Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 8 mars 2017 par Bcolmant

In memoriam, André Farber

Il y a quelques jours, un des plus grands professeurs de finance de Belgique, André Farber, s’est éteint. Cet homme, d’une bienveillance et d’un humanisme sans égal, a formé des milliers d’étudiants de l’Ecole de Commerce Solvay à la finance d’entreprise. Tous se rappellent le don qu’il avait de déployer l’intuition des étudiants. Pour lui, la finance n’était pas une matière, mais une curiosité et une découverte. Sa curiosité insatiable s’inscrivait dans l’esprit pionnier des soixante-huitards de l’ULB. Pipe à la main et nœud papillon coloré, André Farber avait gardé le sourire malicieux de cette bande de jeunes chercheurs américains qui, dans les années septante, révolutionnèrent la finance moderne. Nombre de ses amis obtinrent les plus hautes distinctions académiques, dont des prix Nobel. Il était de leur niveau, avec une touche de simplicité et d’humour incontestable. André Farber avait choisi de rester en Belgique mais un réseau gigantesque était, à tout instant, à sa portée. Il choisit plutôt d’être un émissaire, un avant-poste, de la finance moderne. Il fut mon directeur de mémoire, en 1984, et de thèse de doctorat, en 2000. C’est grâce à ses lettres de recommandations que je puis étudier aux Etats-Unis. Homme d’une amitié infaillible, il m’a conduit à devenir professeur car il avait le souhait de transmettre le relais, avec la conviction que le savoir s’enrichissait. Son décès est un javelot planté dans le cœur d’une Ecole et d’une université. Il vibrera jusqu’au dernier souffle de ses derniers étudiants. Mais, aujourd’hui, une certaine Ecole de Commerce s’est envolée. Celle des années quatre-vingts et de mes vingt ans. Celle de l’élégance du savoir, surtout.

Réactions