Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 22 mars 2017 par Philippe Degouy

La Patrouille de France, une Grande Dame qui unit la Nation à l’Armée

Par Philippe Degouy

Faut-il encore la présenter cette Patrouille de France ? Ces AlphaJet peints aux couleurs nationales et qui se produisent dans les meetings aériens. Sans doute pas. Il suffit, pour s'en convaincre, d'observer le large public présent à chaque démonstration. La présence de ces pilotes au programme assure le succès de tout show aérien. C’est dire que ce livre n’a pas à convaincre son lecteur, déjà conquis, sans nul doute. Mais comme le dit ce lieu commun, « quand on aime, on ne compte pas. » Un beau livre sur un sujet déjà largement traité, soit, qui mérite néanmoins sa place dans la bibliothèque.

Avec François Blanchard et David Bernigard en chefs d'escadrille, La Grande Dame (éd. Black Feather) est plus qu’un beau livre de photos aériennes. Plutôt un superbe hommage rendu aux aviateurs de la Patrouille de France, à ceux qui ont construit la légende et aux valeurs de la République. Rappelées dans un chapitre introductif, parfaitement en phase avec l’actualité. Comme le souligne le Général d’armée Jean-Louis Georgelin, « cet ouvrage souligne cette relation subtile, construite au fil du temps, entre les Français et leur armée. Il en montre différents aspects et illustre bien la variété des formes que peut prendre le lien Armée-Nation. »

PATROUILLEFRANCEUn album aux photos en couleur, sublimes. Les pilotes connaissent la musique au moment de lancer les réacteurs. C’est là-haut qu’ils laissent leur professionnalisme composer une œuvre dont le succès repose la cohésion du groupe. Tous pour un et un pour tous, tel est le credo de ces mousquetaires du ciel. Tous « unis pour faire face ».
Comme le soulignait Georges Guynemer, « tant que l’on n’a pas tout donné, on n’a rien donné. » Page après page défilent les figures qui font briller les yeux des spectateurs. Gamins comme adultes, tous réunis dans le même émerveillement. Et ce dès la présentation de la Patrouille par le commentateur, sur fond de couleurs nationales peintes dans l'azur par les fumigènes des appareils. S’enchaînent ensuite des figures attendues par les photographes, présents à chaque meeting : le miroir, Apollo, Concorde, Diamant… Avec en guise de bouquet final le fameux cœur tracé à renfort de fumigènes. Ce moment complice qui ravit le public, toujours fidèle.

Des photos aériennes dépourvues de légendes, inutiles, mais agrémentées de nombreuses citations. D’écrivains, de politiques … Comme autant de sources d’inspiration positive. René Char, Winston Churchill , Charles de Gaulle, Antoine de Saint-Exupéry, Nelson Mandela, John F. Kennedy…

Une Patrouille de France dont le nom est né, pour rappel, d’un élan d’enthousiasme formulé lors d’un meeting aérien à Alger en mai 1953. Ce jour-là, le commentateur de l’événement, Jacques Noetinger avait ainsi annoncé au public la prestation d’une patrouille acrobatique : « Mesdames et Messieurs, la Patrouille de France vous salue. » Une petite « gaffe » qui allait faire adopter cette expression de manière plus « officielle ».

L'image de la France

« Aujourd’hui, évoluant à huit appareils, la Patrouille de France est plus que jamais l’ambassadrice de l’aéronautique française. Chaque apparition renforce le lien Armée-Nation, le sentiment d’appartenance à une grande nation éprise de liberté. » Un rappel nécessaire. Aujourd’hui, plus que jamais.
Un ouvrage qui se referme, provisoirement, sur la petite histoire de l’aviation moderne et de la genèse de l’idée de patrouille aérienne. Nourri de ces beaux clichés, tous pris du sol, le lecteur ne peut que voir la vie en bleu. Dans l’attente d’assister au programme prévu pour la saison 2017 et de savourer au mieux cette phrase du commentateur qui fait battre les cœurs : « Mesdames et Messieurs, voici la Patrouille de France. » Pour les couleurs, top !

« Les pilotes se moquent de marcher. Ce qui les motive, c’est de pouvoir voler » (Neil Armstrong)


La Grande Dame. Symbole du lien Armée-Nation, par François Blanchard et David Bernigard. Black Feather Éditions, 224 pages, 60 euros
Couverture : éditions Black Feather Éditions

Réactions