Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 18 août 2017 par Philippe Degouy

Ku Klux Klan, l’empire de la haine

Au vu des récents événements aux Etats-Unis, il n'est sans doute pas inutile de relire cet ouvrage paru l'an passé. De quoi apporter un éclairage intéressant sur le renouveau d'idées issues d'un passé lointain, que chacun voudrait oublier.
Docteur en histoire et spécialiste des Etats-Unis, Farid Ameur dresse un portrait complet de l’un des acteurs de ce drame : le sinistre KKK, le Ku Klux Klan. Son ouvrage, publié chez Fayard, retrace l’histoire de ce mouvement né des cendres de la guerre civile américaine. 
Si, au départ, le KKK n’était qu’ un stupide «divertissement» destiné à resserrer les liens de camaraderie entre vétérans sudistes et impressionner les Noirs de la petite ville de Pulaski, Tennessee, il a rapidement échappé à ses fondateurs pour être repris par des individus bien plus violents.
Comme Nathan Bedford Forrest, un officier sudiste au lourd passé criminel. Sous son influence, le KKK est passé à la violence pure et dure à l’égard de la communauté noire. Le Ku Klux Klan est alors devenu un mouvement revanchard destiné à garantir le maintien de la suprématie de la race blanche. Comme le souligne l’auteur, «si les Noirs étaient la cible principale des Klansmen, le KKK s’est occupé aussi de protéger les bonnes mœurs en chassant les putes, les homos, les marginaux. Soit tout ce qui pouvait perturber l’ordre et l’Amérique puritaine

KKKLynchages, fusillades, croix brûlées lors de cérémonies, tabassages... nombreux seront les actes de violence perpétrés par cette société secrète. Au fil des pages se dévoilent également les rites d’initiation, la gestuelle et le vocabulaire employés par les membres du Klan. À titre d’exemple, si quelqu’un vous demande si vous connaissez un certain monsieur Ayak, la question en cache une autre, dont la réponse est connue des seuls initiés : «êtes-vous un membre du Klan ? (Are You A Klansman ?)» Une preuve du cloisonnement de ce mouvement raciste qui porte bien son surnom d’«Empire invisible». Tant le gouvernement fédéral que le mouvement Anonymous n’ont jamais réussi à le percer.
Aujourd’hui, le KKK existe toujours , mais sous perfusion. Les nombreux méfaits commis ont durablement marqué la société américaine. Dans l’imaginaire collectif , le KKK reste présent à jamais avec cette image, terrible, de cavaliers vêtus de blanc qui chevauchent au milieu de la nuit à la recherche de victimes à lyncher.

Philippe Degouy

«Le Ku Klux Klan», par Farid Ameur. Ed. Fayard, 224 pages
Couverture : éditions Fayard

Réactions