Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 21 novembre 2014 par Frédéric Rohart

Plan Juncker VS Lux Leaks

À ma gauche, Jean-Claude Juncker, qui s'apprête à présenter son plan de 300 milliards d'euros pour relancer la machine européenne. À ma droite, Marine Le Pen et Nigel Farage, qui veulent se servir du scandale "Lux Leaks" pour faire tomber le Luxembourgeois et son collège de commissaires. Le ring, c'est le Parlement européen et le match est programmé pour la semaine prochaine. 

MotionDepuis quelques jours, la rumeur voulait que le plan Juncker soit présenté lundi 24. Il semble que les eurosceptiques aient bouleversé l'agenda. Le Berlaymont avait prévu de tenir deux sessions du Collège des commissaires: une lundi à Bruxelles - qui aurait pu déboucher sur l'annonce du plan Juncker ; l'autre mardi à Strasbourg - qui aurait pu déboucher mercredi sur les recommandations de la Commission aux budgets pour nationaux 2015.

Mais M. Juncker vient de fusionner ces deux sessions du Collège en une seule mardi après-midi - "c'est du au fait que le College a le plus grand respect pour les prérogatives institutionnelles du Parlement", a indiqué le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas.

Le Parlement a utilisé sa "prérogative" de mettre à l'agenda de sa prochaine session une motion de censure contre la Commission. Les europhobes Nigel Farage (EFDD) et Marine Le Pen sont en effet parvenus à réunir les 76 signatures (sur 751 députés) nécessaires à la mise de leur texte à l'agenda. La motion s'appuie sur le scandale "Lux Leaks" pour justifier le déboulonnage de la Commission : la publication dans une quarantaine de médias internationaux, dont le Tijd et L'Echo, d'une enquête révélant les détails du système de ruling fiscal au Luxembourg (dont Jean-Claude Juncker a été Premier ministre pendant dix-sept ans). Selon la motion des députés europhobes :

"Une personne qui est responsable pour la création, la mise en oeuvre, la gouvernance et le contrôle de ces politiques agressives d'évasion fiscale n'a pas la crédibilité de servir les citoyens européens comme président de la Commission."

Si elle était adoptée par les deux-tiers des députés, l'équipe Juncker tomberait. C'est inconcevable vu le rapport de forces, mais la Commission a décidé de jouer le jeu à fond : "Le président et tous les membres du collège des commissaires seront présents et vont participer à ce débat lundi après-midi", a assuré M. Schinas. Ce qui reporte de facto la présentation des mesures d'activation économique promises par Juncker. Le plan Juncker devrait être adopté mardi, jour de la visite papale à Strasbourg, ce qui permettrait de le présenter mercredi. Le vote sur la motion de censure, lui, aura lieu jeudi, alors que les avis détaillés sur les budgets nationaux 2015. Semaine chargée en vue.

@F_Rohart

Réactions

Suivez Frédéric Rohart sur Twitter

Abonnez-vous gratuitement à la liste Twitter "L'Europe en direct" en cliquant ici.


Dernières réactions sur nos blogs