Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

mars 2017

Ce blog veut essayer de faire découvrir le monde obscur du trading. Il veut décrire comment les dark pools, algo-traders, MTFs,... fonctionnent, et ce qu'ils entraînent comme changement sur les marchés. Les autres acteurs (régulateurs et Bourses traditionnelles) seront également épinglés.

Posté le 31 mars 2017 par Jennifer Nille Réactions | Réagir

La course à la vitesse touche à sa fin pour les HFT?

La course à la vitesse est-elle terminée pour les firmes de trading à haute fréquence? Il semblerait, au vu des derniers développements dans le secteur, avec notamment la vente de l'activité de trading à haute fréquence de Teza Technologies à la firme texane Quantlab. Teza dispose de l'une des technologies les plus rapides sur le Chicago Mercantile Exchange, une Bourse qui a récemment revu ses accès pour permettre aux ordres d'être exécutés sur le mode premier arrivé, premier servi.

Mark Spanbroek, président de la FIA Epta, une association qui regroupe les firmes de trading européennes,  souligne que seule une poignée d'acteurs investit encore dans la vitesse de leurs transactions. "Leur business model le leur permet" indique-t-il. "Les autres firmes ont adopté un modèle différent. Alors, la course à la vitesse n'est plus importante" ajoute-t-il.

"Aujourd'hui, l'accent est davantage mis sur le data mining et l'apprentissage automatique des algorithmes" relève Mark Spanbroek.

Le but pour les firmes de trading s'avère de prédire l'évolution des marchés sur plusieurs heures plutôt que sur l'instant même, souligne Vikas Shah, de Rosenblatt Securities.

Cela ne signifie pas que la vitesse des transactions a ralenti. Le Chicago Mercantile Exchange, principal marché de dérivés aux Etats-Unis, vient de revoir ses accès. Euronext, le groupe qui rassemble les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, prévoit de changer de plateforme de transactions cette année, en automne, pour diminuer le temps de latence des transactions. Ce n'est pas le signe que la vitesse des transactions ralentit. De plus, sur les marchés européens, le débat sur un frein à la vitesse des transactions n'existe pas vraiment. Euronext n'a pas l'intention de mettre un frein sur ces marchés. Alors qu'aux Etats-Unis, le NYSE, le Nasdaq et le Chicago Stock Exchange essaient de ralentir les transactions.

Posté le 27 mars 2017 par Jennifer Nille Réactions | Réagir

Fusion dans le monde du HFT

Virtu Financial a déposé une offre de rachat des titres KCG entre 18,50 dollars et  20 dollars l'action. Cela valoriserait KCG à 1,33 milliard de dollars, alors que sa capitalisation boursière évolue actuellement à 1,192 milliard de dollars. A l'annonce de ce rachat, le titre KCG a connu une brusque hausse, comme le montre ce graphique.

KCGy

Eric Hunsader, le fondateur de la firme de données Nanex, a ironisé sur cette fusion, soulignant qu'à ce train-là, il n'y aurait plus qu'une seule firme de trading à haute fréquence sur les marchés: Virtu Financial.

 

Cette fusion intervient alors que les temps sont difficiles pour les firmes de trading à haute fréquence. Teza a vendu son activité de trading à haute fréquence à une autre firme, Quantlab, pour 20 à 30 millions de dollars. Motif? La société éprouve des difficultés à suivre dans la course à la vitesse que se livrent toutes les firmes de trading à haute fréquence. Tours à fréquence hertzienne, laser, coûts de colocation et de connectivité pèsent lourd dans leur budget. Et les firmes se plaignent des coûts des données de marché. Aux Etats-Unis, Wolverine Trading s'est plaint que ses coûts on triplé entre 2008 et 2016 à cause du prix des données de marché.

De plus, les bénéfices des firmes de HFT ne suivent pas. TABB Forum, cité par le Wall Street Journal, estime que le chiffre d'affaires du secteur est tombé à 1,1 milliard de dollars en 2016 contre 7,2 milliards de dollars en 2009.

L'année 2015 a particulièrement été difficile pour KCG et Virtu Financial. Les deux sociétés ont dégagé un bénéfice respectif de 60,1 millions de dollars et 26,4 millions de dollars, contre 76,8 millions de dollars et 194,4 millions de dollars en 2014. KCG a connu une embellie en 2016, avec un bénéfice net de 246,2 millons de dollars. Pour Virtu, l'année dernière s'est avérée meilleure que 2015, mais ses bénéfices, à 26,4 millions de dollars, s'affichent loin derrière ceux de 2014.

La faible volatilité actuelle sur les marchés explique en partie les faibles revenus des firmes de HFT. En 2008, ceux-ci avaient atteint un record, alors que le VIX, qui mesure la volatilité des prix des options sur le S&P500, avait touché 80 points. Actuellement, cet indice tourne autour de 12.  Il faut noter qu'en 2008, Virtu Financial est . Il n'y a plus eu depuis d'émergence de nouveaux acteurs d'envergure parmi les firmes de trading à haute fréquence.

A cela viennent s'ajouter des taxes sur les transactions, comme celles imposées par l'Italie en septembre 2013 pour les transactions intraday (de 0,002% sur les transactions en actions dont la détention ne dépasse par 0,5 seconde). La France veut également étendre sa taxe sur les transactions aux transactions intraday, en principe le 1er  janvier 2018. Et il ne faut pas oublier les amendes qui frappent le secteur, en particulier aux Etats-Unis.

Une consolidation du secteur dans ce contexte semble donc inévitable.

Posté le 24 mars 2017 par Jennifer Nille Réactions | Réagir

Le HFT en quelques dates

Le site  Snipe The trade a réalisé une infographie sur l'histoire du trading à haute fréquence. Plus que le trading à haute fréquence, cette infographie pointe l'accélération exponentielle de la vitesse des transactions. Je vous laisse juge.

 

History of HFT
© snipethetrade.com

Dernières réactions sur nos blogs