Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 10 mars 2015 par Frédéric Rohart

Aides à géométrie variable pour les naufragés de la mondialisation

Le Fonds européen d’adaptation à la mondialisation aidera les travailleurs licenciés de quatre entreprises basées en Wallonie. Mais les travailleurs ne sont pas tous logés à la même enseigne. 

Saint gobainLe Parlement européen a donné son feu vert à une aide de près de 5,2 millions d’euros destinée à plus de 2.500 travailleurs licenciés de Caterpillar, ArcelorMittal, Duferco et Saint Gobain. Ce montant, adopté à une large majorité, est alloué par le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM).

La crise du secteur sidérurgique a contraint Duferco à fermer et NLKM à réduire l'ampleur de ses activités. Pas moins de 708 personnes ont perdu leur emploi. L'aide du FEM, s’élève à plus de 980 mille euros. La Belgique a fait appel à une intervention de près de 1,6 million d’euros pour ArcelorMittal Liège, où 910 personnes ont été licenciées. Une chute de la demande a contraint Saint-Gobain Sekurit à fermer son site d’Auvelais, où il produisait du verre de sécurité pour l'industrie automobile. Le FEM allouera une aide de 1,4 million d’euros pour 257 personnes. Caterpillar a réduit son site de Gosselies et licendié 630 travailleurs. Ils bénéficieront d’une aide de plus d’1,2 million.

Inégalité des aides

Mais on le voit, les travailleurs licenciés de Saint-Gobain, Duferco, ArcelorMittal et Caterpillar ne sont pas logés à la même enseigne: les montants d’aide varient considérablement. Un travailleur de Duferco se voit par exemple consacrer 1.400 euros par l’Union européenne alors que celui de Saint-Gobain peut compter sur 5.200 euros. Cela tient au rôle que joue l'entreprise dans «l’adaptation» de ses employés, au profil des travailleurs licenciés ou encore de la date de dépôt du dossier (le taux d’intervention de l’UE a changé en 2014).

Les montants validés par le Parlement européen ne seront pas forcément versés dans leur intégralité aux Wallons. «Ce sont des chiffres théoriques. Ils représentent un maximum de ce que l’on peut aller chercher», poursuit Michel Martin. Ainsi, le premier déblocage du FEM pour des Wallons a été validé à l’automne dernier pour Carsid, alors que les travailleurs licenciés de cette entreprise bénéficiaient déjà des aides du Forem depuis deux ans. Le Forem rassemble ses factures et s’attend à pouvoir récupérer d’ici l’automne environ 2/3 des 911.934 euros débloqués par l’UE.

@VincentGeoris et @F_Rohart

N.B. Version courte de l'article publié dans L'Echo du 11 mars 2015

Photo: des travailleurs de Sekurit Saint-Gobain Auvelais en mai 2013 (Belga).

Réactions

Suivez Frédéric Rohart sur Twitter

Abonnez-vous gratuitement à la liste Twitter "L'Europe en direct" en cliquant ici.


Dernières réactions sur nos blogs