Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 29 octobre 2016 par L'Echo

Au banc d’essai: le Sleep Dot améliore-t-il vraiment votre sommeil?

Sleepdot1

Sortir du lit le matin s’apparente pour vous à un supplice ? Sans doute est-ce le signe que votre sommeil n’est pas des plus réparateurs. Le Sleep Dot, un minuscule capteur à placer sur votre oreiller, vous permet via une app d’en savoir plus sur votre façon de dormir, et vous dispense même quelques conseils personnels pour un repos nocturne de meilleure qualité. Du moins le promet-il. Nous nous sommes glissés sous la couette pour en avoir le cœur net.

Nous avons découvert le Sleep Dot lors du dernier salon de l’électronique IFA à Berlin, lors duquel le fabricant chinois Sleepace nous a remis un exemplaire de test. Le gadget ressemble à un petit macaron blanc de la largeur d’une pièce de deux euros. Avant de commencer, vous devez ouvrir le Sleep Dot à l’aide du plectre de guitare (oui, vous avez bien lu) fourni, afin de pouvoir y insérer la pile bouton. Bien que l’appareil soit en permanence allumé, l’autonomie annoncée de la batterie est d’environ trois mois. L’idéal est de fixer le Sleep Dot sur l’un des coins supérieurs de votre taie d’oreiller, avec le petit support magnétique à l’intérieur et le capteur à l’extérieur.

Dormir sans entraves

Sleepdot3

Il existe naturellement déjà d’innombrables petits appareils qui analysent votre sommeil, le plus souvent sous la forme de traqueurs d’activité ou de smartwatchs. Mais le grand avantage de Sleep Dot est que vous ne devez pas porter de bracelet pendant la nuit – accessoire qui a plutôt tendance à perturber notre sommeil. Son prix de 49,95 € est quant à lui très acceptable, surtout comparé à des bracelets tels que les FitBit, Polar et Garmin. L’app Sleepace, disponible pour iOS et Android, est naturellement gratuite.

Une fois le Sleep Dot connecté à votre smartphone par Bluetooth, vous pouvez presque l’oublier. Tout ce qu’il vous reste à faire, c’est vous endormir le soir et vous réveiller le matin : l’app s’occupe du reste. Pour commencer, l’application vous présente la nuit passée sous forme de deux graphiques détaillés. Le premier vous indique à quels moments vous avez dormi d’un sommeil profond, léger ou paradoxal, et quand vous étiez réveillé (le tout accompagné de pourcentages). Le second vous montre dans quelle mesure vous vous êtes retourné dans votre lit, et y joint un commentaire (normal ou anormal). À cela s’ajoute enfin un score de sommeil tenant compte de différents facteurs. Des points sont ainsi déduits si vous dormez trop longtemps, êtes trop souvent réveillé ou agité et en cas de pourcentage trop faible de sommeil réparateur (plus le sommeil est profond, plus il est bénéfique).

Endormissement difficile

Sleepdot2

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les données sont complètes. Mais sont-elles également précises ? Pour la plupart heureusement, oui, comme nous avons pu le constater après plusieurs nuits. Dans notre cas, le Sleep Dot a enregistré très peu de moments de sommeil profond, et les endormissements difficiles (après environ une heure) étaient régulièrement considérés comme du sommeil – surtout si vous restez totalement immobile dans votre lit en attendant de vous endormir. Notre expérience nous a toutefois démontré qu’il arrivait aussi à d’autres traqueurs, bien plus chers, de se tromper. On ne peut donc légitimement pas exiger de ce gadget qu’il atteigne la perfection.

Ajoutons un élément non négligeable : si vous dormez à deux dans un seul lit, le Sleep Dot est tellement sensible qu’il enregistre aussi les mouvements de votre partenaire. Dans la pratique, ce n’est un problème que si il/elle va se coucher avant vous, car, le matin suivant, l’app vous présente alors une image faussée de « votre » nuit (plus longue que la réalité) et vos statistiques ne sont plus valables. Idem pour les petits enfants qui ont encore le droit de dormir dans le « grand lit » de leurs parents. Là aussi, l’analyse est complètement chamboulée. Autant de problèmes qu’un traqueur de sommeil au poignet ne connaît pas.

Puisque nous parlons des inconvénients, notons qu’à l’issue de la troisième nuit, le Sleep Dot s’était détaché du coussin – et ce malgré l’aimant plutôt puissant. À partir de ce moment-là, les données enregistrées ne sont naturellement plus fiables. En une semaine, ce n’est arrivé qu’une seule fois, mais ce ne sera sûrement pas la dernière.

Alarme intelligente

Sleepdot4

Comme évoqué plus haut, l’app Sleepace vous donne également des conseils pour améliorer votre sommeil. Ces conseils sont vraisemblablement associés à votre analyse personnelle, mais demeurent malheureusement assez vagues. L’app vous permet également de programmer un rappel pour vous aider – moyennant un peu de discipline – à aller vous coucher tous les soirs à la même heure, ou presque. Envie d’écouter quelques morceaux de musique avant de rejoindre Morphée ? Le lecteur de musique intégré joue vos titres préférés, jusqu’à ce que le capteur sente que vous dormiez. Vous pouvez aussi choisir une option plus zen : laissez-vous bercer par le son de l’océan, d’un feu de cheminée, des grillons, d’une averse ou de l’une des nombreuses autres pistes audio téléchargeables.

L’alarme intelligente n’a bien sûr pas été oubliée. À l’instar de la plupart des autres traqueurs de sommeil, le Sleep Dot peut vous réveiller le matin au meilleur moment de votre cycle du sommeil, avec une « plage de réveil » réglable : par exemple, au plus tard un quart d’heure avant ou après votre alarme habituelle. Pour pouvoir utiliser toutes ces fonctions, vous devez évidemment conserver votre smartphone allumé sur votre table de nuit (le Sleep Dot doit encore pouvoir communiquer avec lui). Désactivez toutefois le Wi-Fi et la 3G/4G pour éviter d’être dérangé par toutes sortes de notifications.

Points forts et points faibles

+ L’app instructive cartographie d’une manière claire et accessible la qualité de votre sommeil.

+ Les petits plus pratiques comme les sons relaxants pour se laisser bercer, et l’alarme intelligente.

+ La batterie présente une autonomie appréciable de trois mois.

+ Confort. Vous ne devez pas porter de bracelet en dormant.

- Pas toujours précis. Les informations enregistrées ne coïncident pas toujours avec la réalité ; les mouvements de votre partenaire perturbent les données.

- L’aimant n’a pas tenu lors d’une nuit. Et, si ça se produit, faites attention avant de laver la taie d’oreiller...

Michel van der Ven