Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 22 novembre 2016 par Nicolas Keszei

Salik, le kid pas si cool

L'homme d'affaires Pierre Salik, 86 ans, n'aime ni la publicité ni la lumière. L'inculpation dont il vient de faire l'objet pour corruption active d'agents publics étrangers ne va pas lui plaire. Mais au fond, qui est Pierre Salik? Si ce nom ne dira rien aux moins de vingt ans, Pierre Salik a fait la pluie et le beau temps dans les années septante et quatre-vingt avant de connaître quelques déboires judiciaires des années plus tard.

Pierre Salik est un enfant de Charleroi. Né en 1930, il avait 34 ans lorsque sa soeur et lui ont repris la société créée par son père Jacob. Les deux connaissent le succès dans les années 70, la société prospère et l'homme d'affaires fait fortune. Il est devenu un acteur incontournable de l'industrie du textile. Rien ni personne ne lui résiste. Il en profite alors, entre autres,  pour amasser une incroyable collection d’œuvres d'art revendue aux enchères l'année dernière. 

Salik 2

Kid pas si cool

C'est à la fin des années nonante que le nom de Pierre Salik a refait surface dans le cadre de la faillite retentissante de la marque de vêtements pour jeunes Kid Cool. Cette marque, créée par Patrick Abraham en 1983, a connu un succès fulgurant avant de décliner, victime probable d'une montée en puissance trop rapide. La faillite de Kid Cool est prononcée par le tribunal de commerce de Bruxelles en 1999. Quatre jours après la faillite, Pierre Salik rachète la marque et y investit jusqu'à 400 millions de francs belges. Une convention signée avec Patrick Abraham devait alors permettre à ce dernier de racheter la société.

Les deux hommes se disputeront autour de cette convention, au point de devenir les deux meilleurs ennemis du monde. L'affaire éclaboussera un juge délégué  du tribunal de commerce soupçonné d'avoir bénéficié de largesses et d'avoir pris fait et cause pour Pierre Salik. En 2002, cette affaire vaudra une inculpation à Pierre Salik pour faux, usage de faux et corruption. Cinq ans plus tard, en 2007, tout ce petit monde a été renvoyé en correctionnelle avant que la chambre du conseil ne rende une ordonnance de non-lieu en 2010. Une décision confirmée trois ans plus tard par la chambre des mises en accusation.  Les faits de corruption étaient prescrits et rien ne prouvait le faux. 

Pierre Salik a également été condamné pour fraude fiscale en 1987, avant de bénéficier cinq ans plus tard d'un arrêt de la cour d'appel lui accordant la réhabilitation. L'affaire, depuis, ne peut plus être évoquée. 

Cette dernière inculpation intervenue pour corruption active d'agents publics étrangers sonne donc comme une nouvelle tuile pour Pierre Salik. Son avocat, Jean-Philippe Mayence, a fait savoir que son client contestait avec la plus grande vigueur les motifs de son inculpation. Affaire à suivre. 

@NicolasKeszei

 

Réactions