Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 2 décembre 2016 par Jennifer Nille

Des nuages sur le HFT

MicrowavesDeux chercheurs de la Wilfrid Laurier University, Andriy Shkilko et Konstantin Sokolov, ont découvert que la méteo peut interrompre les firmes de trading à haute fréquence qui utilisent les faisceaux hertziens pour obtenir plus rapidement leurs données de marché. La météo peut les forcer à utiliser la fibre optique à la place. Durant ces épisodes, les deux chercheurs ont démontré que la liquidité s'améliore et que la volatilité se réduit.

Ils se sont penchés sur les marchés américains entre janvier 2011 et décembre 2014. Le premier réseau de faisceaux hertziens reliant le centre de données du Chicago Mercantile Exchange à Aurora à celui des Bourses d'actions et d'ETF situé dans le New Jersey a démarré à la fin 2010. Il s'agit du réseau de la société Windy Apple qui a démarré ses services quelques mois après la mise en place du câble de fibre optique de Spread Networks entre New York et Chicago.

D'autres sociétés, dont Thesys Technologies, une filiale de la firme de HFT Tradeworx, ont suivi le mouvement dès 2011. Mais les deux chercheurs notent que seule une poignée de firmes de trading ont pu bénéficier de la transmission par ondes hertziennes car la Federal Communications Commission avait limité le nombre de license pour les réseaux.

Cette situation a duré jusqu'à l'hiver 2012, où une firme de technologie a introduit un nouveau modèle pour démocratiser la transmission par faisceaux hertziens. Au lieu de vendre de la bande passante aux traders, la firme a utilisé son réseau pour transmettre les prix entre Chicago et New York et les vendre à tout le monde, moyennant une souscription.

Les deux chercheurs ont constaté qu'après cette date, la volatilité a baissé et les coûts de trading ont diminué, malgré les pylones de communication, qui transmettent les données de marchés 40% plus rapidement, en 4 millisecondes, que la fibre optique.

Ils en ont conclu que la démocratisation des faisceaux hertziens a provoqué le même effet que la météo sur la volatilité et les coûts de transactions aux Etats-Unis. A plus long terme.

Or, depuis lors, les firmes de HFT cherchent à étendre leurs réseaux de pylônes. Entre Chicago et Tokyo, dans les pays scandinaves, en Asie. Où cette démocratisation des faisceaux hertziens n'existe pas encore... Même en Europe, ce n'est pas encore le cas, puisque les firmes DRW  (via sa filiale Vigilant Global) et Jump Trading tentent d'obtenir la route la plus droite entre les centres de données LD4 à Londres et FR2 à Francfort, qui je le rappelle, passe par la Belgique.  Quitte à vouloir batîr une tour de plus de 320 mètres de haut à Richborough, dans le Kent, en Angleterre, au grand dam des habitants.

 

Réactions