Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 12 juillet 2017 par Philippe Degouy

Wunderwaffen 11, mystère au cœur de WeWelsburg

Onzième tome déjà pour la série Wunderwaffen (éd. Soleil), série uchronique sur laquelle plane un climat fantastique qui a désormais pris l’ascendant sur le volet historique. Précisons d’emblée que si vous débutez la série par ce tome 11, mieux vaut stopper la lecture de cette chronique. Vous ne pourrez pas saisir tout le déroulé de cette saga dont l’intrigue ne cesse de s’épaissir d’épisode en épisode. La lecture des albums précédents s'avère indispensable.

Installé au QG de la SS au château de WeWelsburg, le Visiteur accepte d'aider l’Allemagne à remporter la victoire dans cette guerre qui n’en finit pas. Dans l’attente de son arme secrète, baptisée par les Allemands Thor, l’étranger venu de l’espace offre à Hitler la guérison de son visage défiguré par un lointain attentat. Mais que compte-t-il réclamer en échange? Les nazis l'ignorent encore. De leur côté, les Alliés commencent à développer, eux aussi, une arme miracle. Le Starjet, un avion capable d’affronter les appareils allemands. Grâce aux renseignements fournis par la Résistance française, ils récoltent quelques pièces du puzzle qui entoure le Visiteur. Wunderwaffen11Un raid aérien visant WeWelsburg et son hôte échoue. Rien ne semble pouvoir stopper le Visiteur aux pouvoirs extraordinaires. Rien? Mais pourquoi Hitler devient-il soudain transparent? Nous n'en dirons pas plus.

Un onzième tome, dont l'atmosphère générale rappelle le jeu vidéo Wolfenstein, qui s’achève sur un rebondissement. Richard D. Nolane au scénario, en artiste confirmé, sait jouer avec les nerfs de ses lecteurs. Il va leur falloir attendre pour découvrir une suite que l’on devine prometteuse. Quant à la fin, est-elle déjà programmée? Attention à l’album de trop diront certains. D’autres séries, c'est vrai, sont parties en vrille pour cette raison. Wait and see, comme on dit chez nos amis britanniques.
Après quelques épisodes plus faibles, L’ombre de Wewelsburg reprend de l’altitude. À ce stade de la publication, il est bien difficile de deviner l’épilogue prévu par les auteurs. Quel lien semble lier Murnau et le Visiteur? Une question qui va prendre de l'importance très prochainement, à n'en pas douter. Dans l’attente de l'explication, les lecteurs peuvent apprécier quelques belles scènes aériennes dessinées par Maza. Coup de projecteur également pour la couverture articulée autour du visage du Visiteur, qui ne respire pas la joie de vivre, lui non plus.

Philippe Degouy

Wunderwaffen tome 11. L’ombre de WeWelsburg. Scénario de Richard D. Nolane, dessin de Maza. Éditions Soleil. 48 pages, 14,50 euros
Couverture : éditions Soleil

Réactions