Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 12 octobre 2017 par Danaé Malengreau

"Les Belges devraient peut-être retourner au Congo"

Colonie

Peut-on discuter des bienfaits du colonialisme? Peut-on publier un article sur un tel sujet? Peut-on ensuite le supprimer? Le débat agite le public, les travailleurs de la revue Third World Quarterly et la communauté scientifique.

A l'origine de la polémique, on trouve un dénommé Bruce Gilley. Ce professeur de sciences politiques à l'université de Portland (États-Unis) a écrit un article. Cet article a été publié dans la revue Third World Quarterly. On a crié au scandale. La revue a supprimé l'article. D'autres personnes ont crié au scandale. Rebobinons. 

"The case for colonialism" ou "Le bien-fondé du colonialisme" est le titre de l'article en question. L'auteur estime qu'"il est temps de remettre en question la signification péjorative du colonialisme occidental", ajoutant que ce dernier était "objectivement bénéfique et subjectivement légitime". Bruce Gilley met en avant les améliorations des conditions de vie des habitants dans des colonies et pointe du doigt les régimes destructeurs qui ont souvent suivi les déclarations d'indépendance. Sa proposition? "Dans certains cas, il serait possible de créer de nouvelles colonies occidentales à partir de rien." La Belgique fait même une apparition dans son article. Bruce Gilley cite des passages du livre "Congo" du Belge David Van Reybrouck et conclu que "les Belges devraient peut-être retourner au Congo".

Les réactions ne se font pas attendre. Les internautes fulminent sur les réseaux sociaux et dénoncent la dédramatisation des atrocités liées à la colonisation. La moitié du comité éditorial de la revue démissionne. Des pétitions circulent pour retirer l'article et même pour retirer le doctorat de l'auteur. Beaucoup dénoncent un article "raciste" écrit par un "suprémaciste blanc". D'autres pointent des inexactitudes scientifiques dans l'article.

Pour la petite histoire, cet article avait déjà été refusé de publication à deux reprises lors d'un numéro spécial. Lors d'une nouvelle proposition, deux chercheurs ont été chargés d'évaluer l'intérêt de la publication: l'un a rejeté l'article tandis que l'autre a demandé quelques modifications. Le rédacteur en chef a tranché en faveur de l'opinion de ce dernier. 

La rédaction a par la suite rétropédalé. L'article a été supprimé du site internet de l'éditeur Taylor & Francis, ce qui a suscité une autre vague de réactions. Celle-ci défend la liberté d'expression...

Réactions