Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 1 mai 2014 par Alain Narinx

Di Rupo a enrôlé Michel Jadot, le spécialiste des pensions

Retraité de la vie active après une riche carrière dans la fonction publique fédérale, Michel Jadot, docteur en droit de l’Université de Liège, saute dans l’arène politique. Sans tambour, ni trompette. Mais son nom suffit à crédibiliser une action. Ici, il apporte sa caution à une liste aux élections européennes du 25 mai. Michel Jadot (73 ans) est 6e suppléant sur la liste du PS. Selon nos informations, il aurait été personnellement sollicité par le Premier ministre, Elio Di Rupo.

Ancien président du SPF Emploi et Travail, Capture_39401874_preview l’homme à une grande maîtrise de la problématique des pensions et son financement ainsi que des sujets relatifs à al sécurité sociale. Il a d’ailleurs été le coordinateur de la Conférence nationale des Pensions. Ses analyses ont toujours été très pertinentes et parfois, elles bousculent les thèses socialistes. Il faut dire que Michel Jadot a un franc-parler qui force l’admiration pour un fonctionnaire, de même que son honnêteté intellectuelle. Il a été le premier à dénoncer les méthodes de désignation des top-managers de l’administration en 2001 et n’a pas hésité à les contester avec succès au conseil d’Etat, à l’époque où il était secrétaire général du ministère de l’Emploi. Aujourd’hui retraité, il assure la présidence des Mutualités socialistes et du comité de gestion de l’ONSS (Office nationale de sécurité sociale).

L’enrôlement de Michel Jadot sur les listes du PS aux Européennes apparaît comme un savant calcul politique. Les socialistes liégeois ayant tout fait pour barrer la route au ministre des Entreprises publiques sortant, Jean-Pascal Labille, la candidature de l’actuel président des Mutualités socialistes (même en tant que suppléant) apporte la caution (et les voix ?) des mutuellistes à la liste socialiste. Jeudi, lors des festivités du 1er mai au parc d’Avroy à Liège, là où le PS liégeois a égrené ses discours d’attaque contre le MR, l’homme a eu l’agréable surprise de faire la connaissance de son homonyme, un autre Michel Jadot, un directeur à la SNCB. A l’appel de son nom pour monter sur le podium, certains camarades se sont d’ailleurs tournés vers son homonyme…  Il se raconte même qu’un ancien président du  PS se serait même trompé en téléphonant au «jeune candidat» aux européennes, Jadot, en pensant appeler Michel Jadot de la SNCB…. L’homme ne fera pas une grande campagne, mais il goûte un peu à ses joies et obligations…

Philippe Lawson

Réactions

Suivez Carnets politiques sur Twitter


Dernières réactions sur nos blogs