Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 11 mai 2017 par Philippe Degouy

Jutland, le chant du cygne des cuirassés

     Par Philippe Degouy

Prêts à appareiller avec les éditions Glénat ? Elles lancent une nouvelle série d’envergure, dédiée aux grandes batailles navales qui ont marqué l’histoire. À la tête de cette formidable armada, Jean-Yves Delitte, peintre officiel de la Marine, fait office de pacha. Parfaitement à l’aise sur l’eau, son élément, omniprésent dans son œuvre. Que l'on pense notamment à U-Boot, mais aussi à Black Crow, Le Belem, Black Crow raconte
Les grandes batailles navales racontent les affrontements vécus de l’intérieur. En suivant les acteurs du drame, du matelot au commandant. Le lecteur est ainsi plus à même de ressentir l’angoisse, le choc et l’horreur des combats.
Solide défi que celui d’orchestrer le récit de ces batailles qui ont modifié l’Histoire. Certaines sont restées en mémoire, comme Trafalgar, Midway ou Lépante. D’autres sont moins connues du grand public et bien présentes dans la saga proposée par Glénat.
À l’instar de la bataille de Jutland, livrée par les marines de Guillaume II et de George V. Petit rappel des faits avec cet album d'excellente facture.

JutlandPrintemps 1916. La flotte de haute mer allemande a préparé un plan qui semble imparable, du moins sur papier : surprendre la flotte britannique dans ses ports et pousser les navires attaqués à prendre la mer où ils seront coulés par les sous-marins. Mais le projet est éventé grâce aux services de renseignement. Les Britanniques ont quitté les ports et s’avancent pour surprendre l’escadre allemande. Le choc a lieu au large des côtes danoises du Jutland. Dans les chiffres, la flotte britannique est deux fois plus importante que celle de l’ennemi allemand. Mais ce dernier réussit pourtant à secouer son adversaire et à prendre un solide tribut en navires. De grosses unités britanniques sont envoyées par le fond. En cause, des cales chargées de cordite, un puissant explosif, mais aussi un commandement douteux, et des navires au blindage allégé.
Cette bataille prendra part sur un court laps de temps, de l’après-midi du 31 mai à l’aube du 1er juin, mais elle se révélera dantesque. Elle sera également la dernière bataille navale classique, celle où seront utilisés massivement des cuirassés. Pour une dernière fois, car se profile déjà l’ombre du futur roi des mers : le porte-avions. Quelques décennies plus tard, c’est lui qui dictera sa loi sur toutes les mers du monde.
Étrange paradoxe, la flotte allemande qui s’était retirée dans ses ports pour éviter de fortes pertes, sera obligée de se saborder à la fin du conflit. Quant au bilan, il reflète l’intensité de cette bataille : « sur les 249 navires de combat engagés, 25 ont été coulés. Plus de 8647 marins sur les 90.000 embarqués ont perdu la vie. Plus de 20.000 coups de canon ont été tirés, soit l’équivalent de 6 millions de kilos d’acier et d’explosif. »

Jutland, un album qui porte la marque de Jean-Yves Delitte. Nul besoin de le signer d’ailleurs, ses fans reconnaîtraient son dessin sans coup férir. Presque les yeux fermés. Ses planches nocturnes imprimées sur papier noir, ses personnages aux traits identiques que l'on retrouve de série en série, et cette façon particulière de dessiner les yeux. Autant de caractéristiques liées à son œuvre.  Comme pour tous les albums de l'artiste, le lecteur a droit à un trait précis, chirurgical si l’on osait un lieu commun. Il faut savourer ses planches avec des navires fidèlement reproduits. De même que cette façon de les replacer en situation, avec un cadrage cinématographique. On ne lit pas la bataille, on la vit. 
Si Jean-Yves Delitte réalisera tous les scénarios et les couvertures de la collection, il fera appel à de fidèles lieutenants pour se charger du dessin de certains albums. On retrouvera notamment Federico Nardo, Philippe Adamov, Roger Seiter, Christian Gine ou Denis Béchu (pour le tome dédié à Trafalgar, déjà sorti).
Précisons enfin que chaque tome est accompagné d’un bonus documentaire, qui replace la bataille dans son contexte historique, détaille les forces en présence et les navires engagés.

Trois premiers volumes de la collection sont déjà disponibles, Chesapeake, Trafalgar et Jutland. En octobre, deux autres titres rejoindront l’escadre, avant d'autres renforts déjà prévus pour 2018.

Jutland. Dessin et scénario de Jean-Yves Delitte. Collection Les batailles navales. Éditions Glénat, 56 pages, 14,95 euros
Couverture : éditions Glénat

Réactions