Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 16 avril 2014 par Philippe Degouy

Des blondes et des pruneaux sous le soleil du Midi

Disparu en février 1978, Maurice Tillieux, maître de la BD belge, n’a pas laissé que des souvenirs et des regrets. Il n’a pas vu sa descendance artistique lui emboîter le pas. À l’instar de Thierry Dubois et Jean-Luc Delvaux, deux auteurs qui pilotent la série Jacques Gipar publiée aux éditions Paquet. Un vibrant hommage au personnage de Gil Jourdan et à la passion de Maurice Tillieux pour les automobiles, omniprésentes dans son œuvre. «Trafic sur la Grande Bleue» au dessin plus que fidèle au courant de la ligne claire est délicieusement nostalgique avec un décor planté dans le Midi des années 50 et une intrigue qui permet aux auteurs de glisser dans leurs planches des autos de cette époque, fidèlement reproduites, comme la Simca Aronde, la 2CV ou la Ford Vedette, concurrente de la Traction, également présente. Autant d’ancêtres lancés dans de folles poursuites à la «Bullitt».  On sent toute l’expérience de Jean-Luc Delvaux dans ce domaine, en ancien assistant de Jean Graton. Un milieu automobile  qui figure également dans les passions du scénariste Thierry Dubois, spécialiste des routes et notamment de cette mythique Nationale 7 qui rassemble aux yeux des Français autant de souvenirs que la Route 66 pour les Américains.
À noter aussi les nombreuses allusions à des personnages ou des noms propres empruntés au roman policier ou à la bande dessinée d’antan. Comme ce cargo Pirius, qui fait allusion au Sirius d’Hergé. Ou cet inspecteur Bornichard qui prend exemple sur l’inspecteur Borniche dont les exploits ont connu un grand succès littéraire. Sans oublier, cliché local oblige, la fameuse scène de la partie de cartes avec Raimu (« ici môssieur, on est concentré quand on joue aux cartes, on s’occupe de rien d’autre et surtout pas des affaires des autres. »

COUVERTURETRAFICL’histoire de cette intrigue en quelques mots ? Juste pour vous donner envie de goûter à cette histoire de blondes au pays des cigales.
1954. Deux ans après un faits divers relatif au piratage d’un cargo, le Pirius, chargé de cigarettes de contrebande, le journaliste de France Enquêtes Jacques Gipar descend à Marseille pour enquêter sur un regain de violence dans la cité phocéenne. Les gangsters locaux prennent des pruneaux et les digèrent très mal. En prenant deux auto-stoppeurs en cours de route, Jacques Gipar met le pied, sans le savoir, dans une histoire de règlement de comptes entre trafiquants de cigarettes liés à ce dossier du Pirius. Sous le ciel bleu de la Côte d’Azur, il n’y a pas que le soleil qui est de plomb. Les balles aussi. Et elles volent bas... La suite est à lire dans cette comédie policière où tout n’est pas aussi tranquille que le chant des grillons.

 Une bande dessinée bien sympathique que  nous recommandons en guise de madeleine de Proust et dont l’épilogue sera à suivre en janvier 2015 avec «La station du clair de lune», épisode qui marquera la fin de la guerre des blondes.

 Philippe Degouy

 «Trafic sur la Grande Bleue. Une aventure de Jacques Gipar tome 5 ». Scénario de Thierry Dubois, dessin de Jean-Luc Delvaux. Éditions paquet, 48 pages, 13,50 euros.

Couverture : éditions Paquet

Réactions