Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

janvier 2017

Posté le 31 janvier 2017 par L'Echo

Au banc d’essai: la caméra de surveillance Nest Cam Outdoor

Nestout1

Une caméra de surveillance intérieure ne vous avertit que lorsque les cambrioleurs sont déjà rentrés. Si vous préférez être prévenu un peu plus tôt d’une possible effraction, mieux vaut opter pour une caméra intelligente extérieure. Ces dernières semaines, nous avons permis à la nouvelle Cam Outdoor de Nest d’épier nos allées et venues.

Hormis son boîtier totalement différent, qui protège l’appareil contre les intempéries, la Cam Outdoor est en réalité identique à la Nest Cam d’intérieur. Ce nouveau modèle est à nouveau extrêmement bien construit, filme en qualité Full HD 1080p et dispose d’un objectif grand angle de 130° avec une excellente vision nocturne. Le système de notification fonctionne également de la même manière : dès que la Cam Outdoor détecte un mouvement, vous recevez une notification sur votre smartphone, votre Apple Watch ou par e-mail. Ce message contient également une photo de l’activité suspecte, mais celle-ci ne permet pas toujours d’en distinguer la cause. L’app Nest vous permet alors de voir en direct de tels moments, afin d’identifier de vos propres yeux la nature du problème. Si vous voulez également enregistrer une vidéo des activités (potentiellement suspectes) afin de pouvoir les revisionner ultérieurement, vous devrez souscrire un abonnement à Nest Aware. Nous reviendrons sur ce service cloud, qui se révèle d’ailleurs plus pertinent pour une caméra extérieure que pour une surveillance intérieure.

Nestout3

Nous avions déjà pu découvrir la fonction « Parler & écouter » sur la Nest Cam, mais elle s’avère ici encore plus utile. Votre smartphone vous permet ainsi d’interagir avec quiconque se présente à votre porte, même si vous n’êtes pas chez vous à ce moment-là. Vous pourrez ainsi effrayer des personnes douteuses (en faisant comme si vous étiez présent) ou indiquer à un livreur qu’il peut laisser le colis chez le voisin. Durant notre test de la Nest Cam, nous avions surtout utilisé cette fonction pour faire comprendre aux enfants qu’ils ne pouvaient pas sauter sur les fauteuils en cuir…

Wanted : prise de courant

L’installation logicielle de la Cam Outdoor est un jeu d’enfant : scannez le code QR avec votre smartphone, et la caméra est automatiquement ajoutée à votre compte Nest. L’installation physique, par contre, est une autre paire de manches, car, si la Nest Cam peut être simplement posée sur une table ou un meuble, la caméra extérieure ne vous dispensera pas de sortir votre foreuse et votre tournevis. Le défi consiste surtout à trouver un endroit adapté et à dissimuler proprement les 7,5 mètres (!) de câble qui pendent à l’appareil (3 mètres à la caméra et 4,5 mètres à l’adaptateur). La hauteur idéale pour la Cam Outdoor se situe à environ 3 mètres : la caméra peut ainsi couvrir votre allée ou votre jardin tout en restant hors de portée des petites mains… Quiconque essaiera de vous chiper la caméra sera de toute façon d’abord filmé, et l’appareil déclenchera encore une alerte. Les voleurs sont prévenus.

Nestout2

Pour l’alimentation électrique, Nest recommande une prise de courant extérieure, mais située à un endroit auquel les bandits ne peuvent pas accéder facilement, par exemple derrière un portail ou un abri. Si des brigands parviennent à débrancher la prise, ils auront en effet carte blanche. Vous recevez certes une notification « hors ligne » lorsque votre caméra n’est plus accessible, mais vous recevez exactement le même message en cas de panne de courant ou d’Internet. Vous ne savez donc jamais ce qui se passe dans un tel moment. Vous n’avez pas de prise de courant extérieure ? Faites-en installer une par un électricien ou tirez le câble « simplement » à l’intérieur, via un trou dans le mur (que vous devrez naturellement isoler).

Pour fixer le câble au mur, le fabricant fournit neuf serre-câbles et autant de chevilles et de vis. Dommage qu’il ne soit pas possible de raccourcir le câble de l’adaptateur : chez nous, les 4,5 mètres étaient beaucoup trop longs, nous obligeant à rester avec un horrible « rouleau ». Naturellement, il y aura sûrement des utilisateurs pour qui 4,5 m seront à peine suffisants ou même trop courts. Nous préférons néanmoins nettement la solution de la Netatmo Presence, une caméra de surveillance intelligente qui remplace votre lampe extérieure – sans câblage supplémentaire. Avec deux inconvénients toutefois : la Presence coûte cent euros de plus (299 € contre 199 €) et, sans une lampe extérieure existante, placée à un endroit qui se prête à une caméra, vous n’irez pas bien loin.

Aimant puissant

Saluons enfin la flexibilité de la Cam Outdoor. Un aimant extrêmement puissant logé dans le support vous permet d’orienter la caméra dans presque toutes les directions, sans que l’appareil ne se détache (elle pourrait aisément servir de perchoir à un aigle). L’autre côté du support, qui se fixe à la plaque murale, est lui aussi magnétique. Cela vous permet par exemple de « coller » la caméra sur une gouttière, si vous en avez la possibilité.

Nestout5

Une fois la Cam Outdoor suspendue, il n’y a plus grand-chose à dire. À l’instar de son homologue d’intérieur, l’appareil détecte réellement chaque mouvement. Précisément ce que l’on attend d’un tel gadget, mais à une différence près : il y a toujours quelque chose qui bouge sur votre allée ou dans votre jardin ! Tout d’abord des voitures, des cyclistes et des piétons qui passent, mais aussi des feuilles qui volent, vos poules dans le jardin, le chat des voisins, des arbres qui dansent dans le vent… Conséquence : vous recevez à tout bout de champ des notifications sur votre smartphone, dont 99 % de type « fausse alerte ».

La solution à ce problème s’appelle Nest Aware, le service cloud optionnel de Nest pour lequel il vous faudra débourser chaque année au moins 100 € (et 50 € par caméra supplémentaire). Nest Aware vous offre un historique détaillé de vos vidéos, qui vous permet de revisionner vos films. L’abonnement de base conserve vos vidéos pendant dix jours, la formule plus chère (300 € par an) pendant trente jours. De plus, Nest Aware vous permet de créer des « Activity Zones » : des zones de l’image que vous souhaitez surveiller plus particulièrement ou au contraire exclure, comme les activités innocentes de votre poulailler. Mais Nest Aware y ajoute encore une fonction supplémentaire, indispensable pour une caméra extérieure : « Advanced Alerts », un joli nom pour « précision ». En analysant les images, le service tient en effet compte de toute une série de facteurs supplémentaires, comme la distance jusqu’aux objets, les changements de couleurs ou de textures (comme un nuage qui passe devant le soleil), et même des sons subtils mais innocents, comme le coassement des grenouilles en arrière-plan. Depuis peu, Nest Aware distingue également les humains des animaux, ce qui vous permet de recevoir une notification (ou, le cas échéant : de n’être averti que) lorsqu’une personne entre dans le champ. Pour ce faire, Nest a recours au savoir-faire de Google, autre filiale de la maison mère Alphabet.

Nestout4

Résultat de tous ces algorithmes : la Cam Outdoor ne se trompe plus que rarement, voire jamais, et vous êtes ainsi nettement moins dérangé par de fausses alertes. Et si l’une ou l’autre devait lui échapper, vous pouvez la traiter dans la pratique avec la même nonchalance qu’une réaction Facebook : y jeter un œil, faire glisser, terminé. Votre première impression (légère préoccupation ou panique) disparaît donc aussitôt, et vous conservez votre tranquillité d’esprit.

Conclusion

La Cam Outdoor est sans nul doute aussi réussie que la Nest Cam. Utilisée seule, elle vous prévient avant qu’un cambrioleur ne s’introduise chez vous et, pour peu que vous l’associiez à une caméra intérieure, plus rien ne vous échappera. Et le service cloud payant Nest Aware ? À vrai dire, pour la Nest Cam, nous trouvons ce service – encore toujours – superflu. En effet, a priori, chaque mouvement dans votre maison est suspect si vous n’y êtes pas. Mais avec la Cam Outdoor, un tel abonnement est tout simplement essentiel. Vous ne serez ainsi pas dérangé à longueur de journée par des alarmes intempestives au moindre événement extérieur, mais uniquement lorsqu’il y aura vraiment un souci. Ce service est tout sauf bon marché, mais n’oubliez pas que vous ne payez que la moitié du prix pour chaque caméra supplémentaire.

Points forts et points faibles

+ Efficace. Rien ou presque n’échappe à l’attention de la Cam Outdoor, de jour comme de nuit.

+ Sérénité. Il vous arrivera certes de recevoir l’une ou l’autre fausse alerte, mais au moins aurez-vous la certitude que tout va bien chez vous. Sauf si quelque chose cloche réellement, bien sûr.

+ Parler & écouter. Fini les livreurs qui abandonnent négligemment vos colis devant chez vous. Ou effrayez de potentiels cambrioleurs en leur faisant croire que vous êtes à la maison.

- L’installation peut, dans certains cas, vous donner du fil à retordre. Optez de préférence pour une prise de courant extérieure dans un endroit inaccessible (aux voleurs).

- Abonnement payant. Nest Aware (àpd 10 € par mois) n’est pas obligatoire, mais nous le recommandons néanmoins pour une caméra extérieure.

Michel van der Ven

Posté le 30 janvier 2017 par L'Echo

Déclenchez en un instant avec votre smartphone

Fastercamera

Les meilleurs smartphones intègrent aujourd’hui des appareils photo d’une incroyable qualité. Mais le temps d’introduire votre code d’accès et de lancer votre app et le moment magique que vous vouliez immortaliser est souvent déjà passé. Heureusement, il existe une astuce pour sauter simplement toutes ces étapes.

L’iPhone dispose depuis iOS 5 d’une porte dérobée pour prendre ultra-rapidement des clichés. La nouvelle méthode introduite dans iOS 10 fonctionne encore plus vite, mais n’est plus expliquée nulle part. Il faut donc le savoir…

  • À partir du mode veille : enfoncez brièvement le bouton marche/arrêt, pour faire apparaître l’écran de veille.
  • Glissez simplement de droite à gauche et vous arrivez immédiatement dans l’app de l’appareil photo, prêt à photographier ou à filmer.

Toutes les autres fonctions de l’iPhone restent naturellement verrouillées, y compris votre album photo. Quelqu’un d’autre pourra donc faire des photos avec votre smartphone, mais ne pourra pas parcourir vos clichés.

Moins d’une seconde

Sur les smartphone Android, la méthode d’accès rapide à l’APN diffère d’une marque à l’autre. Sur les appareils Android 7.0 « purs », comme les Nexus 5X ou 6P, l’appareil photo se lance en appuyant deux fois d’affilée sur le bouton marche/arrêt. Il se peut que vous deviez encore activer cette fonction via Paramètres > Affichage > Double pression sur marche/arrêt pour caméra. Les téléphones des autres marques ne proposent pas toujours une telle fonction. Chez Huawei, elle se cache par exemple par défaut sous le bouton « – » du volume. Appuyez deux fois de suite dessus, et vous ouvrirez non seulement l’appareil photo, mais ferez également d’emblée une première photo. Tout cela se produit en moins d’une seconde (la durée exacte apparaît même brièvement à l’écran), de quoi vous permettre de saisir cet instant fugace. Enfin, d’autres marques placent simplement une icône de caméra sur l’écran de verrouillage, le plus souvent en bas à droite. Cette méthode est en réalité identique à celle de l’iPhone, jusqu’à iOS 9 inclus : il suffit de toucher l’icône ou de glisser votre doigt dessus et vous pouvez prendre une photo.

La méthode la plus simple de toutes nous est proposée par les Windows Phones. Ces appareils disposent d’usine d’un déclencheur séparé avec lequel vous pouvez activer directement la caméra à partir du mode veille.

Michel van der Ven

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Créez un site à partir de votre compte Facebook !

EkkoNon, créer un site web pour votre entreprise ou votre activité ne prend pas des lustres et ne demande pas forcément une armée de développeurs et un prix exorbitant ! La preuve en image et en texte avec Ekko, un service qui va créer un site en se basant sur votre compte Facebook.

L’idée est intéressante, surtout pour les petites entreprises qui n’ont pas forcément ni le temps ni les budgets pour créer un site web à partir de rien. En gros, Ekko va transformer votre compte Facebook en CMS. Cela signifie qu’une fois que votre site sera créé avec Ekko et lié à votre compte, toute publication sera automatiquement synchronisée et intégrée à votre site. Le seul travail qui vous sera demandé pour la création de ce site en synchronisation avec votre compte Facebook est le choix d’un modèle et l’association à un nom de domaine particulier.

Pour l’hébergement du site, le nom de domaine et bien entendu ce service de synchronisation avec votre compte Facebook, Ekko demande une vingtaine d’euros tout compris. Profite des deux semaines offertes pour vous faire une bonne idée des services proposés par Ekko

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Une belle alternative à Google Docs

BoxMarre de Google Docs ? Place à une belle alternative avec Box Notes, un outil collaboratif qui peut franchement trouver sa place parmi les grands acteurs du partage en ligne et de l’écriture collaborative.

Box n’est pas une nouvelle plateforme qui débarque sur le Net puisqu’elle propose depuis belle lurette un espace de stockage sécurisé qui a déjà conquis de nombreux utilisateurs. En sus de cet espace et pour suivre au mieux la concurrence, Box vient de lancer Box Notes. L’application permet la prise de notes et la création de documents, tout comme le fait Google Docs. Une URL unique est créée pour chaque document que l’on peut partager facilement avec les autorisations ad hoc. Les participants ont tous une icône d’identification pour repérer d’un seul coup d’œil qui fait quoi en temps réel sur un document. Les outils de mise en forme ne souffrent d’aucun défaut et sont excessivement simples à utiliser. Ajoutez-y un système de notification pour les personnes qui ne sont pas connectées lors d’une modification et vous obtenez un sérieux concurrent sur le marché des éditeurs en ligne.

Bref, Box notes est une belle réussite, tant d’un point de vue fonctionnalité que rapidité : aucune latence n’a été observée lors de nos tests. Pour terminer, sachez que le service est en cours de déploiement auprès de tous les utilisateurs du service de stockage en ligne de Box. Peut-être est-il temps de jeter un œil sur ce service également…

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

L’écriture collaborative en temps réel

PolynoteL’écriture à plusieurs mains demande obligatoirement que cela se passe en temps réel pour plus de rapidité, mais également un système performant de classement des notes, de comptes-rendus et autres écrits que l’on écrit habituellement en collaboration. Polynote propose justement tout cela.

Du côté de l’interface, il n’y a pas grand ’chose à dire : tout est simple et ergonomique, un enfant s’y retrouverait facilement. Comme déjà spécifié, les modifications apportées à un texte sont vues en temps réel par tous les collaborateurs. Il suffit que ces derniers suivent le lien que l’application en ligne leur a envoyé pou se retrouvé directement sur l’interface. Notez au passage la possibilité d’afficher l’éditeur en pleine page pour éviter toute distraction. Une fonctionnalité permet également de directement publier votre note sous la forme d’une page web avec une URL créée automatiquement par Polynote pour la consultation. La plateforme aide également à l’organisation de vos notes dans des dossiers ou en tant que projets particuliers.

Cet éditeur de textes collaboratif et en ligne n’est malheureusement proposé gratuitement qu’une quinzaine de jours pour effectuer vos tests. Après cette période d’essai, il vous en coûtera 20 euros par an.

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Enregistrez ce qui se passe sur votre écran

VieweditPour réaliser un tutoriel vidéo, expliquer l’une ou l’autre manipulation à ce collègue qui n’a aucune idée de comment utiliser l’un ou l’autre logiciel, il n’y a rien de mieux que l’enregistrement de ce qui se passe sur votre écran. Viewedit propose ce service, gratuitement et sans publicité.

Viewedit se présente sous la forme d’une petite extension à installer dans votre navigateur Chrome. Une fois cette extension en place et les accès à votre webcam et micro accordés, un seul clic sur le bouton situé dans la barre d’outils de votre navigateur suffira pour lancer l’enregistrement de ce qui se passe dans Chrome ou sur votre écran entier. L’accès que vous avez accordé pour le micro et la webcam va vous permettre d’enregistrer votre voix et d’ajouter votre joli minois en médaillon de la vidéo. Une fois votre vidéo terminée, il ne vous restera plus qu’à la partager par email ou sur les réseaux sociaux d’un seul nouveau petit clic.

Toutes les vidéos sont conservées sans aucune limite de temps. Lorsque quelqu’un suit le lien que vous avez envoyé par email ou sur les réseaux sociaux, vous en serez automatiquement averti. Le seul bémol à cette plateforme qui collectionne les qualités : il n’est pas possible de télécharger la vidéo sur votre PC ni de l’intégrer dans un site via un code. Presque parfait donc !

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Déchets électroniques: on peut faire mieux!

DeeePlusieurs articles sur des sites originaires de l’hexagone mettent en avant les bons résultats du recyclage des déchets électriques et électroniques (DEEE) en France. Une bonne nouvelle a priori mais ce serait oublier non seulement tous les déchets dormant dans les armoires mais également la forte hausse des déchets électroniques que connait pour l’instant l’Asie.

Alors qu’une directive européenne de 2012 prévoyait un taux de recyclage atteignant 65% (environs entre 14 et 17 kg par habitant selon différentes sources) pour les déchets électriques et électroniques, nous sommes encore loin du compte. Une nouvelle étude portant sur les ce type de déchets montre bien une progression de 10% du recyclage en France en 2016, mais nos voisins français sont encore loin du compte : seulement 49,2 % des appareils électriques et électroniques. En Belgique, nous oscillons aux alentours de 12 kg par habitant, ce qui nous place dans le groupe de tête, mais reste encore insuffisant. Le problème provient, tant en France qu’en Belgique, des appareils dit « dormants ». Ce sont les anciens appareils rendus obsolètes par cette course effrénée pour la nouveauté (exemple parmi d’autres : 12 versions de l’iPhone en 10 ans) ainsi que par l’obsolescence programmée. En Belgique, ce ne serait pas moins de 3 millions de GSM qui dormiraient dans les armoires !

L’autre mauvaise nouvelle concerne l’Asie qui voit une véritable explosion de ses DEEE non seulement causée par l’Europe qui en a fait sa déchetterie, mais également par l’émergence d’une classe moyenne qui entre aussi dans le cercle de la surconsommation électronique. Les mauvais résultats en terme de DEEE de l’Europe et du monde entier en général vont produire une masse encore plus importante de déchets, on parle de 50 millions de tonnes en 2018 ! À vos tiroirs et direction le parc à conteneur !

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

L’hyperloop en gare de Toulouse

HyperloopHyperloop Transportation Technologies (HTT), l’une des sociétés travaillant sur le développement du train supersonique imaginé par Elon Musk, va prendre ses quartiers chez nos voisins français, à Toulouse plus précisément.

Alors que HTT va plus que certainement signer un accord pour construire une ligne pour son futur train Hyperloop entre la ville de Brno en Tchéquie et Bratislava en Slovaquie, c’est à Toulouse, sur un ancien site militaire que l’entreprise a décidé d’installer son centre de recherche et développement. Pourquoi là ? Tout simplement parce que la ville de Toulouse héberge de nombreuses sociétés de l’aérospatial Européen qui sont des partenaires dans le projet Hyperloop. L’autre raison de ce choix tient à la présence de nombreux jeunes ingénieurs et étudiants spécialisés qui s’engageront certainement avec enthousiasme dans ce projet crowdsource. Il ne faut en effet pas oublier que les « employés » travaillent en échange non pas d’un salaire, mais de stock-options.

HTT installera non seulement un centre R&D, mais également une académie et un laboratoire. De plus, la société doit également tisser des partenariats pour concevoir le transport des passagers entre le centre-ville et la gare Hyperloop. Même si le nombre d’emplois n’est pour l’instant pas très important, il est certain que la ville de Toulouse vient de gagner une belle option sur l’avenir !

 

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Des applications Android utilisables sans devoir les installer

AndroidGoogle a présenté une toute nouvelle fonctionnalité : Google Instant Apps. Cette fonctionnalité vous dispensera d’installer une application pour pouvoir l’utiliser sur votre terminal Android.

Que ce soit pour tester une application, ne l’utiliser qu’une seule fois ou encore pour gagner de l’espace de stockage sur votre smartphone ou tablette Android, les raisons ne manquent pas d’utiliser une application sans devoir l’installer. Pour toutes ces raisons, Google travaille sur la fonctionnalité Google Instant Apps. Des éditeurs sont d’ores et déjà impliqués dans le redéveloppement de leurs applications pour acquérir une compatibilité avec cette nouvelle fonctionnalité, il s’agit de Periscope, Viki, Wish et le tout aussi connu Buzzfeed. Le principe repose sur la segmentation des applis en module de 4 Mo maximum pouvant être lancé séparément à partir d’un lien. Une fois le module fermé par l’utilisateur, il disparaît de son terminal Android.

Google Instant Apps sera on ne peut plus utile pour les applications qui sont utilisée une ou deux fois tout au plus ou encore pour passer outre la fragmentation des versions Android : la fonctionnalité sera supportée jusqu’à Jelly Bean, c’est-à-dire la version Android sortie en 2012 ! Néanmoins, le risque est que les éditeurs ne suivent pas la même démarche. Comment en effet, fidéliser un utilisateur si celui n’est plus obligé d’installer une application ?

 

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Le cœur authentifié

NimybandLes bons vieux mots de passe, bien qu’ayant encore la vie dure, vont petit à petit faire place à d’autres méthodes d’authentification, plus fortes et donc plus sécurisées. Le français AtoS prend d’ores et déjà en compte ce bouleversement dans les méthodes d’authentification en intégrant la biométrie dans un bracelet, un bracelet qui permettra l’accès à des applications sensibles.

Dédié plus particulièrement au monde de la santé, aux entreprises pharmaceutiques et aux laboratoires, le bracelet Nymi Band permettra à son porteur d’accéder à un réseau de connexions Bluetooth et NFC. Le bracelet va faciliter la vie aux équipes de chercheurs et aux techniciens travaillant dans des secteurs sensibles puisqu’ils ne devront plus entrer de mot de passe pour accéder à l’un ou l’autre terminal, gardant de fait les mains totalement libres. Le bracelet utilisant un mode d’authentification basé sur la fréquence cardiaque de son porteur, une fois enlevé de son poignet, il se désactive et devient complètement inutile.

Ce mode d’authentification à distance et basé sur la biométrie va prendre de plus en plus d’ampleur, non seulement pour l’accès aux terminaux, mais également pour chiffrer des informations. Aux États-Unis, de nombreux chercheurs planchent par exemple sur une méthode de chiffrement basé sur le rythme cardique pour protéger les données médicales. Il n’est donc plus si loin ce moment où, simplement à votre approche, votre PC, votre tablette ou votre smartphone se lancera tout seul et s’authentifiera selon votre profil cardiaque…

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS