Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

novembre 2016

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L’agenda collaboratif

SunsamaUne vraie équipe ne peut exister que si elle possède un agenda commun, le problème étant de trouver un agenda idéal, qui donne une vision d’ensemble des disponibilités ou du travail à réaliser comme tente de le faire Sunsama.

L’outil se veut en premier lieu un agenda. Néanmoins, il ne se borne pas à des entrées dans un simple tableau, Sunsama va beaucoup plus loin dans l’organisation même du travail. L’outil va par exemple directement vous proposer un créneau libre pour organiser votre réunion. Une fois la réunion planifiée, vous pourrez la préparer un peu plus en fournissant non seulement l’ordre du jour mais également les points que veulent aborder chacun des participants ainsi que le temps imparti pour ces discussions. La réunion une fois terminée, Sunsama peut accueillir son procès-verbal et les différentes tâches attribuées aux participants. Sunsama garde donc en mémoire non seulement les dates de réunion, mais également leurs contenus, les tâches réalisée ou à réaliser, etc… Le tout peut même être classé par dossier.

L’outil, simple d’utilisation, semble parfait pour organiser vos réunions, mais surtout pour les rendre plus productive et centraliser les informations qui en ressortent. Le tout est proposé gratuitement avec des fonctionnalités limitées. Ces limitations disparaissent si vous mettez la main à la poche : 5€ par mois et par collaborateur. Le prix d’une bonne planification et organisation ?

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Un mur pour réfléchir ensemble

MuralL’outil collaboratif de la semaine est…roulement de tambour… Mural ! Un service développé plus particulièrement pour des séances de brainstorming avec des équipes distantes.

Mural porte bien son nom puisqu’il s’agit tout simplement d’un mur blanc partagé sur lequel les participants vont pouvoir « coller » de petites fiches et les organiser au fil de leurs idées. Chacune de ces fiches peut contenir tout autant u texte que de l’image, de la vidéo et des liens. Les objets multimédias peuvent être collectés directement sur les plateformes idoines comme Youtube, Vimeo, Google Drive ou encore Evernote pour ne citer qu’eux. Les fiches peuvent être déplacées, modifiées ou effacées au fur et à mesure que le concept général prend forme et ce, en temps réel. Si vous n’êtes pas connecté alors qu’un changement a été effectué par un collaborateur, vous en serez immédiatement notifié lorsque vous vous connectez à nouveau.

Le service est disponible gratuitement durant une période de 30 jours. S’il vous séduit, il vous faudra débourser une dizaine d’euros par mois et par collaborateur.

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Votre événement sur une ligne du temps

TlineIl est toujours bien utile de créer une ligne du temps pour illustrer l’un ou l’autre évènement, un voyage ou une histoire et les applications en ligne se bousculent sur le Net pour offrir ce service. Dans cette bagarre, un petit nouveau : Tline.

Toute la force du service réside dans sa simplicité d’utilisation puisque vous pourrez créer votre première ligne du temps en quelques minutes à peine. Pour ce faire, vous devrez lui donner un nom et une image afin de l’illustrer. Ensuite, vous devrez simplement ajouter les points correspondants à vos évènements à une date et à une heure bien précise. Chacun de ces points accueillera soit une image, soit un article sur l’un ou l’autre site, soit une vidéo ou du son péché directement sur Dailymotion ou YouTube. Les points peuvent bien entendu avoir leur propre titre.

Une fois votre ligne du temps terminée, il ne vous restera plus qu’à la partager par email, sur les réseaux sociaux ou l’insérer dans votre blog grâce au code fourni. Tline est proposé gratuitement ! Tout du moins…pour l’instant !

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Le Google Maps simplifié

MapbuildrSi vous êtes le gestionnaire d’un site web ou d’un blog, il vous est peut-être déjà venu à l’esprit d’y ajouter une carte pour situer votre commerce, indiquer comment s’y rendre ou fournir d’autres informations tout aussi concrètes. Si vous n’avez pas trouvé l’outil idéal pour réaliser ce type d’action, direction MapBuildr !

La plateforme en ligne ne demande aucune inscription, vous pourrez l’utiliser telle quelle. Par contre, une inscription en bonne et due forme vous donnera accès à une bibliothèque contenant toutes les cartes que vous créerez au fil du temps, à vous de voir. L’outil est assez simple et se repose complètement sur les cartes de Google Maps pour offrir ses services. Les fonctionnalités restent donc les mêmes pour situer un point sur une carte, zoomer sur un lieu et même utiliser Google Street View. À côté de ces fonctionnalités typiquement « googlelienne », vous trouverez d’autres outils de personnalisation pour insérer des points, donner une adresse de manière plus précise, afficher des coordonnées GPS, ajouter du texte , des liens et des images. Le tout sera affiché pour votre visiteur lorsqu’il cliquera sur l’un de ces points. Vous pourrez également utiliser MapBuildr pour indiquer un chemin en surbrillance en allant d’un endroit à un autre, ce qui est très pratique pour, par exemple, illustrer l’un de vos voyages ou montrer le chemin à suivre lors d’un événement.

Le site est simple d’utilisation, rapide, clair et totalement gratuit. Il vous fournira pour chaque carte un code à insérer pour votre site et une adresse URL unique si vous souhaitez simplement partager cette carte avec vos connaissances pour un événement ponctuel.

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L’île solaire

TauSi vous êtes féru d’actualités technologiques, vous n’êtes pas sans savoir que Tesla a fait très récemment l’acquisition de la société américaine de services énergétiques Solar City, une acquisition qui est à présent accompagnée d’un superbe projet digne de la société d’Elon Musk : alimenter une île entière uniquement par l’utilisation de panneaux solaires.

L’île de Ta’u qui reçoit ces panneaux solaires est située dans l’océan Pacifique, dans les Samoa américaines. Les 5328 panneaux solaires sont reliés à 60 Powerpacks Tesla qui se chargent de stocker l’énergie solaire. Ces super-batteries suffisent pour fournir l’île en électricité 600 personnes durant 3 jours sans soleil. Une fois complètement à plat, les batteries peuvent être rechargées en à peine 7 heures d’ensoleillement.

La solution installée sur une île des Samoa n’est pour l’instant pas rentable. Néanmoins, Tesla démontre par là que des solutions existent pour éviter l’utilisation d’énergies fossiles et polluantes. Dans le cas de Ta’u, ce n’est pas moins de 440 000 litres de diesel par an qui étaient utilisés auparavant par les habitants… C’est aussi simple que cela !

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Des batteries rechargées en quelques secondes

BatterieLa vitesse de chargement des batteries a fait des bonds prodigieux ces dernières années, pour ne pas dire ces derniers mois, avec des smartphones qui se rechargent à présent en moins de 2 heures. Néanmoins, les chercheurs veulent faire mieux et transformer ce délai de 2 heures en à peine quelques secondes pour une autonomie atteignant la semaine.…

Des chercheurs de l’Université de Floride planchent en ce moment sur des supercondensateurs afin d’atteindre des vitesses de charge et une autonomie dont on ne peut pour l’instant que rêver. En sus d’une charge ultra-rapide et une autonomie d’une semaine, ces supercondensateurs pourraient avoir une durée de vie de 30.000 cycles, ce qui rallongerait la durée de vie d’un smartphone de manière quasi exponentielle.

De telles batteries pourraient également trouver des applications dans le monde automobile avec la voiture électrique, c’est d’ailleurs l’un des souhaits des chercheurs. Alors, pour quand ces super-batteries ? Cela reste difficile à évaluer puisqu’il reste encore un nombre impressionnant de problèmes techniques liés aux matériaux utilisés.

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Près d’un smartphone sur deux n’est pas protégé

SmartphoneUne nouvelle étude menée par le Kaspersky Lab montre à quel point nos smartphones sont peu protégés : près d’1 mobile sur 2 n’est tout simplement pas protégé par un logiciel antivirus.

L’étude, menée dans le cadre du Mois européen de la cybersécurité d’Europol auprès de 12.000 personnes dans 21 pays, fournit un chiffre impressionnant : seulement 53% des smartphones sont équipés d’un logiciel antivirus. En ce qui concerne les tablettes, le chiffre est à peine plus haut : 57%. Un tel taux de mobiles non sécurisé fait logiquement les affaires des hackers de tous poils qui ne peuvent qu’être alléchés par des proies aussi faciles. Mais pourquoi donc les utilisateurs sont-ils aussi inconséquents ? Le rapport nous donne une piste pour en trouver la raison : 21% des mobinautes ne savent même pas qu’il existe des logiciels malveillants et, pire encore, 58% ne voient aucune utilité à protéger leurs smartphones.

Les mobinautes ne semblent donc pas au courant des risques encourus lorsqu’ils ne protègent pas leurs smartphones alors même que ce périphérique est à présent aussi si pas plus utilisé que les PC pour se connecter au net !

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Internet des Objets et bonnes pratiques

IotBien avant l’attaque DDoS d’une ampleur inégalée menée grâce à des webcam en septembre, le Broadband Internet Technical Advisory Group (BITAG) avait déjà averti du manque de sécurité flagrant des équipements IoT. Un nouveau rapport pointe du doigt ces vulnérabilités et propose pour chacune des solutions.

En premier lieu, le BITAG conseille de porter une plus grande attention aux méthodes d’identification qui se sont effectivement révélées bien faibles avec leurs mots de passe par défaut connus de tous. Le Broadband Internet Technical Advisory Group propose également aux éditeurs de logiciels et aux fabricants spécialisés dans l’Internet des Objets (IoT) d’oublier les mises à jour effectuées avec le consentement des utilisateurs. Les outils devraient lancer ces mises à jour sans attendre une quelconque approbation qui, il faut l’avouer, n’arrive parfois jamais. Dans le même esprit, le BITAG conseille de ne pas rendre les IoT accessibles par des connexions entrantes et d’utiliser le protocole réseau IPv6 plus sécuritaire que l’IPv4.

Pour rendre l’IoT vraiment sécurisé, de nouvelles bonnes pratiques doivent donc être mises en place et le plus tôt sera le mieux au vu de la multiplication exponentielle de l’IoT. Le BITAG propose même de créer un logo ou un label qui suivraient à la lettre ces bonnes pratiques. Il en va non seulement de la sécurité des utilisateurs, mais également de l’Internet dans sa totalité !

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Dessiner votre intérieur en 2D, obtenez-le en 3D !

HomebymeSi vous projetez de vous installer dans une nouvelle habitation ou de réagencer vos meubles dans votre maison, autant utiliser un service en ligne pour au moins avoir une idée du résultat avant de vous casser le dos en transportant le sofa. Oui mai, comment faire si vous n’êtes pas un pro du dessin en 3D ? En utilisant Homebyme pardi !

Le service, disponible en français, permet de dessiner simplement vos plans en 2D et de les visualiser ensuite en 3D. Tracez les contours de votre pièce, ajoutez les ouvertures et disposez vos meubles tout aussi facilement en allant les pêcher dans le catalogue. Si vous voulez modifier l’agencement du mobilier, un simple glisser-déposer suffira. Ensuite, un petit clic sur le bouton idoine et voilà comme par magie votre pièce qui s’affiche en 3D. Vous pouvez bien entendu vous y promener en changeant l’angle de vue avec les flèches de votre clavier ou du bout des doigts sur une tablette.

Homebyme possède une version pro payante pour ajouter des projets ou donner un rendu plus réaliste, mais la version gratuite et sans publicité est amplement suffisante pour une utilisation ponctuelle. Bon déménagement !

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Le service d’anonymisation

FacepixelizerVous aimeriez publier cette photo de votre voiture à vendre, mais sans pour autant que la plaque soit visible ? Ou encore poster sur Facebook cette autre image festive dont vous voulez flouter les visages pour éviter tout problème ? Une seule adresse : facepixelizer

Le service offert par cette plateforme est on ne peut plus simple : flouter n’importe quel élément sur une image ou une photo. Pour ce faire, il vous suffit de charger l’image à flouter sur le site par un simple glisser-déposer et de sélectionner la méthode de floutage. Vous pouvez lancer un floutage automatique qui se chargera de repérer le ou les visages et de les flouter. Vous pouvez également directement sélectionner la zone à masquer et le type de floutage.

Le service est entièrement gratuit et ne demande aucune inscription et ne contient qu’une ou deux publicités qui sont loin d’être envahissantes. Bref, un service très pratique d’anonymisation qui devrait trouver une belle place dans votre liste d’outils

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS