Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 27 septembre 2016 par Jennifer Nille

Une amende de 15,5 millions $ pour BofA

Aux Etats-Unis, la Securities and Exchange Commission se montre très sévère avec les banques et firmes de trading qui provoquent des remous sur les marchés d'actions. Elle vient d'infliger à Bank of America/Merrill Lynch une amende de 12,5 millions de dollars pour avoir permis des variations brusques et soudaines sur 15 actions entre 2012 et 2014, dont une chute de 99% pour le titre Anadarko Petroleum et de 3% pour Google. En jargon financier, cela s'appelle des flash crash.

Dans le cas d'Anadarko Petroleum, dont le titre est passé de 90 dollars à 1 cent en une seconde le 17 mai 2017, la SEC a déterminé qu'un ordre erroné de Bank of America Merrill Lynch se trouve à l'origine de ce plongeon. Un trader de la banque, qui avait encodé un ordre de vente de 400.000 titres, pensait que son ordre n'est pas passé et a renvoyé un nouvel ordre pour vendre 150.000 titres sans annuler son ordre précédent.

 

Le New York Stock Exchange, le Nasdaq et Bats ont également infligé une amende de 3 millions de dollars à la banque, pour les mêmes faits.

Depuis 2010, et après le 6 mai de cette année, où le Dow Jones Industrial Average avait soudainement perdu 1000 points pour rebondir aussi spectaculairement quelques minutes plus tard, la SEC a imposé de nouvelles règles de trading demandant aux participants de marché d'arrêter les transactions lorsque les variations deviennent trop importantes sur un titre.

Bank of America/Merrill Lynch nie avoir commis de faute. Mais la banque n'est pas la seule à avoir écopé d'une amende pour avoir enfreint les règles imposées par la SEC depuis 2010. En octobre 2013, Knight Capital a reçu une amende de 12 millions de dollars. Goldman Sachs et Morgan Stanley en ont aussi fait les frais.

En Europe, la directive sur les services financiers MiFID2 prévoit en 2018 (si elle n'est pas repoussée d'ici là) de sanctionner les firmes dont les algorithmes de trading provoquent des désordres sur les marchés, en particulier si ceux-ci n'ont pas été testés avant d'être mis sur le marché.

Réactions