Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 23 mai 2017 par Jennifer Nille

0,0027$ par action de profitabilité pour le HFT?

Greg Laughlin, un professeur d'astronomique et d'astrophysique de l'UC Santa Cruz, s'est penché sur la profitabilité de Virtu Financial, une firme de trading à haute fréquence. Virtu Financial, comme KCG (qui va bientôt fusionner avec elle) et Flow Traders sont cotées en Bourse. Leurs comptes de résultats trimestriels permettent de se faire une idée de leur profitabilité. Ainsi, on y apprend qu'en 2016, le bénéfice par action de Virtu Financial s'élevait de 0,82 dollar par action, pour une marge bénéficiaire de 31,9%. Celui de KCG s'élevait à 2,86 dollars par action, pour une marge bénéficiaire de 17,9%, et celui de Flow Traders (une firme basée à Amsterdam) à 2,02 euros par action pour une marge bénéficiaire de 37,6%. On peut en déduire que ces firmes sont rentables.

Greg Laughlin a analysé le prospectus de Virtu Financial que la firme a dû remettre à la Securities and Exchange Commission en vue de son introduction en Bourse. L'action de la société a démarré sa cotation le 16 avril 2015. Pour rappel, la firme avait choisi de postposer son introduction en Bourse en 2014, à cause de la mauvaise publicité que le livre "Flash Boys" a généré autour du trading à haute fréquence. En effet, en 2014, suite à la publication du livre de Michael Lewis, le thème s'est retrouvé sous le feu des projecteurs , comme le montre Google Trends.

HFTtrends

Le professeur a découvert que Virtu Financial dispose d'une filiale, Blueline Comm, qui exploite un réseau de pylônes  de communications entre Chicago et New York. Ce réseau consiste en une série de pylônes situés à distance de 62,6 kilomètres en moyenne de l'un à l'autre, et permet à Virtu d'obtenir des données de marchés (prix et flux de transactions) entre Aurora et Carteret en environ 4,7 millisecondes. Le réseau de Spread Networks, décrit dans "Flash Boys", affiche lui une latence de 6,65 millisecondes.

Greg Laughlin a calculé que Virtu Financial dégage 0,0027 dollar par action négociée. Il arrive ce résultat en comptant que la firme reconnaît que 51 à 52% de ses transactions résultent en un bénéfice, et que le spread sur lequel se rémunère un teneur de liquidité comme Virtu Financial s'élève à 0,01 dollar. Ce résultat implique que la firme, selon le professeur, négocie 160 millions d'actions par jour sur les marchés, soit environ 3% du volume de transactions quotidien sur les marchés d'actions américains. Il en dérive que les bénéfices du trading à haute fréquence aux Etats-Unis tourne autour de 10 millions de dollars par jour, et de 2,5 milliards de dollars par an, avant frais et coûts de technologies.

 En analysant les données du Nasdaq, Laughlin estime à 100 actions la taille moyenne des transactions  de Virtu, et à 200 actions par transaction la taille la plus large exécutée par la firme de trading. Ce qui donne entre 2,5 et 3,5 millions de transactions exécutées par Virtu sur l'ensemble des classes d'actifs.

Virtu Financial avait indiqué qu'elle n'avait accusé de perte de trading que sur une journée entre 2011 et 2014 (1248 jours de trading). Laughlin en déduit que cette perte a été générée soit par une erreur humaine, soit par une erreur d'algorithme.

 

 

Réactions