Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 20 septembre 2017 par L'Echo

"L'esprit libre" plutôt que "3 étoiles" au Michelin

Coup de tonnerre dans le monde de la gastronomie: le chef du restaurant le Suquet à Laguiole renonce à ses trois étoiles.

                                                                                                                                                                                              par Dominique Liesse

Bbraspreview

Ils sont nombreux à courir derrière ce sésame: une étoile au guide Michelin. Et puis il y a ceux qui y sont arrivés ... à trois reprises ... et puis soudainement, ils tirent le frein à main.

"J'ai décidé, en accord avec toute ma famille, d'ouvrir un nouveau chapitre de ma vie professionnelle sans la récompense du guide Michelin, mais avec autant de passion pour la cuisine". Ces quelques mots sont ceux de Sébastien Bras. Désireux de se libérer d'une trop "grande pression", le chef du restaurant trois étoiles Le Suquet à Laguiole en Aveyron, annonce ne pas vouloir figurer dans l'édition 2018 du guide Michelin. Une décision quelque peu embarrassante pour la bible de la gastronomie.

"Je vais pouvoir me sentir libre, sans me demander si mes créations vont plaire ou non aux inspecteurs du Michelin". Certes dans le monde de la haute gastronomie personne n'a oublié le suicide de Bernard Loiseau. Un suicide parti de rumeurs d'une éventuelle perte de sa troisième étoile.  "Je n'ai pas cet esprit-là", tempère Sébastien Bras mais c'est tout de même dans le coin de sa tête. "Peut-être que je vais perdre en notoriété mais je l'accepte, je l'assume"

Au célèbre guide, on prend acte."Nous allons réfléchir à ce que nous allons faire. Le guide Michelin n'est pas fait pour les restaurateurs mais pour les clients, son indépendance réside aussi dans l'attribution des distinctions," explique Claire Dorland-Clauzel, membre du comité exécutif.

La nouvelle édition du guide est attendue début de l'année 2018. Les visites des inspecteurs battent leur plein; et ce jusqu'à mi-novembre.

D'autres chefs, dont Alain Senderens et Joël Robuchon, ont aussi dans le passé renoncé à leurs trois étoiles. "C'est la première fois qu'un chef trois étoiles nous demande à l'avance de ne plus figurer dans le guide, sans motiver ce choix par autre chose qu'un changement de concept ou une cessation d'activité", reconnaît le guide Michelin.

"La pression des grands chefs étoilés", souligne Claire Dorland-Clauzel, "est inhérente à l'excellence. L'excellence implique le travail et la rigueur, c'est indéniable. Mais la cuisine n'est pas le seul domaine concerné, c'est vrai aussi pour les grands sportifs".

Après 10 années passées derrière ses fourneaux, Sébastien Bras, veut désormais à 46 ans, simplement et sereinement "faire vivre" le restaurant que son père Michel Bras lui a légué ... le faire vivre "l'esprit libre."

Père et fils

Le père et le fils Bras aux fourneaux du Suquet

Réactions