Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 17 novembre 2016 par Nicolas Keszei

L'aller retour des militaires vers la station polaire

Un petit tour et puis s'en vont. Un long vol vers le Cap, en Afrique du Sud,et  puis reviennent. Ce pourrait être une petite comptine d'enfant pas marrante, mais c'est la triste histoire de la bataille des glaces qui se joue actuellement en Antarctique. Donc, pour ceux qui n'auraient pas suivi, les militaires (une bonne bande de seize tout de même) envoyés par la secrétaire d'Etat Elke Sleurs vers la station polaire sont revenus en Belgique.

Au-delà du gâchis financier que cette opération représente (c'est qu'il faut dire qu'une bonne bande de 16 soldats, ça mange et ça boit comme quatre, ce qui mutiplié par seize, donne l'équivalent de 64 bouches à nourrir), ce retour en terre connue constitue une bonne nouvelle. En effet, en ces temps un peu compliqués, on ne manque pas de travail pour les militaires. 

Bref. Du pur gâchis. Après une âpre bataille judiciaire (on a sérieusement renoncé à compter les procédures engagées par la Fondation polaire internationale contre l'Etat et inversément), chaque équipe a décidé d'enfiler ses crampons et de prendre l'avion pour Le Cap, ultime destination avant la station Princesse Elisabeth (le Palais doit commencer à être gêné d'avoir sponsorisé cette aventure). 

Station polaire

Au fil des procédures, la Justice a toujours reconnu la Fondation polaire comme partenaire privilégié de l'Etat. Bref, l'explorateur Alain Hubert, sûr de son bon droit, est parti avec une équipe réduite de huit personnes, direction Le Cap. De son côté, sûre de son bon droit, Elke Sleurs a décidé d'envoyer des soldats au front (c'est un peu leur boulot) afin de reprendre la station en mains. Direction, Le Cap.

Rendu en extrême urgence, un arrêt du Conseil d'Etat a ordonné aux militaires de ne pas quitter Le Cap. De son côté, Alain Hubert a dû patienter le temps de saisir une fenêtre météo favorable avant de s'envoler vers la station. Ce qui fut finalement fait. Et les militaires, bloqués, ont dû profiter de quelques belles journées sud-africaines avant que la mère Sleurs ne les rappelle à son bon souvenir. 

On l'a dit plus haut, mais ce commando des glaces a dû coûter quelques bras. Un proche du dossier nous a détaillé une partie du budget (tablons sur 15 personnes pour faciliter le calcul): 1.000 euros le billet aller-retour vers l'Afrique du Sud (15.000 euros), un budget de 200 euros par jour par personne sur place, sachant qu'ils sont restés environ 15 jours (45.000 euros). Cela sans compter les salaires des militaires et les potentielles primes d'éloignement. Un aller-retour inutile un peu cher, tout de même. 

C'est une  histoire belge, une fois, qui serait risible si elle ne nous faisait passer pour des pauvres Gaulois tombés dans la marmite de bière fermentée, celle qui rend fou! Une fois... 

@NicolasKeszei

 

 

Réactions