Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 1 mai 2017 par Jennifer Nille

Ce qui va changer pour le HFT avec MiFID2

68142032_490651772.previewLa directive MiFID2, qui entre en vigueur le 3 janvier 2018, prévoit un volet consacré au trading à haute fréquence définit à l'article 4 (1) (40), comme du trading "utilisant une infrastructure pour réduire sa latence (telle que la colocation), l'absence d'intervention humaine pour initier, et diriger un ordre, et qui envoie 2 messages par seconde par instrument négocié (ou 4 messages par seconde par plateformes de transactions)".

Les firmes de trading qui tombent dans cette catégorie devront se signaler au régulateur et aux plateformes de transactions sur lesquelles elles sont actives. Le régulateur pourra alors demander à la firme de décrire ses stratégies de trading, ses processus de gestion de risque, et ses limites de trading . Elle devra aussi procéder à l'enregistrement de ses ordres, en incluant les annulations, les exécutions d'ordres et les cotations passées sur les plateformes de transactions pendant une durée de 5 ans, et permettre l'accès de ces données  au régulateur.

La firme de trading devra s'assurer d'une équipe de conformité ayant une connaissance de ses activités de trading, de personnel maîtrisant des compétences pour gérer les systèmes de trading algorithmiques et les algorithmes, ainsi que les principes de surveillance d'abus de marché. Ces principes incluent le test des algorithmes pour éviter tout abus de marché.

En bref, l'accent est mis sur le pre et le post rapport des transactions pour les firmes de trading.

Piebe Teeboom, secrétaire général de la FIA Epta, qui défend les intérêts des firmes de trading européennes, estime que l'impact de MiFID2 pour le secteur sera "important". "Après MiFID2, toutes les firmes de trading seront régulées et soumises à une liste de règles. Cela reconfigure la manière dont opère l'industrie" a-t-il indiqué lors du salon Trade Tech. Selon lui, le test des algorithmes, les exigences pour les teneurs de liquidité, et la stabilité des marchés  va amener un série de nouveaux coûts. A cela il faut ajouter le coût du reporting des données selon lui, ce qui aura un impact sur la structure des marchés.

Piebe Teeboom avait un ton plus inquiet que certaines firmes de trading participants à Trade Tech. Un des représentants de ces firmes estimait en marge de la conférence que leur activité ne serait pas impactée. Car il s'attend à plus de transactions pour les firmes de trading à haute fréquence, alors que la structure des marchés financiers européens va changer avec la disparition des dark pools. Cela va résulter selon lui en une raréfaction des contreparties de marchés, au bénéfice des firmes de trading à haute fréquence.

 

 

 

Réactions