Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 11 juillet 2017 par Bcolmant

Et si on s'intéressait aux problèmes importants ?

AgrosEtant économiste de formation et de métier, j’ai une circonstance atténuante : les problèmes macro-économiques m’interpellent plus que les scandales politiques.

Mais je suis affecté d’une circonstance accablante : je suis un citoyen, qui, comme la plupart des belges, fait face à des questionnements fondamentaux qui portent sur le modèle de société dans une mondialisation inquiétante, les inégalités sociales, les déséquilibres des finances publics auxquels nous sommes confrontés par le manque de travail et le vieillissement de la population, le choc digital, le système éducatif qui doit faire son aggiornamento, les phénomènes de migration et d’expressions religieuses, les défis climatiques, bref tout ce qui engage notre futur.

Or, depuis des mois, le monde politique francophone s’engouffre, chaque jour un peu plus, dans un accablant tropisme intraverti et entretient un débat public qui possède sa propre dynamique médiatique. Il s’agit de commissions d’enquêtes de responsables politiques portant sur les agissements de leurs pairs, de déchirures de gouvernements, de resquilleurs qui, comme des cambrioleurs de tronc d’églises, ont volé l’argent des plus démunis, de matchs de football, d’appareils à rata (dont je saurai gré qu’on m’explique l’utilité), d’une nuée de mandats, etc.

Tout ceci s’accompagne de son brouhaha d’analyses politiques, de présences médiatiques ad nauseam aux postures caricaturales, de débats télévisés et radiophoniques qui sont animés par ceux-là mêmes qui devraient faire exactement autre chose, c’est-à-dire s’occuper, entre autres, des défis politiques, sociaux et économiques que je mentionne plus haut.

Chaque jour de perdu pour avancer dans ces débats est définitivement englouti.

Je pense qu’il y a des débats majeurs de prospérité collective et d’emploi à engager. Par pudeur, discernement et intelligence, c’est à cela que les représentants de la population, auxquels je porte un infini respect car l’exercice de l’Etat est la tâche ultime, doivent se consacrer. Pas à des distractions médiatiques dont ils seront finalement les victimes.

Réactions