Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 13 juin 2012 par Philippe Degouy

Marines dans le ciel du Pacifique (1941-1945)

Vraies têtes brûlées, les Marines américains ont combattu les Japonais partout où il était possible de le faire après l’attaque sur Pear Harbor le 7 décembre 1941. Sur mer, sur terre et aussi dans les airs. Leur glorieux passé ne cesse d’être célébré, admiré, étudié. Par Grégory Pons, notamment. Passionné d’aviation, il publie aux éditions Eden-Mili-Arts un nouvel ouvrage consacré aux pilotes du Corps des Marines dans le Pacifique. Un sujet qui ne manquera pas d’exciter la curiosité des fanas de militaria, ce genre littéraire quasiment absent des médias. À tort car il génère aussi son lot de bons ouvrages.

MarinesComme cet album qui fait la part belle aux clichés inédits, le fruit d’une recherche d’un lustre effectuée par l’auteur.  Son but étant, non pas de rapporter des récits de combats déjà lus dans d’autres ouvrages mais d’apporter un éclairage sur le quotidien des pilotes basés sur ces îles du Pacifique, bien loin d’être paradisiaques. Sur ce front immense, la nature constituait en effet un ennemi parfois aussi redoutable que les Japonais. 

Au fil de sa quête de photographies originales, l’auteur s’est ainsi procuré des albums qui retracent le quotidien d’escadrilles des Marines, ce Corps d’élite qui  fascine tant le grand public. Et qui fut toujours le premier à connaître le combat dans les guerres menées par les Etats-Unis. Pour illustrer l’importance prise par ces pilotes lors du dernier conflit mondial, l’auteur souligne qu’ « après l’attaque sur Pearl Harbor en décembre 1941, les Marines disposaient de 641 pilotes et 13 escadrilles. Quatre ans plus tard, ils comptaient près de 128 escadrilles et environ 10.000 pilotes.» Parmi celles présentées, la VMF-512 mérite davantage d’attention. Formée en février 1945, ses pilotes devaient servir en Europe pour attaquer les bases de lancement des V1 allemands à partir de porte-avions d’escorte. Un projet, baptisé « Danny », resté sans suites après le refus du général américain George Marshall : «tant que j’aurai la charge de nos forces armées, il n’y aura pas un seul Marine en Europe.» De fait, contrairement à 1917 où ils se sont illustrés face aux Allemands (comme à bois Belleau), les Marines ont combattu uniquement sur le front du Pacifique. Où ils ont mis dans la balance leur férocité et leur audace. Ils furent sans conteste l’un des instruments majeurs de la victoire alliée.

 Les fans du major Boyington, « patron » de la VMF 214 des têtes brûlées ne trouveront pas leur bonheur dans l’ouvrage. L’auteur, de façon intelligente, a fait l’impasse sur cette escadrille bien connue et à propos de laquelle tout a déjà été raconté. La monture des pilotes, le fameux Corsair, est, par  contre, omniprésente dans l’ouvrage. Un appareil  délicat à piloter mais adoré par les Marines qui ont su le dompter pour battre les Japonais et leur agile Zéro. Un Corsair qui partage la vedette avec le TBM-3 Avenger ou le SBD Dauntless.  Les nombreux clichés de l’album donneront pas mal d’idées aux maquettistes.
De nombreux documents personnels sont reproduits au fil des pages avec des présentations d’uniformes, d’équipements ou de témoignages personnels extraits des carnets de vol.  Des photos d’importance capitale au vu des conditions de combat et du climat du Pacifique, peu propice à la bonne conservation des documents.
Avec la disparition progressive des vétérans, cet ouvrage participe à la mémoire collective du dernier conflit mondial.

«Nous nous sommes battus partout où nous pouvions amener un fusil. Nous nous battons pour notre pays, dans les airs, sur terre ou sur mer. Nous sommes toujours sur la brèche, nous les Marines des Etats-Unis.» (extrait de l’Hymne des Marines).

 Voici leur histoire, celle vécue dans le ciel du Pacifique de 1941 à 1945. Semper Fi !

 Philippe Degouy

 «USMC Aviators. Les aviateurs des Marines dans le Pacifique 1941-1945.» Par Grégory Pons. Éditions Eden Mili-Arts. 191 pages. 39,90 euros

 Pour plus de renseignements sur l’auteur et ses ouvrages, rdv sur le site www.eden-mili-arts.com

 Couverture : éditions Eden-Mili-Arts

Réactions