquelles le président permettrait aux dirigeants étrangers de payer pour séjourner dans cette propriété de Trump à deux pas de la Maison-Blanche.

Posté le 16 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Jack Sparrow, le pirate piraté

Le cinquième volet de la saga de "Pirates des Caraïbes", piraté. Un comble!

PHOTONEWS_10415851-007_53610171_preview

Le patron de Walt Disney Bob Iger l'a avoué: oui des pirates informatiques ont réussi à voler un film inédit. Ils exigent désormais "une énorme rançon", avance pour sa part "The Hollywood Reporter".

Le patron de Mickey n'a pas révélé quel film a été volé. Le site californien, Deadline, cite lui le titre de "Pirates des Caraïbes". Le cinquième épisode de cette saga est attendu sur les écrans le 26 mai prochain... ou avant si les pirates mettent leur menace à exécution et laissent fuiter des extraits. 

GM1EB1A0LQN01_USA-ENTERTAINMENT_50304279_preview Bob Iger précise en effet que le géant du divertissement refuse de se plier au chantage. Il en aurait fait part pendant une réunion à New York avec des employés de ABC, la chaîne de télévision du groupe.

Selon The Weekly, qui cite de nombreuses sources anonymes, Disney collabore avec la police fédérale et est à l'affût de toute fuite du film encore inédit.

Les pirates informatiques ont demandé à être payés en Bitcoin, une monnaie virtuelle qui garantit un parfait anonymat. On ne connaît pas le montant exigé. Ils menacent de montrer d'abord 5 minutes du film volé et ensuite 20 minutes, si la rançon n'était pas payée.

Ce piratage fait suite à une récente attaque informatique dont a été victime Netflix, qui diffuse sur internet films, documentaires et séries télévisées. Les "hackers" avaient alors publié 10 épisodes de la série à succès "Orange is the New Black" avant sa diffusion officielle.

 

 

Posté le 11 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

"Il a jeté une bombe et va en prison"

L'apprentissage des subtilités de la langue française, un passage obligé de la scolarité, quel que soit l'âge des élèves.  Les adultes en cours d'alphabétisation n'y échappent pas. Là où la donne peut changer, c'est dans les exemples choisis. Et visiblement, bon sens s'abstenir!

                                                                                                                                                    Dominique Liesse

Capture

Elle s'appelle Catherine Lemaire. Cette femme accueille actuellement chez elle un réfugier irakien. Raad suit les cours de promotion sociale. Pour l'accompagner, il a reçu un manuel d'alphabétisation "Niveau 2". Au programme de la leçon du jour: la prononciation du son "on".

Lorsque Catherine ouvre le manuel, elle découvre les exemples. Elle n'en croit pas ses yeux. "Est-on vraiment conscient qu'il s'agit de matériel didactique proposé par un pays d'accueil en vue de l'insertion", s'insurge-t-elle sur les réseaux sociaux.

En effet, les phrases choisies sont édifiantes:


                "Il a jeté la bombe et va en prison".
                "Il me montre la bombe et va en prison".
                "J'avale une tartine en prison".

Interrogé par la RTBF, Raad est déçu: "Quand on m'a traduit la phrase, j'ai été surpris. Et ces mots, je ne les ai pas appréciés parce qu'on a beaucoup souffert en Irak. Des bombes... des voitures piégées. Tout le monde le sait. Je ne sais vraiment pas quoi dire et je suis vraiment très triste".

Auprès du directeur des cours Erasme à Anderlecht, c'est la surprise. "Nous sommes 40 professeurs, il est impossible de refaire les syllabus chaque année et de vérifier le matériel pédagogique de chacun", explique Bernard Delécluse. Il ajoute toutefois que ces phrases seront retirées dès la prochaine rentrée des manuels; manuels rédigés il y a 3 ans.

La ministre de l'Enseignement de promotion sociale de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis, affirme qu' "il existe une multitude de phrases à utiliser dans la langue française, choisir celle-ci dans le contexte actuel est pour le moins interpellant".  Une mission d'inspection a été demandée pour l'école anderlechtoise.

A toutes fins utiles , rappelons que le son "on" se trouve aussi dans les mots "camion", "pigeon", "boisson" ou encore "champignon".

 

 

 

 

 

Posté le 10 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Pizza Hut s'excuse pour une pub détournant une grève de la faim palestinienne

La chaîne de restaurants Pizza Hut a présenté ses excuses mardi soir pour l'initiative prêtée à sa franchise israélienne qui s'est servie du prisonnier palestinien Marwan Barghouthi, en grève de la faim, pour faire sa publicité.

1-947212

Le post Facebook attribué à la franchise israélienne a provoqué l'indignation palestinienne et des appels au boycott contre Pizza Hut. Il utilise la grève de la faim observée depuis le 17 avril par des centaines de Palestiniens dans les prisons israéliennes, à l'appel de Marwan Barghouthi, figure populaire parmi les Palestiniens et considérée comme un terroriste par Israël. Il purge cinq peines de prison pour son rôle dans des attentats meurtriers lors de la seconde Intifada (2000-2005).

Les autorités israéliennes ont diffusé dimanche deux vidéos de Marwan Barghouthi tournées à son insu dans sa cellule et le montrant, selon elles, en train de manger alors qu'il est censé être en grève de la faim. La diffusion des images vise à le discréditer et ses supporteurs dénoncent un trucage.

Pizza Hut Israël s'est servi de ces images pour y insérer une boîte de pizza sur le sol de la cellule, selon des captures d'écran du montage largement diffusées sur les réseaux sociaux. "Barghouthi, si tu dois arrêter la grève, est-ce que le mieux ne serait pas de le faire avec une pizza", dit le slogan. L'image avait disparu mercredi matin de la page Facebook.

Une porte-parole de Pizza Hut International a présenté les excuses de la chaîne. "Cet acte était totalement inapproprié et ne reflète pas les valeurs de notre marque", a-t-elle répondu dans un message adressé mardi soir à l'AFP. "Le franchisé dans le pays en question a retiré" le post, a-t-elle dit. "Si quelqu'un a été blessé, nous le regrettons sincèrement."

Plus de 850.000 Palestiniens ont été incarcérés par Israël depuis l'occupation en 1967 de leurs Territoires, selon leurs dirigeants. Les grévistes de la faim réclament de meilleures conditions de détention et davantage de visites familiales ou médicales.

L'exploitation de ces images a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. "Pizza Hut tourne en dérision la grève de la faim des prisonniers", a accusé le militant Alaa Abou Diab sur Facebook, en employant le hashtag #boycott_pizzahut.

Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), qui mène une campagne internationale de boycott économique d'Israël a dit dans un message à l'AFP soutenir les appels à ne plus consommer Pizza Hut, "en particulier dans le monde arabe".

Posté le 9 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Envie de partager un repas avec Jan Jambon ?

Un ministre de l'Intérieur qui vient chez vous pour vous proposer un bon repas, ça ne vous tente pas ? Jan Jambon a en tout cas mis ses services aux enchères sur Ebay dans le cadre d'une opération de récolte de fonds pour lutter contre le cancer.

Jambon

Jan Jambon vient cuisiner chez vous. Oui oui, ce n'est pas une blague. Si un petit dîner aux chandelles avec notre ministre de l'Intérieur vous tente, il suffit de vous rendre sur Ebay, le site de vente aux enchères en ligne. Il y a posté une annonce qui propose de venir chez vous avec son chef coq, Yves Verstrepen, dont la cuisine a été primée plusieurs fois, pour vous servir un bon repas pour 4 personnes

Mais pourquoi notre ministre de l'Intérieur fait-il une telle proposition ? 

Il s'agit de récolter des fonds dans le cadre d'une opération, semblable au Télévie, pour lutter contre le cancer

Est-il le seul membre du gouvernement fédéral à participer ?

Non. La secrétaire d'Etat Zuhal Demir suggère quant à elle de "vous emmener au septième ciel". Il s'agit en fait d'un survol en hélicoptère de la ville de Genk. 

Pour Theo Francken, c'est plus sportif. Le secrétaire d'Etat à l'asile et à la migration vous propose de l'accompagner en tribunes ostendaises pour assister à un match des Côtiers. Vous pourrez ensuite déguster un barbecue en compagnie du footballeur professionnel Bjorn Ruytinx. 

Le président de la N-VA Bart de Wever vous offrira quant à lui un livre dédicacé des 450 ans de la ville d'Anvers ainsi qu'un moment en sa compagnie sur le toit de l'hôtel de ville pour découvrir une vue magnifique de la ville.

Les enchères ont été ouvertes lundi et prendront fin le 18 mai.

A 9h ce mardi, le dîner de Jan Jambon est déjà monté à 760 euros. Moins de succès en revanche pour Bart de Wever qui ne recueille pour l'instant que 200 euros...Alors intéressé(e) ?

Posté le 5 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Victoire électorale jouée à la courte paille

Courte paille

Face à une égalité, deux candidats à une élection locale en Grande-Bretagne ont scellé leur sort à la courte paille.

Que fait-on face à une égalité? Au foot, on se lance dans des pénalties. Chez Top Chef, le jury doit trancher. Aux JO, on monte à deux sur le podium. Mais que se passe-t-il lorsque deux candidats aux élections locales de la municipalité de Blyth dans le nord Angleterre obtiennent le même nombre de voix? On tire à la courte paille.

Lesley Rickerby (libéral démocrate) et Daniel Carr (conservateur) se sont en effet retrouvés dans une égalité parfaite à l'issue du décompte des suffrages exprimés. Aux termes de la loi électorale au Royaume-Uni, il est possible en pareil cas de recourir à toute méthode jugée bonne pour départager les deux camps au sort.

Souvent, c'est le tirage au sort de noms dans un chapeau qui est choisi. Plus rarement à la courte paille... qui a profité à la candidate libérale démocrate, visiblement heureuse et soulagée.

 

Posté le 2 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Plagiat? Mais non, juste un "clin d'oeil assumé"!

Marine Le Pen, candidate de l'extrême droite au second tour de la présidentielle française, a plagié le 1er mai au moins quatre passages d'un discours prononcé mi-avril par François Fillon, candidat de la droite éliminé au 1er tour.

RC15FBCD1830_FRANCE-ELECTION-LE-PEN_105140727_preview

Le 15 avril, François Fillon louait dans son discours au Puy-en-Velay, la géographie de la France, et notamment ses "frontières terrestres: les Pyrénées d'abord, qui engagent la France dans cet immense ensemble qu'est le monde hispanique et latin. Il y a la frontière des Alpes, vers l'Italie notre soeur et, au-delà, l'Europe centrale, balkanique et orientale".

Quinze jours plus tard, lors de son meeting lundi à Villepinte (Seine-Saint-Denis), Marine Le Pen, qui cherche à séduire l'électorat conservateur, a prononcé les mêmes phrases, quasiment au mot près, en louant à son tour "les frontières terrestres: les Pyrénées qui engagent la France dans cet immense ensemble qu'est le monde hispanique et latin. Nos Alpes, qui nous ouvrent vers l'Italie notre soeur et, au-delà, l'Europe centrale, balkanique et orientale".

Mêmes phrases également, à deux semaines d'écart, quand François Fillon et Marine Le Pen saluent la vigueur de la langue française: "Si l'on apprend notre langue, quelquefois à grand prix, en Argentine ou en Pologne, s'il existe des listes d'attente pour s'inscrire a l'Alliance française de Shanghaï, de Tokyo, de Mexico, ou bien au lycée français de Rabat ou de Rome, si Paris est la première destination touristique mondiale, c'est que la France est autre chose et bien plus qu'une puissance industrielle, agricole ou militaire".

Les deux candidats vantent aussi une troisième voie "française" pour le XXIe siècle: "la voie de la culture, du doute, de la discussion, du compromis, du dialogue, la voie de l'équilibre, de la liberté des individus et des peuples".Pour M. Fillon, c'est une alternative à "ceux pour qui tout se règle à la fin des fins selon des critères matériels" et au "totalitarisme" d'une "religion aveugle et aveuglante", quand Mme Le Pen y voit une alternative au "mondialisme" et à "l'idéologie islamiste".

Enfin, Marine Le Pen cite, comme l'avait fait François Fillon au Puy-en-Velay, deux mêmes phrases de Georges Clemenceau (président du Conseil de 1906 à 1909, puis de 1917 à 1920) et d'André Malraux (écrivain et homme politique qui fut ministre de la Culture du général de Gaulle).

Interrogé sur ce plagiat, Florian Philippot, vice-président du parti Front national de Mme Le Pen, a assuré qu'il s'agissait en fait d'un "clin d'oeil assumé à un bref passage touchant d'un discours sur la France" de la part "d'une candidate de rassemblement qui montre qu'elle n'est pas sectaire".

 






Posté le 1 mai 2017 par L'Echo Réactions | Réagir

Une campagne du MR réutilisée sur les réseaux sociaux

Pour

Le MR lance un site de consultations, qui devient vite le terrain de jeu de plaisantins.

Le président du Mouvement Réformateur, Olivier Chastel, a lancé lundi, à l'occasion du meeting libéral du 1er mai, une campagne de communication par laquelle le MR entend sonder les électeurs en vue du scrutin communal d'octobre 2018, mais le site internet a été immédiatement transformé en terrain de jeu par des plaisantins.

Une plate-forme internet interactive a été mise en place sur laquelle les citoyens peuvent choisir les thèmes qui leur semblent prioritaires pour leur commune, déposer des propositions ou voter pour celles déposées par d'autres. "Ces propositions positives seront pour nous source d'inspiration et nous les déclinerons ensuite dans nos programmes électoraux", a expliqué M. Chastel. "Dans un monde où trop de gens sont contre, le Mouvement Réformateur marque sa différence en faisant le choix d'être Pour", a renchéri le parti libéral.

Mais le site a rapidement été submergé d'avis postés par des plaisantins, qui réclamaient lundi après-midi tantôt la "suppression de la légitime défense pour les roux", la "démission de Charles Michel" de son poste de Premier ministre, que "le MR arrête de nous prendre pour des cons et pour des vaches à lait", que "Cara Pils devienne la bière officiel de Charleroi et qu'elle soit distribuée gratuitement",...

"Nous allons devoir introduire une modération a priori" notamment en raison de propos à caractère raciste, a admis le porte-parole du MR, Christophe Cordier, expliquant que le projet avait au départ été conçu avec une modération a posteriori. 

Dernières réactions sur nos blogs