Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 18 octobre 2017 par L'Echo

L'histoire ne s'efface pas, même pour Halloween

La tradition est connue (ou est en passe de l'être davantage). A Halloween, les enfants se déguisent avec des costumes effrayants. Fantômes, sorcières, monstres, vampires sonnent alors aux portes en criant: "des bonbons ou un sort !". Mais l'effrayant est-il dépassé?

                                                                                                                                                                                                   par Dominique Liesse 

GF20000038710_HALLOWEEN-PHILIPPINES_60478784_preview

Chaque année, c'est la même question: quel déguisement choisir pour la fête d'Halloween? Dans les rayons des magasins, l'originalité des fabricants n'est plus à démontrer. Mais cette année, ils ont fait fort! Très fort!

Le site Halloweencostumes.com et le géant de la distribution aux Etats-Unis, WalMart, proposaient aux petites filles d'enfiler le costume... d'Anne Frank. Glauque!

Face au tollé, les deux enseignes ont retiré le costume de la vente. "Nous présentons nos excuses si nous avons offensé quelqu'un, ça n'a jamais été notre intention", affirme la direction du site internet.

AMAZON
"Déguisement Enfant, Fille évacuée de la Seconde Guerre mondiale, avec robe, béret et sac", décrit Amazon sur son site

 

 

Quant à Amazon, qui propose aussi le produit, pas de changement. Le costume d'Anne Frank reste disponible en plusieurs tailles et à des tarifs variant de 11,92 euros à 21,71 euros. Le site n'hésite pas non plus à enfoncer le clou du mauvais goût: "Évacuation! Remontez le temps avec ce déguisement de fille évacuée de la Seconde Guerre mondiale!", indique-t-il dans le descriptif!

Rappelons qu'il y a quelques années, Delhaize avait également dû retirer de la vente un déguisement qui ressemblait fortement à un habit de prisonnier de camps de concentration. L'enseigne de distribution avait expliqué que le costume s'était retrouvé dans certains magasins "indépendamment de sa volonté". Face à l'émoi de la Ligue belge contre l'antisémitisme, Delhaize s'était engagée à renforcer ses procédures de contrôle.

Même à Halloween, l'histoire et ses horreurs ne s'effacent pas.

Réactions