Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 3 avril 2017 par Jennifer Nille

Frein à la vitesse: où en est-on en Europe?

Aux Etats-Unis, depuis la transformation d'IEX en Bourse en août 2016, ses concurrents se sont mis à réflechir, voire agir pour imiter son modèle. IEX, pour rappel, est une plateforme de transactions lancée en 2013, qui présente la particularité d'imposer un frein de 350 microsecondes pour toutes les transactions qui y sont exécutées. Ce frein est rendu possible par l'utilisation de deux centres de données (au lieu d'un centre principal et un centre miroir)  où les ordres entrent et sortent d'un centre situé à Secaucus et où l'offre et la demande se rencontrent dans un centre situé à Weekhawken, pas très loin de là. Un câble de fibre optique rejoint les deux points, mais celui-ci a volontairement été rallongé de 61,235 kilomètres, enroulé en bobine. Les transactions sont ralenties grâce à cette bobine.

Les Bourses comme le NYSE et le Nasdaq ont tenté d'empêcher l'émergence d'IEX comme treizième Bourse des marchés d'actions aux Etats-Unis. Mais la Securities and Exchange Commission a donné son feu vert. Depuis, le NYSE, le Nasdaq et le Chicago Stock Exchange veulent imposer un ralentisseur sur leur marché, mais pour certains segments.

Le NYSE projette d'appliquer un frein de 350 microsecondes pour les transactions sur les petites et moyennes valeurs. Le Nasdaq avait lancé en août 2016 un type d'ordres destiné à ralentir les transactions parmi tous les autres), et le Chicago Stock Exchange doit lancer cet été son frein pour les ordres qui retirent de la liquidité sur le marché.

En Europe, les Bourses n'ont pas pris cette voie. Chez Euronext, Stéphane Boujnah, président du directoire, souligne que la concurrence n'est pas aussi intense sur le Vieux Continent par rapport aux Etats-Unis. "Le "speed bump" est une fonctionnalité spécifique au modèle de marché interconnecté des Etats-Unis, qui a été conçue pour répondre au positionnement commercial d’IEX. En Europe, nous pensons que les bourses doivent exécuter les ordres immédiatement et que tous les membres de marché doivent être traités de la même façon. L’ampleur du flux provenant de nos clients a pour conséquence que le risque de distorsion des marchés Euronext par des opérations HFT est faible. Sur Euronext, ce type de flux est principalement repris dans des programmes de market making conçus pour favoriser la liquidité pour tous les investisseurs".

 En outre, en Europe, les marchés sont nettement moins fragmentés qu'aux Etats-Unis. Les opérateurs historiques des bourses, comme Euronext, Deutsche Börse, et le London Stock Exchange, conservent une part de marché dominante. Un exemple avec le Bel20, où Euronext (en vert sur le graphique) domine le marché.

Bel20fidessa

(source: Fidessa).

Aux Etats-Unis, les acteurs historiques comme le NYSE et le Nasdaq n'ont plus que 20 à 25% de part de marché.

Batsmkt

(Source: Bats)

L'entrée en vigueur de la directive MiFID2 le 1er janvier 2018 ne devrait pas provoquer une situation comme aux Etats-Unis. La directive cible davantage les transactions qui passent sur les marchés non réglementés, comme les dark pools, et les données de marché. Elle ne vise plus à instaurer une concurrence sur les transactions, comme en 2007, avec sa première version. En outre, le projet d'instaurer un frein d'une demi-seconde sur les transactions s'est perdu dans les négociations du Parlement européen.

 

Réactions