Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 7 décembre 2016 par Jennifer Nille

Un algorithme de Citi à l'origine du krach de la livre sterling

CuVOrBrWAAA0uaRLe 7 octobre 2016, vers 1h du matin (CET) la livre sterling avait connu un brusque plongeon face au dollar, chutant de 1,26 $ à 1,14$  en 40 secondes, soit une perte de 9% selon les données de Reuters. Bloomberg avait estimé la chute à 6%.

Le Financial Times explique qu'à l'origine de ce flash crash, un algorithme de trading, appelé Aggregator, appartenant à Citi a envoyé des ordres de vente à répétition qui ont exacerbé la chute de la livre sterling. Les opérations ont été effectuées à partir du bureau japonais de Citi.

Durant une courte période (moins d'une minute), les ordres de ventes de Citi n'ont rencontré aucune contrepartie sur le marché, ce qui est inhabituel, à cause d'une liquidité anormalement très faible et un sentiment général très pessimiste sur la livre sterling depuis le Brexit, note le FT. Mais ensuite, ces ordres de vente ont fini par se croiser , autrement dit ils sont entrés en boucle.

Entrer en boucle pour des algorithmes, cela peut donner lieu à des aberrations. La plus spectaculaire est sans doute celle du prix du livre de génétique "The making of a fly" qui s'est envolé sur Amazon à 24 millions de dollars en 2011. La firme de trading Knight Capital avait aussi connu un épisode similaire avec un de ses algorithmes en 2012, perdant 440 millions de dollars en 30 minutes. Depuis, l'expérience infortunée de Knight Capital a poussé les autres firmes de trading à installer des boutons stop qui arrêtent toutes leurs transactions dès qu'un problème est détecté (par exemple si la Bourse ne répond plus, ce qui arrive fréquemment, ou alors si leurs algorithmes de trading se croisent).

En principe, Citi dispose aussi de filets de sauvetage similaire à ceux des firmes de trading pour son programme Aggregator. Encore faut-il pousser le bouton stop...

Selon le FT, Citi a expliqué que la chute de la livre sterling a été déclenchée par une information selon laquelle la France durcit le ton sur le Brexit,  durant une période particulièrement illiquide de la journée. Mais la Banque d'Angleterre dans son rapport de stabilité financière semi-annuel a indiqué que l'information n'est pas le déclencheur initial de la chute de la devise.

Un rapport de la Banque des Règlements Internationaux sur l'incident doit être publié en janvier.

 

Réactions