Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 28 août 2017 par Philippe Degouy

Cauchemars d’outre-tombe

Riche héritière, Eva Rossbach vit avec un terrible secret de famille qui la ronge. Fragile, seule dans une grande maison, elle vit un cauchemar devenu récurrent nuit après nuit. Suffocante, elle se réveille en sursaut dans un cercueil capitonné. Au moment de pousser son dernier soupir, elle se retrouve dans son lit. Bien vivante. Mais avec les doigts en sang. Comme si elle avait gratté une surface dure avec l’énergie du désespoir. Un cauchemar qui s’avère en fait très réel. Mais comment la jeune femme se retrouve-t-elle dans un cercueil puis dans son lit au petit matin.? Aucune trace d’effraction n’a été constatée dans la maison. Un mystère complet. Au même moment, la demi-sœur d’Eva, Inge, est découverte morte dans une caisse en bois enterrée dans une forêt. La malheureuse a été enterrée vivante. Pour l’inspecteur Menkhoff, de la brigade criminelle de Cologne, le cauchemar d’Eva est intimement lié à la mort d’Inge.
«Menkhoff tenta d’imaginer ce que cette femme avait ressenti en entendant les pelletées de terre s’amasser sur la caisse dont elle était prisonnière
Qui est le cerveau malade à l’origine de cette machination?
Inutile d’en dire plus sur l’intrigue, de peur de mettre à terre un scénario particulièrement inventif.

Publié en allemand sous le titre Der Sarg (Le Cercueil), Enterrées vivantes (éd. de L'Archipel) permet de faire connaissance avec le thriller à l’allemande. L'auteur, Arno Strobel, est devenu une véritable star dans son pays avec plus 700 000 exemplaires vendus. Une belle découverte pour celui qui aura la curiosité d’explorer d’autres chemins dans ce genre littéraire largement dominé par les auteurs américains. Arno Strobel préfère jouer sur la psychologie plutôt que sur l’action pure, les échanges de coups de feu. Il fait fi de tout le decorum habituel. Menkhoff est un policier tourmenté par son divorce, colérique, peu charismatique. Mais un enquêteur efficace. Un bon flic. Son cerveau est sa meilleure arme.
EnterréesvivantesDans Enterrées vivantes, tout repose sur la psychologie. L'auteur s’amuse à nous effrayer avec un cauchemar auquel beaucoup d’entre nous pensons avec effroi : celui de se retrouver six pieds sous terre, bien vivant dans un cercueil. Les scènes du livre relatives à cette expérience vécue par Eva sont d’un tel réalisme que le lecteur ne peut s’empêcher de suffoquer avec la victime. En quelques lignes, l’auteur rend son lecteur claustrophobe, avec le besoin, impérieux, de sortir, de respirer à pleins poumons. «Lorsque Eva ouvrit les yeux, il ne lui fallut que quelques secondes pour comprendre où elle se trouvait. Un cercueil. Elle était allongée dans un cercueil. Le long cri qu’elle poussa lui glaça le sang. Elle leva les mains et appuya contre le couvercle capitonné. Quant à ses pieds, ils ne pouvaient bouger que de quelques centimètres avant de rencontrer un obstacle

Enterré vivant. Nul ne vous entendra crier.

Philippe Degouy

Enterrées vivantes. Thriller d’Arno Strobel. Éditions de l’Archipel, 300 pages, 21 euros environ
Couverture : éditions de l’Archipel

Réactions