Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 27 octobre 2017 par L'Echo

La politique de la BCE? Une simple histoire de cravate

Lorsque Mario Draghi, président de la BCE, prend la parole après la traditionnelle réunion du conseil des gouverneurs, certains écoutent religieusement les mesures qu'il annonce... ou pas. D'autres sont plus dans l'observation de la couleur de  sa cravate. Pourquoi?

53905424_114163273_preview

Alors aujourd'hui: cravate bleue? cravate rouge? Les économistes et les analystes ont en effet développé un petit jeu de devinette lorsque le banquier central européen, Mario Draghi, prend la parole. Ce jeu ne date pas d'hier. En 2013, déjà, des observateurs irlandais avançaient que la couleur de la cravate de Draghi renfermait de précieux messages.

Ils ont en effet remarqué que lorsque l'Italien arbore une cravate rouge, c'est qu'il s'agit d'un jour ordinaire; un jour sans nouvelle. Lorsque par contre, il enfile la cravate bleue, attention, ouvrez vos oreilles! C'est l'heure des grandes annonces. C'est une bleue qu'il portait le 26 juillet 2012, lorsqu'il lança le programme de rachat d'actif pour sauver la zone euro.

Pour son allocution de jeudi, il avait opté pour le violet. Et d'aucuns de lancer: "Il avait la bonne cravate". C'est que la BCE a annoncé ce jour un prolongement du programme de rachats d'actifs (donc davantage la cravate bleue) mais toutefois assorti d'un "recalibrage" des volumes  (donc cravate rouge). 

Et ce petit jeu des couleurs de cravates dure depuis plusieurs années. En 2015, CNBC avait même lancé un sondage à la veille d'une conférence de Mario Draghi pour voir quelle cravate il porterait. La chaîne avait apporté une définition à chaque couleur.

Capture

 

Mais attention, Mario Draghi semble connaître ce #DraghiTieGuessnes. Il n'est donc pas impossible de voir le président, un jour , taquiner les observateurs de cravates pour faire mentir les "statistiques".

Capture

Bon, si à cette heure ce sont les cravates de Mario Draghi qui sont dans le viseur, au temps de son prédécesseur, Jean-Claude Trichet, "le code" résidait dans le langage. Si "vigilance forte" apparaissait dans le discours, les taux progressaient de 25 pdb lors de la réunion suivante.

 

Réactions