Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 4 mai 2017 par Bcolmant

Le mouvement lent de l'histoire

27-avril-1969-De-Gaulle-s-en-vaNotre monde est en basculement. Il en a vécu de nombreux. Mais celui-ci m’impressionne car les mouvements de l’Histoire sont lents et puissants. Ses signaux faibles sont inaudibles dans l’immédiateté médiatique. Immanquablement, presque irréductiblement, je suis transporté à la fin des années soixante. Charles de Gaulle, dans la solitude d’un monde qui s’esquivait, marchait, seul, en Irlande tandis que Mai 68 riait encore du monde ancien, qui l’avait pourtant sauvé de la dictature. Les Beatles avaient achevé Sergeant Peppers’s avant de s’échouer dans Le It Be.


Le Monde change parce que le souvenir de ceux qui ont entendu la guerre est dissipé par ceux qui appartiennent à un autre siècle, celui d’après. Les années froides et terribles semblent lointaines mais elles nous frôlent à nouveau. Sommes-nous, comme un rescapé de la guerre de 1870, des prophètes désespérés en 1914 ? Ou devrions-nous nous fondre dans les années folles d’une paix éphémère ? Où va le monde qui perd sa civilité ? Quel est ce monde qui, après des décennies de prudence, commence à hurler ? Ma génération a-t-elle semé les graines de telles inégalités que la suivante se rebiffe ? Et cette dernière n’est-elle pas entraînée dans des égarements que seule quelque ancienne sagesse peut apaiser ? Je ne sais pas. Mais la fatalité est la résignation des hommes faibles qui abandonnent le destin de leurs semblables à la résignation. Nous devons sauver la paix, la solidarité et l’Europe. Un monde ancien meurt doucement. Préparons sa renaissance.

Réactions