Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 15 novembre 2013 par Philippe Degouy

Buck Danny de retour sur le pont d’envol avec «Cobra noir»

Cinq ans déjà.  La période écoulée depuis le dernier tome publié par les éditions Dupuis. «Porté disparu», on pensait que Buck Danny l’était. Les plus optimistes d’entre nous voyaient le colonel retraité, coulant des jours heureux avec sa plus fidèle ennemie, la charmante Lady X. Erreur. Le revoilà, plus en forme que jamais et toujours flanqué de ses deux compagnons de vol, Jerry Tumbler et Sonny Tuckson.   

Buck DannyMais l’heure est grave. Avec la perte d’un chasseur F-22, fleuron de l’US Air Force, abattu en vol par un missile non identifié. Paniquées, les autorités militaires font alors appel au colonel Buck Danny pour découvrir ce qui se trame derrière cette agression. Avec le major Jerry Tumbler  et l’éternel capitaine Sonny Tuckson, Danny va organiser une mission secrète au dessus du Basran, petit pays du Moyen-Orient suspecté de détenir des armements interdits.
L’opération, baptisée «Cobra noir», va se révéler bien plus complexe et mortelle que prévu. N’en disons pas plus pour ne pas déflorer cette intrigue habilement construite pour retenir l’attention des lecteurs jusqu’à la dernière case. Belle espionne, combats aériens, humour…  rien ne manque pour retrouver avec plaisir l’ambiance d’une saga qui a suscité la vocation pour beaucoup de pilotes.

Une série qui reprend (enfin) vie avec un nouveau duo d’auteurs aux commandes.  Des passionnés, qui connaissent l’environnement et le passé de «Buck Danny», et qui peuvent se targuer d’une solide expérience dans le  monde de l’aviation. Francis Winis au dessin a travaillé ainsi pour Airbus et Frédéric Zumbiehl, avant d’écrire des scénarios à succès («Rafale Leader», «Team Rafale», «Unité Félin », « Emergency »…), a été pilote de chasse pour l’aéronavale française. Excusez du peu.

Leur premier album soutient aisément la comparaison avec les précédents , même si les traits sont  ici plus épais.  Ce qui convient d’ailleurs très bien aux personnages principaux. Désormais plus matures, marqués par l’expérience et les années. Il aurait été plutôt ridicule de représenter un trio qui a fait toutes les guerres depuis le Pacifique avec des traits adolescents, ou presque. Des héros qui ont perdu ici de leur superbe et qui deviennent plus humains, avec la peur au ventre, et le doute face aux décisions à prendre.  Parfaitement documenté et doté d’un scénario en béton, l’album suit fidèlement l’actualité avec un Etat du Basran qui ressemble furieusement à l’Iran et son envie de nucléaire. Un scénario qui permet aussi de retrouver des personnages de la saga , comme le fidèle Slim Holden, et de constater qu’il y a quand même quelque chose d’immuable dans la saga : la maladresse de Sonny avec les filles. Sacré Sonny, l’éternel gamin. «Sans lui, on s’ennuierait» s’amuse Jerry Tumbler.

 Les amateurs d’appareils venus de la lointaine Russie seront ravis de retrouver le SU-27 Flanker en vedette de cette intrigue. Une sacrée machine de guerre fidèlement représentée sous toutes les coutures. Parmi les autres appareils présents dans ce tome figurent également le F-22 Raptor (en version puzzle) en ouverture, le Mig-29, le F-18 ou le V-22 Osprey.  

 Si les anciens lecteurs de la série retrouveront avec plaisir l’humour texan de Sonny, les ados de la génération Facebook risquent de passer à côté des « private jokes » lancées par les auteurs.  Séduire ce nouveau jeune public ne sera pas une mince affaire. Mais le challenge vaut la peine d’essayer. Et rien n’arrête un pilote de l’aéronavale.

 Espérons enfin que ce « Cobra noir » ne reste pas comme un album unique et qu’il donne le départ à un nouveau chapitre de la série historique.

 Le colonel Danny est demandé sur le pont d’envol. Scramble !

 Philippe Degouy

 «Cobra noir», collection Buck Danny. Dessin de Francis Winis, scénario de Frédéric Zumbiehl. Éditions Dupuis, 56 pages, 12 euros.

 Couverture : éditions Dupuis

Réactions