Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

avril 2014

Carnets politiques
L’endroit et l’envers du décor de la politique. Les petites et les grandes histoires de la rue de La Loi. Les coulisses, les anecdotes. Ce que vous n’avez pas encore vu à la télé ni entendu à la radio. Des décodages inédits. Voilà ce que la rédaction politique de L’Echo vous promet dans ce blog. Ni plus ni moins.

Posté le 30 avril 2014 par Martin Buxant Réactions | Réagir

Le PS s’offre une pub électorale à 1,7 million d’euros

On revient un instant sur ce fameux assouplissement de la réforme du chômage qui aurait été arraché de haute lutte par la famille socialiste vendredi dernier en conseil des ministres et qui dans un bel élan de fraternité rouge a été chaleureusement applaudi par la FGTB.

Cela vient à point évidemment, juste avant le 1er mai, pour resserrer les rangs rouges alors que plusieurs cadres de la FGTB lorgnaient vers le PTB et l’extrême-gauche disant tout le mal des concessions que le PS avait faites à la droite. Anne-Demelenne-et-Thierry-Bodson- La campagne de publicité a été visiblement bien orchestrée par l’action commune parti et syndicat (on n'a pas eu droit à un couplet des mutualités mais ça pourrait encore venir).

Thierry Bodson et Anne Demelenne (FGTB) sont sortis comme des diables de leur boîte vendredi quelques minutes après le conseil des ministres pour se féliciter des bons résultats obtenus par le PS. C’est évidemment un peu court. Parce qu’il n’y a rien de neuf là-dedans, ou pas grand-chose. La décision de suspendre la période de trois ans (après laquelle on est exclu du chômage) pour les jeunes qui travaillent à temps partiel et qui bénéficient d’allocations d’insertion pour leurs heures d’inactivité (allocation de garantie de revenus) a été proposée par les partenaires sociaux dès… début 2013. Elle a été estimée à 1,7 million d’euros par l’Onem et est prélevée sur l’enveloppe « Bien –être ».

Cette décision a été soumise par la ministre de l’Emploi à l’Onem le 16 janvier 2014 et celui-ci l’a unanimement validé.

Ensuite, la décision a été avalisée par le Conseil des ministres du 25 avril dernier, après que les services du Budget aient marqué leur accord technique sur ce transfert d’enveloppe de 1,7 million d’euros. C’était tellement connu que le Parti socialiste avait lui-même déjà intégré dans un argumentaire publié sur Internet cet assouplissement.

Et sur le fond, on peut s’étonner que cet assouplissement de 1,7 million soit survendu alors que l’économie réalisée globalement par la réforme des allocations de chômage est de 284 millions d’euros (chiffre de l’Onem). Y a pas à dire, c’est une belle campagne de promotion que s’est offert le Parti socialiste. Allez, bonne chance quand même pour le 25 mai.

@Le_bux

Posté le 29 avril 2014 par François-Xavier Lefèvre Réactions | Réagir

Torfs: «Il faudra négocier avec la N-VA»

En marge de l’interview que Rik Torfs nous a accordé lundi matin sur le dossier de la protonthérapie et le projet wallon d’investir à Charleroi 47 millions d’euros dans un centre concurrent à celui de la KUL et de l’UCL, le recteur de la KUL n’a pas manqué de faire quelques commentaires sur la campagne électorale. Fin observateur de la vie politique, Rik Torfs a été sénateur CD&V. Il reste à ce jour une personnalité écoutée au sein du CD&V.

Torfs07_43479744_previewAlors que son parti politique est entré en confrontation directe avec la N-VA – les deux partis se disputent le poste de Ministre-président de la Région flamande -, et que les politiques wallons ne veulent même pas en entendre parler, Rik Torfs refuse que la N-VA soit exclue du jeu. « Il ne faut pas avoir de préjugés. Au lendemain des élections, il faudra discuter avec tous les partis démocratiques et donc avec la N-VA. Il ne faut pas exclure la N-VA.» Rik Torfs prend en exemple son vice-recteur Danny Pieters. «Mon vice-recteur est N-VA et c’est un homme brillant et raisonnable».

Cette position risque cependant de faire « flop » dans le sud du pays. Depuis ce matin, on assiste à un véritable tir de barrage de l’ensemble des partis politiques francophones. Prenons le MR. Les libéraux ont voulu se défaire de cette étiquette du parti wallon qui fait des mamours avec Bart De Wever, le président des nationalistes flamands. Didier Reynders a ainsi affirmé ce matin dans le quotidien Le Soir qu’il refuserait  toute alliance avec les nationalistes flamands, au Fédéral comme à Bruxelles. Le PS, le cdH et Ecolo ne disent pas autre chose.

Ca promet… Sauf une mauvaise performance de la N-VA en Flandre – et ce serait une grande surprise-, les négociations pour la formation du prochain gouvernement fédéral pourraient battre un nouveau record. Pour rappel, le dernier record homologué par le Guinness Book est de 541 jours sans gouvernement.  Et il est déjà détenu par la Belgique.

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.

Posté le 29 avril 2014 par L'Echo Réactions | Réagir

[Vidéo] Politiquement correct: la révolution "made in Belgium" du PTB

Nouvel épisode de Politiquement correct, diffusé sur RTL, la rubrique caustique de Martin Buxant. Cette semaine, il s'intéresse aux ambitions du PTB, qui promet une révolution "made in Belgium".

 

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.
 

Posté le 29 avril 2014 par Martin Buxant Réactions | Réagir

Le PP se fait recaler en première session

Le tribunal de première instance de Bruxelles a statué sur les listes électorales. L'arrêt rendu tard hier soir est provisoire et les partis ont jusqu'à jeudi pour essayer de remédier aux remarques et interdictions du tribunal. Passé ce délai, il sera beaucoup plus difficile de modifier les choses...

Modrikamen

Alors qui sont les busés de cette première session en Région bruxelloise? A la Chambre des représentants: Au niveau des candidats, 2 candidatures ont été rejetées parce que ces personnes avaient été radiées du registre national. Deux candidatures ont été rejetées, car elles émanaient de candidats non belges. Au niveau des listes: la liste du "Parti Populaire" a été rejetée, car l'équilibre entre candidats effectifs et suppléants n'a pas été respecté.

La liste "BUB Belgique Unie" a été rejetée, car elle n'a pas pu présenter les 500 signatures nécessaires. Au Parlement bruxellois: Au niveau des candidats, 3 candidatures ont été recalées, car elles n'étaient pas du bon rôle linguistique et une candidature a été refusée, car le candidat figurait sur deux listes différentes! Au niveau des listes, trois listes ont été rejetées.

Les listes du RWF (Rassemblement Wallonie France), de Pro Bxl N et de Pensioen Plus ont été recalées. Encore une fois, ces décisions sont provisoires et susceptibles d'être révisées par le Tribunal. Mais elles témoignent néanmoins du degré de sérieux et de préparation des formations politiques.

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.

Posté le 28 avril 2014 par Martin Buxant Réactions | Réagir

Insultes et cie: le 1er mai sera chaud

Plusieurs responsables du MR estiment que le PS a franchi le Rubicon avec des attaques personnelles sur la famille de Charles Michel ou de Didier Reynders.

C’est le congrès du PS hennuyer, vendredi soir à Mons, qui est la goutte qui a fait déborder le vase libéral. A Mons, Paul Magnette et Elio Di Rupo se sont en effet lâché et n’ont pas épargné les familles Michel et Reynders. Paul-Magnette-et-Elio-Di-Rupo « Charles Michel n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche, lui c’est carrément une louche en argent qu’il a dans la bouche « , a lancé Paul Magnette. Avant de pointer par après la réforme fiscale du MR qui permettrait « à Monsieur Didier Reynders et à son épouse » d’empocher 13000 euros de plus chaque année. Ça, quand on connaît le soin que prend le vice-premier à tenir son épouse éloignée de la vie politique, ça passe très moyennement du côté de Uccle évidemment.

Mais dans l’entourage de Charles Michel aussi on vilipende les insultes et invectives d’un parti socialiste « à court d’argument ». D’autant, remarquent deux ténors libéraux, que le candidat Di Rupo à Mons n’a rien fait pour calmer le jeu puisqu’il s’est moqué des « mammours » de Didier Reynders et de Bart De Wever. « Reynders drague De Wever et celui-ci trouve ça agréable », a plaisanté Di Rupo devant un auditoire évidemment acquis à sa cause. "Didier Reynders est comme un paon, il est suffisant".

Au MR, on ne se prive pas d’expliquer que la veille, dans la même salle montoise, Di Rupo avait réuni tout le gratin du coin pour recevoir le Club Mons 2015 – des investisseurs et/ou entrepreneurs qui parrainent « son » grand évènement culturel. Il y avait notamment là le tapis rouge déroulé pour les cadres de chez Holcim le cimentier suisse qui a annoncé la réorganisation de son usine d’Obourg (48 emplois menacés). Pour accueillir les responsables de chez Holcim et les remercier de sponsoriser Mons 2015 , Elio Di Rupo avait même dû brosser la séance inaugurale avec la nouvelle présidente de la FEB...

Tout ceci présage évidemment d’un 1er mai riche en invectives, petites phrases et coups bas. On imagine que, réunis à Jodoigne, les libéraux auront à cœur de répondre du berger à la bergère. Mais une seule vraie question compte aujourd’hui : est-ce du cinéma ou les ponts sont-il  réellement en train de se rompre pour l’après 25 mai ?

Posté le 25 avril 2014 par Martin Buxant Réactions | Réagir

Céline Frémault dépose plainte pour incitation au viol

Dérapage de la campagne bruxelloise: la ministre Céline Frémault (cdH) a déposé plainte pour incitation au viol. C’est un fait de campagne électorale dont on se serait bien passé.

Des appels au viol et à « une tournante » (viol collectif) contre Céline Frémault (cdH) ont été lancés par au moins trois personnes différentes sur le réseau social Facebook après que la ministre a différé l’octroi de subsides à une association de lutte contre le viol en Région bruxelloise.

Celine-fremault-1

La présidente de SOS Viol, Catherine François, chef de groupe PS à Saint-Gilles, a posté sur le réseau social une note extrêmement agressive à l’encontre de la ministre, stigmatisant Céline Frémault « qui se dit féministe, mais supprime les subsides à SOS Viol ».

« Souvenez-vous-en le 25 mai lorsque vous devrez voter », écrit Catherine François. L'association réclame le paiement immédiat de "son" subside de 20 000 euros. Le « post » de l’élue socialiste a été repris et partagé par une série de personnes et a engendré un flot d’attaques contre Céline Frémault, dont au moins trois appels au viol. « Il faudrait qu’elle se fasse violer au moins une fois pour qu’elle apprenne ce que c’est », écrit par exemple un des cyberagresseurs de la ministre.

Celine-fremault-3

Le cabinet de la ministre Frémault a plusieurs fois – sans succès – demandé à Catherine François de retirer sa diatribe de Facebook, sans succès. La ministre a donc déposé plainte jeudi auprès de la police. « Cela va beaucoup trop loin, nous sommes fortement choqués », explique-t-on au cabinet Frémault.

La ministre se refuse à commenter une affaire qu’elle estime être dorénavant entre les mains de la police et de la justice.

Celine-fremault-2

Le report des subsides aux associations n’a évidemment rien d’une manœuvre politique, c’est une méthode de fonctionnement comptable utilisée en fin de législature puisque les administrations fonctionnent en 5/12e de manière à éviter que les ministres reprenant les compétences après les élections du 25 mai se retrouvent sans aucune enveloppe budgétaire restante.

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.

Posté le 22 avril 2014 par L'Echo Réactions | Réagir

[Vidéo] Politiquement correct: Les déboires du CDH avec les nuisances sonores

Politiquement correct, sur RTL, continue de décortiquer, non sans humour, les discours des uns et des autres, les promesses de campagne et les petits couacs techniques. Focus sur les derniers déboires du cdH qui a bien du mal à se dépétrer du dossier des nuisances sonores provoquées par le survol de Bxl.

 

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.

Posté le 15 avril 2014 par L'Echo Réactions | Réagir

[Vidéo] Politiquement correct: Ecolo et les panneaux photovoltaïques

Politiquement correct, sur RTL, continue de décortiquer, non sans humour, les discours des uns et des autres, les promesses de campagne et les petits couacs techniques. Cette fois, c'est le tour des déboires des Ecolos, empêtrés notamment dans l'affaire des panneaux photovoltaïques.

 

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.

Posté le 14 avril 2014 par François Remy Réactions | Réagir

À la FGTB, ça va du rose bonbon au rouge sang

CgspOn n'a pas de téléphone rouge à L'Echo, de liaison directe avec le syndicat socialiste. Cela n'a pas empêché le président de la FGTB de Liège de nous dire tout le bien qu'il pensait des propos tenus dans nos colones par le leader charismatique du PTB. Marc Goblet nous a envoyé un mail facile à résumer: votez PS le 25 mai

Aussi représentative soit-elle, la FGTB de Liège n’exprime pas l’avis unanime au sein de la FGTB, nous a exposé ce lundi Daniel Richard, secrétaire régional interprofessionnel de la FGTB de Verviers.

Cela ressemble plutôt à l'expression des craintes à l’égard de la gauche radicale dans le microcosme socialiste. Marc Goblet a en effet offert une grande visibilité à une toute petite phrase du porte-parole du PTB, estime le secrétaire verviétois:

«Personnellement, j’ai dû rechercher les déclarations litigieuses de Raoul Hedebouw. Voilà qui traduit une certaine nervosité ?»

Daniel Richard en profite pour relativiser la filiation entre la FGTB et le parti autoproclamé «super social». Ce ralliement n’est pas un fait, «il ne me semble absolument pas massif, même s’il paraît significatif au niveau des militants».

D'ailleurs, la fragmentation de la gauche évoquée par le président de la FGTB Liège-Huy-Waremme donne une image tronquée du syndicat.

«La FGTB est une organisation fondamentalement pluraliste, du ‘rose bonbon’ au ‘rouge vif’, et ses militants peuvent se retrouver sur les listes Vega, MG, PTB-go, Ecolo ou PS», assure Daniel Richard.

Autrement dit, si nombre de militants se sentent plus proches du parti socialiste, beaucoup d’autres n’en défendent pas moins les valeurs d’une réelle indépendance syndicale.

Bon, pour la petite histoire, Marc Goblet a été président de la fédération verviétoise du PS avant de devenir président de la régionale de Liège-Huy-Waremme. Sans oublier que sa fille occupe la 11e place sur la liste PS de la Chambre emmenée par Willy Demeyer. Personne ne demandera donc au président de la FGTB liégeoise de se renier, indique Richard.

«Cela dit, ses prises de position ne peuvent engager que la régionale de Liège-Huy-Waremme. Certainement pas la régionale FGTB de Verviers et Communauté germanophone qui se distingue sur beaucoup de sujets», poursuit le syndicaliste verviétois.

Dans le cadre de la campagne électorale, la FGTB de Verviers n’appelle pas d’emblée à voter PS mais, surtout, à exprimer son choix démocratique quel qu’il soit. «C’est une priorité : inciter à aller voter !», insiste Daniel Richard.

Ne nous voilons pas la face pour autant, la FGTB de Verviers recommande de voter à gauche, «c’est plus facile si on veut battre la droite».

À ce sujet, la régionale verviétoise du syndicat socialiste «fait confiance au sens politique de ses militants pour distinguer la gauche… de la droite», affirme-t-il.

Le rassemblement des forces à la gauche de la gauche est une bonne chose mais c’est aussi un processus inachevé, ajoute Daniel Richard, que la campagne électorale permet de poursuivre.

«La campagne électorale doit être l’occasion de faire progresser les valeurs de gauche et donc l’électorat de gauche. Dans leur travail de syndicalistes, c’est ce que font quotidiennement nos militants dans les entreprises : faire avancer les idées de solidarité», précise le secrétaire régional de Verviers.

Des idées incompatibles avec le pacte budgétaire européen, la réforme du chômage ou le blocage des salaires du gouvernement papillon…

Quant à la marche à suivre dans l’isoloir soufflée par la FGTB liégeoise, on se demande si c’est le rôle d’un organe représentatif des travailleurs. «Je ne suis pas du tout certain de l’efficacité d’un appel à voter PS depuis l’appareil syndical… J’ai même tendance à me demander si ce n’est pas un cadeau au PTB-go», conclut Daniel Richard.

@francois_remy

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.

 

Posté le 11 avril 2014 par Martin Buxant Réactions | Réagir

« PS et Ecolo ont trahi le peuple de gauche » #TEASING

J’ai passé plus d’une heure avec le boss – pardon le porte-parole – du PTB Raoul Hedebouw, cette semaine, pour la grande interview à lire ici. Comme Raoul parle vite et qu’il y a pas mal de punchline dans cet entretien, je trouvais dommage de devoir jeter le surplus.

Je vous mets donc ce petit bonus-track en forme de « teasing » pour vous donner envie de vous ruer sur L’article. Attention, comme il le dit lui-même, Raoul Hedebouw est « chaud boulette ». Voilà un zakouski d’extrême-gauche. 18_ptb

Pour vous, Ecolo et le PS, c’est kif kif, il n’y en a pas un qui trouve grâce à vos yeux ? C'est kif-kif. Quand on voit qu’Ecolo vote aujourd’hui l’augmentation du prix des transports en commun, c’est quoi ça ? Ce n’est pas digne d’un parti qui se revendique de la gauche ! Quand on voit la confiance qu’Ecolo a dans l’économie de marché pour résoudre les problèmes environnementaux, on voit où ça mène par exemple avec la catastrophe des primes pour les panneaux solaires. Quand Ecolo vote le traité d’austérité européen, c’est inacceptable. Ces deux partis ont trahi les idéaux du peuple de gauche, et les gens ne l’acceptent plus. Le nombre de gens qui prennent contact avec nous parce qu’ils ne se reconnaissent plus dans ces deux partis, c’est phénoménal. On aura une grosse surprise le 25 mai. Que la droite stigmatise ça ok, mais que cette idéologie-là ait déteint sur les partis de gauche comme PS et Ecolo je trouve ça triste et inacceptable. Vraiment triste.

Jean-Michel Javaux explique que le succès du PTB, c’est essentiellement lié à votre personnalité : vous avez bien compris le système des médias, et vous jonglez de cocktails en networking pour donner un faux vernis de relooking au PTB.

Cela me fait bien rire de la part de Jean-Michel Javaux qui a joué dans le marketing pendant des années pour Ecolo, c’est lui a qui mis la com au pouvoir chez les verts. Mais il ne saisit pas ce qui se passe au niveau du peuple de gauche en Belgique et en Europe. Les gens en ont marre de cette rhétorique des partis traditionnels et finalement ça ne m’étonne pas que cette attaque vienne d’Ecolo car je vois à quel point aujourd’hui ils sont coupés des mouvements sociaux. On a des personnalités très crédibles sur nos listes. Et le 25 mai avec nos parlementaires, cela va contribuer à asseoir notre crédibilité.

Etes-vous Stalinien, Maoïste ou trotskiste. C’est quoi votre filiation historique ?

Nous sommes marxistes. C’est le marxisme du 21e siècle. On doit être créatif pour trouver des solutions à ce qui se passe aujourd’hui en Belgique. On veut être concret.

Y a-t-il un modèle de pays duquel vous vous inspirez ? Cuba, par exemple ?

Non, Cuba n’est pas notre modèle. Il y a du bon et du moins bon dans de nombreux modèles. Les bons et les mauvais, ça ne va pas. La vision imposée par les Américains, ça c’est clair qu’on y souscrit pas. On n'a rien réglé en Irak, on n'a rien réglé en Afghanistan. Il faudra trouver notre propre modèle belge.

Prônez-vous des mesures pour alléger le fardeau fiscal de la classe moyenne ?

Quand on touche à la quotité exemptée d’impôts, ça profite aux riches aussi. Le MR s’est emmêlé les pinceaux, typiquement le MR : faire croire qu’on se bat pour les petites gens alors qu’on travaille pour les riches. Le problème de la classe moyenne, c’est que les salaires sont trop faibles. C’est ça qui fait baisser la demande intérieure.

Avec le PTB, au pouvoir, on garde donc ses allocations de chômage ad vitam aeternam ?

Mais le chômage c’est une question de justice sociale et pas de charité ! Au départ ça a été créé par le Mouvement ouvrier pour pouvoir éviter qu’on ne casse les salaires des travailleurs, c’est une logique économique. Plus le chômage augmente, plus les gens acceptent des salaires au rabais, plus le salaire des autres diminue. La solidarité des actifs par rapport aux travailleurs sans emploi est une solidarité pour protéger les victimes de la crise du capitalisme mais aussi pour protéger le salaire des travailleurs actifs. Tout le monde sait bien que chasser les chômeurs ne crée pas d’emplois.

Etre entièrement dévoué à la cause, c’est ça la clé de votre succès dans les sondages ?

Mais c’est l’adn du PTB : on croit très fort à cette mobilisation citoyenne et militante, cette interaction permanent avec ce qui se passe en dehors des petits cercles des conseils communaux.

Est-ce que c’est de l’infiltration ?

Dans quel sens ?

Vos militants infiltrent les milieux syndicaux, par exemple.

Non, c’est un mot à connotation négative. Dans les années 1980 et 1990, tous les partis étaient organisés de la sorte, mais ces partis deviennent passifs, nous pas. Oui, le PTB est présent dans les entreprises, mais on ne s’en cache pas ! Le mot infiltration sous-entend qu’on a quelque chose à cacher, Au contraire. Les syndicats, tant la FGTB que la CSC, nous soutiennent car ils ont bien compris que les partis traditionnels avaient tout lâché et ça dérange évidemment.

@Le_Bux

Suivez @CarnetsPol, le compte Twitter de la rédaction politique de L'Echo.

Suivez Carnets politiques sur Twitter


Dernières réactions sur nos blogs