Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

mai 2017

Ce blog veut essayer de faire découvrir le monde obscur du trading. Il veut décrire comment les dark pools, algo-traders, MTFs,... fonctionnent, et ce qu'ils entraînent comme changement sur les marchés. Les autres acteurs (régulateurs et Bourses traditionnelles) seront également épinglés.

Posté le 23 mai 2017 par Jennifer Nille Réactions | Réagir

0,0027$ par action de profitabilité pour le HFT?

Greg Laughlin, un professeur d'astronomique et d'astrophysique de l'UC Santa Cruz, s'est penché sur la profitabilité de Virtu Financial, une firme de trading à haute fréquence. Virtu Financial, comme KCG (qui va bientôt fusionner avec elle) et Flow Traders sont cotées en Bourse. Leurs comptes de résultats trimestriels permettent de se faire une idée de leur profitabilité. Ainsi, on y apprend qu'en 2016, le bénéfice par action de Virtu Financial s'élevait de 0,82 dollar par action, pour une marge bénéficiaire de 31,9%. Celui de KCG s'élevait à 2,86 dollars par action, pour une marge bénéficiaire de 17,9%, et celui de Flow Traders (une firme basée à Amsterdam) à 2,02 euros par action pour une marge bénéficiaire de 37,6%. On peut en déduire que ces firmes sont rentables.

Greg Laughlin a analysé le prospectus de Virtu Financial que la firme a dû remettre à la Securities and Exchange Commission en vue de son introduction en Bourse. L'action de la société a démarré sa cotation le 16 avril 2015. Pour rappel, la firme avait choisi de postposer son introduction en Bourse en 2014, à cause de la mauvaise publicité que le livre "Flash Boys" a généré autour du trading à haute fréquence. En effet, en 2014, suite à la publication du livre de Michael Lewis, le thème s'est retrouvé sous le feu des projecteurs , comme le montre Google Trends.

HFTtrends

Le professeur a découvert que Virtu Financial dispose d'une filiale, Blueline Comm, qui exploite un réseau de pylônes  de communications entre Chicago et New York. Ce réseau consiste en une série de pylônes situés à distance de 62,6 kilomètres en moyenne de l'un à l'autre, et permet à Virtu d'obtenir des données de marchés (prix et flux de transactions) entre Aurora et Carteret en environ 4,7 millisecondes. Le réseau de Spread Networks, décrit dans "Flash Boys", affiche lui une latence de 6,65 millisecondes.

Greg Laughlin a calculé que Virtu Financial dégage 0,0027 dollar par action négociée. Il arrive ce résultat en comptant que la firme reconnaît que 51 à 52% de ses transactions résultent en un bénéfice, et que le spread sur lequel se rémunère un teneur de liquidité comme Virtu Financial s'élève à 0,01 dollar. Ce résultat implique que la firme, selon le professeur, négocie 160 millions d'actions par jour sur les marchés, soit environ 3% du volume de transactions quotidien sur les marchés d'actions américains. Il en dérive que les bénéfices du trading à haute fréquence aux Etats-Unis tourne autour de 10 millions de dollars par jour, et de 2,5 milliards de dollars par an, avant frais et coûts de technologies.

 En analysant les données du Nasdaq, Laughlin estime à 100 actions la taille moyenne des transactions  de Virtu, et à 200 actions par transaction la taille la plus large exécutée par la firme de trading. Ce qui donne entre 2,5 et 3,5 millions de transactions exécutées par Virtu sur l'ensemble des classes d'actifs.

Virtu Financial avait indiqué qu'elle n'avait accusé de perte de trading que sur une journée entre 2011 et 2014 (1248 jours de trading). Laughlin en déduit que cette perte a été générée soit par une erreur humaine, soit par une erreur d'algorithme.

 

 

Posté le 22 mai 2017 par Jennifer Nille Réactions | Réagir

Un temps synchronisé pour les Bourses européennes

HoptroffL'IntercontinentalExchange a adopté une horloge atomique pour horodater ses transactions. Le marché de dérivés, présent à Londres, tombe sous le coup de la directive MiFID2, qui requiert un horodatage à la microseconde des transactions exécutées sur les Bourses et MTF européens. Un spécialiste de la technologie des marchés souligne que "toutes les plateformes de transactions où du trading à haute fréquence a lieu devront répondre aux exigences d'horodatage" voulue par la réglementation européenne. Ces exigences requièrent en particulier un horodatage synchronisé des transactions, car jusqu'à présent cet horodatage ne l'est pas. "Les horloges atomiques apportent une précision supplémentaire et permettent une synchronisation. Si les régulateurs collectent des horodatages de transactions différents de différentes plateformes, cela les empêchent d'établir une chronologie de ce qui s'est passé sur les marchés" explique-t-il.

L'actuelle différence d'horodatage des transactions sur les Bourses européennes résulte selon un analyste de la nature des ordinateurs. "Le signal dérive à partir de là. Il faut un service pour corriger cette distortion.  Cette distortion n'est pas tolérée par MiFID2" relève-t-il.

Le spécialiste souligne que ces problèmes se situent au niveau des centres de données des Bourses et des MTF. Car pour rappel, les transactions qui s'effectuent sur les Bourses et les MTF ont lieu dans des centres de données, situés à différents endroits. Celui de Bats par exemple se situe à Slough, près de Londres. Celui de l'ICE, d'Euronext et de la Bourse de Luxembourg se situe à Basildon, près de Londres. Le London Stock Exchange utilise deux centres de données, l'un dans la City de Londres, l'autre à Milan. Il faut savoir qu'à chaque centre de données correspond un autre centre de données, en cas de problèmes. Euronext a un deuxième centre de données près de Paris, pour cette raison.

L'ICE va utiliser le service fourni par NPL, l'organisme gouvernemental britannique de mesure du temps, dans son centre de données de Basildon. Cela fait plusieurs années déjà que l'ICE, mais aussi d'autres Bourses, procèdent à des tests avec NPL.

Le spécialiste relève que cela va engendrer des coûts supplémentaires pour les Bourses et les MTF. "Ces coûts vont être transférés au sein de l'industrie financière, avec des conséquences pour le buy side" prévient-il.

Posté le 15 mai 2017 par Jennifer Nille Réactions | Réagir

Bats s'adapte pour MiFID2

13047002_84658606.previewLe MTF (système multilatéral de transactions) Bats se prépare à l'entrée en vigueur de la directive MiFID2. Son directeur européen, Mark Hemsley, a répondu à nos questions durant le salon du trading électronique Trade Tech qui se tenait le 25 et le 26 avril au Palais des Congrès à Paris. Bats, racheté par le Chicago Board of Exchange en septembre 2016, s'apprête aussi à proposer une alternative moins chère que la closing auction period des Bourses, qui concentre avec l'ouverture des marchés le gros des volumes de transactions.

 Qu'est-ce que MiFID2 va changer pour Bats?

Nous sommes très optimistes vis-à-vis de MiFID2, car nous avons lancé des nouveaux produits en vue du changement de réglementation. MiFID2 va amener plus de transactions de bloc, sous la dénomination "large in scale". Nous avons déjà lancé aux Etats-Unis une initiative, BIDS, sur laquelle nous pouvons nous appuyer. Bats LIS va permettre aux firmes d'investissement et aux courtiers de passer leurs transactions au-delà de la limite LIS, mais aussi entre firmes d'investissement, et entre courtiers, à travers des opérateurs désignés.  Nous avons aussi lancé des mini enchères périodiques durant la séance sur notre marché lit. Celles-ci vont durer une demi-seconde. Car avec le changement de réglementation va se poser la question d'où vont aller les transactions qui ne se qualifient pas pour le LIS mais sont supérieures à la limite des capitalisations pour les dark pools. De plus, la directive va demander des rapports de transactions, et nous offrons ce service. Nous nous attendons à plus de transactions sur le marché lit.

 Récemment, le CME a fermé son bureau londonien, et TOM a cessé d'exister. Est-ce que la concurrence se tarit sur les marchés européens?

Vous pointez que ces fermetures concernent des marchés de dérivés. Différentes raisons expliquent ceci. Le CME a affirmé qu'il avait eu des difficultés à trouver des transactions. Pour TOM, il y a eu des problèmes du côté du clearing. Le dénouement des positions sur les futures sur LCH.Clearnet  peut prendre du retard. La concurrence sur les dérivés est plus difficile à cause de cela. Elle repose sur des solutions de clearing. Pour les actions, BATS avait créé une solution de clearing en partenariat avec Euro CCP. Il y a plus de choix en matière clearing.

Deutsche Börse et le LSE ont échoué à fusionner. Est-ce que des fusions de Bourses deviennent impossibles?

 

 Il est évident qu'en Europe, les problèmes de concurrence soulèvent des oppositions à ces rapprochements. Mais c'est aussi surprenant que beaucoup de ces sociétés qui ont échoué à consolider sont des quasi monopoles. C'est pour cela que ces fusions sont difficiles en Europe. Beaucoup de sociétés détiennent de fortes positions.

Quel impact aura le Brexit sur BATS?

Nous restons engagé vis-à-vis d'une activité paneuropéenne. Nous voulons maintenir nos opérations à l'intérieur de l'Union européenne. Nous devrons décidé quelle stratégie nous allons adopter d'ici deux ans. Nous prévoyons de déplacer nos bureaux au sein de l'Union européenne.

Et que va-t-il advenir de vos centres de données?

Je pense qu'ils vont rester à Londres, car beaucoup de transactions proviennent de Londres.

Etes-vous prêt pour les exigences d'horodatage des transactions requises par MiFID2?

Oui. Nous disposons d'une bonne solution technologique.

 

Posté le 1 mai 2017 par Jennifer Nille Réactions | Réagir

Ce qui va changer pour le HFT avec MiFID2

68142032_490651772.previewLa directive MiFID2, qui entre en vigueur le 3 janvier 2018, prévoit un volet consacré au trading à haute fréquence définit à l'article 4 (1) (40), comme du trading "utilisant une infrastructure pour réduire sa latence (telle que la colocation), l'absence d'intervention humaine pour initier, et diriger un ordre, et qui envoie 2 messages par seconde par instrument négocié (ou 4 messages par seconde par plateformes de transactions)".

Les firmes de trading qui tombent dans cette catégorie devront se signaler au régulateur et aux plateformes de transactions sur lesquelles elles sont actives. Le régulateur pourra alors demander à la firme de décrire ses stratégies de trading, ses processus de gestion de risque, et ses limites de trading . Elle devra aussi procéder à l'enregistrement de ses ordres, en incluant les annulations, les exécutions d'ordres et les cotations passées sur les plateformes de transactions pendant une durée de 5 ans, et permettre l'accès de ces données  au régulateur.

La firme de trading devra s'assurer d'une équipe de conformité ayant une connaissance de ses activités de trading, de personnel maîtrisant des compétences pour gérer les systèmes de trading algorithmiques et les algorithmes, ainsi que les principes de surveillance d'abus de marché. Ces principes incluent le test des algorithmes pour éviter tout abus de marché.

En bref, l'accent est mis sur le pre et le post rapport des transactions pour les firmes de trading.

Piebe Teeboom, secrétaire général de la FIA Epta, qui défend les intérêts des firmes de trading européennes, estime que l'impact de MiFID2 pour le secteur sera "important". "Après MiFID2, toutes les firmes de trading seront régulées et soumises à une liste de règles. Cela reconfigure la manière dont opère l'industrie" a-t-il indiqué lors du salon Trade Tech. Selon lui, le test des algorithmes, les exigences pour les teneurs de liquidité, et la stabilité des marchés  va amener un série de nouveaux coûts. A cela il faut ajouter le coût du reporting des données selon lui, ce qui aura un impact sur la structure des marchés.

Piebe Teeboom avait un ton plus inquiet que certaines firmes de trading participants à Trade Tech. Un des représentants de ces firmes estimait en marge de la conférence que leur activité ne serait pas impactée. Car il s'attend à plus de transactions pour les firmes de trading à haute fréquence, alors que la structure des marchés financiers européens va changer avec la disparition des dark pools. Cela va résulter selon lui en une raréfaction des contreparties de marchés, au bénéfice des firmes de trading à haute fréquence.

 

 

 

Dernières réactions sur nos blogs