Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 25 novembre 2014 par Frédéric Rohart

"Je vous exhorte à tout faire pour que l'Europe redécouvre sa bonne âme"

Un quart de siècle après la visite de Jean-Paul II, le Pape François a prononcé ce mardi un discours historique devant le Parlement européen [vidéo]. Morceaux choisis.

Raphael IILe pape a prononcé un discours grave et très politique dans lequel il pose l'église catholique en boussole alors que "d'un peu partout on a une impression générale d'une Europe grand-mère et non plus féconde et vivante"

Le souverain pontife s'inquiète notamment de la survie des régimes démocratiques :

"Maintenir vivante la réalité des démocraties est un défi en ce moment historique. Il s'agit d'éviter que leur force réelle force politique qui est l'expression des peuples soit écartée face à la pression d'intérêts multinationaux non universels qui les fragilisent."

En faisant référence au tableau "l'École d'Athènes" de Raphaël, il a puisé dans les racines grecques de la civilisation européenne en même temps que dans le souffle de la Renaissance pour signifier le cœur de son message. Le tableau représente Platon et Aristote, l'un désignant du doigt le monde des idées ("le Ciel"), l'autre tendant la main en avant, "vers la réalité concrète". L'image résume aux yeux du Pape le défi européen: 

"L'avenir de l'Europe dépend de la redécouverte du lien vital entre ces deux éléments", a-t-il proféré, ajoutant que "une Europe qui n'aurait plus la capacité à s'ouvrir à la dimention transcendante de la vie serait une Europe qui peu à peu risque de perdre son âme ainsi que cet esprit humaniste qu'elle aime et qu'elle défend."

Il s'attaque même directement à un monde utilitariste dirigé par les puissances de l'argent :

"Chers Eurodéputés, l'heure est venue de construire ensemble l'Europe qui tourne, non pas autour de l'économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables [...]. Le moment est venu d'abandonner l'idée d'une Europe effrayée et repliée sur elle-même, pour susciter et promouvoir l'Europe protagoniste, porteuse de science, d'art, de musique, de valeurs humaines et aussi de foi."

"Dans votre vocation de parlemantaires, vous êtes appelés à réaliser une grande mission [:] lutter et agir de manière féconde au milieu d'un modèle fonctionnaliste et privatisé qui conduit inexorablement à la culture du déchet."

Il associe cette "culture du déchet" et la "mentalité de consommation exagérée" aux styles de vie "un peu égoïstes, caractérisés par une opulence désormais insoutenable et souvent indifférente au monde environnant". Il s'attaque dans la même phrase à l'élimination de la vie "dans le cas des malades en phase terminale" ou "des enfants tués avant de naître".

Dans son discours, le Pape insiste sur le développement de l'éducation au travers de la cellule familiale et sur le développement d'un monde du travail qui ne serve pas à l'exploitation des personnes "mais au contraire [à] garantir la possiblité de fonder une famille, élever des enfants".

Le Pape a également livré un plaidoyer en faveur de l'écologie, estimant que "nous ne sommes pas propriétaires de cette terre". "Respecter l'environnement signifie d'éviter de défigurer la terre et de l'utiliser pour le bien commun", a-t-il dit, soulignant qu'à côté d'une "écologie environnementale", il fallait développer une "écologie humaine" fondée sur le respect de la personne.

@F_Rohart

Image: L'école d'Athènes par Raphaël (1510, détail).

Voir ou revoir le discours du pape devant le Parlement européen dans son intégralité (à partir de 15'40''): 

 

Réactions

Suivez Frédéric Rohart sur Twitter

Abonnez-vous gratuitement à la liste Twitter "L'Europe en direct" en cliquant ici.


Dernières réactions sur nos blogs