Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 6 août 2017 par Bcolmant

Traitons-nous respectueusement nos étudiants en médecine ?

5de5ae408d3896ea9cf36e8794f247b17d434117_276x300_Q75Les choix de la vie m’ont conduit à enseigner l’économie appliquée dans différentes universités du pays.

Je contribue, comme d’autres, à former de remarquables jeunes adultes qui, pour la plupart, travailleront dans la sphère financière (banque, audit, consultance, etc.).

A côté de cela, des centaines d’étudiants, dont la valeur sociétale – si tant est qu’elle soit mesurable, ce dont je suis intuitivement convaincu- est supérieure, entament des études de médecine.

Ces dernières sont longues, gigantesques et exigent une application qui ne peut trouver ses fondements que dans une admirable passion et un courage personnel qui confine à l'abnégation. Ces études exigent, avant la réussite d’un examen tellement imposant qu’on l’appelle le « mammouth », des stages dans différentes disciplines. Ceux-ci sont évidemment dispersés géographiquement et temporairement rares puisque deux cohortes d’étudiants se télescopent. Ces stages sont non rémunérés et exigent donc une voiture, la négociation de baux précaires sans compter que les pires horaires sont souvent réservés à ces mêmes stagiaires, sauf quand (et c’est fréquent) un bienveillant médecin accompagne l’étudiant.

La course d’obstacles débute ensuite pour une spécialisation. Les places sont très rares et souvent confinées par les cloisonnements universitaires. Bien sûr, un étudiant peut devenir un généraliste. Mais il faut regarder la réalité en face : un généraliste ne gagne pas bien sa vie (en fait, les médecins bien rémunérés sont ceux qui posent des actes techniques), est accablé de lourdeurs administratives et désormais numériques sans compter que son rôle dépasse le champ strictement médical pour relever de l’aide socio-psychologique aux personnes. On ne compte plus les médecins généralistes qui frôlent la précarité financière et le burn-out.

Et voici que depuis plusieurs années, on garrote les médecins avec l’attribution des numéros INAMI. Si je comprends que les dépenses de la sécurité sociale doivent être contenues (encore que le VERITABLE problème des finances du pays est que les dépenses de pensions représentent plus de 10 % du PIB), je me dis qu’il est troublant de soumettre ces étudiants à des stress qu’à nouveau, comme le disait récemment un reçu-collé (c’est-à-dire un étudiant qui a réussi sa première année sans être en ordre utile et doit donc repasser, après une année d’étude, un examen d’entrée) sur les ondes de la RTBF, seul le courage personnel peut surmonter.

Quand on pense qu'on en est arrivé à établir des QUOTAS (comme si trop de passions était punissable) par université ? Où sommes-nous ?

Je pose paisiblement la question : agissons-nous de manière respectueuse et honorable par rapport à cette jeunesse ? Ne vaut-elle pas mieux que des postures politiques au sein d'obscurs comités de concertation au sein desquels l’arbitrage relève de quotas linguistiques sachant qu’on a jamais vu un cancer déclarer sa langue de traitement !

Comment réconcilier ces réalités avec les prévisions de déficits du nombre de médecins en Wallonie ?

Sommes-nous, membres de la communauté universitaire de Belgique, le pays du grand anatomiste Vésale, à la hauteur morale et humaniste de ces constats ?

En tout cas, je suis certain que le jour où j’ai un problème de santé, un médecin me sera plus utile qu’un économiste…

Réactions